BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Remariage

Il fait pourtant nuit mais le Roi soleil n’a pas daigné disparaître pour laisser la place à sa sœur madame la lune afin de rafraîchir le climat dans cette fin de mois de mai particulièrement chaud.

Mocirédin revient de la mosquée de son quartier Montagne Centrale après la prière de 19 heures. Sans se presser, le vieil homme marche comme quelqu’un qui compte ses pas. Son regard semble chercher un trésor sur le sol qu’il ne quitte pas des yeux. Le vieux grand boubou bleu offert par sa nièce Fanta Aminata, il y a plus d’une décennie, garde toujours la couleur d’un ciel d’hivernage. Il relève les bords supérieurs de l’habit puis les pose délicatement sur ses épaules pour diminuer sa taille. Sa main droite tient un chapelet, le seul qu’il utilise depuis plusieurs années.

 

Mocirédin est maintenant habitué à un certain rituel : à chaque fois qu’il entre ou sort de chez lui, il récite à haute voix un verset du saint Coran. Aujourd’hui aussi, il ne déroge pas à la règle.

Diambéré Khoumba, l’épouse fidèle accueille son mari avec un sourire ravageur. Mocirédin n’ayant pas fini la récitation de son verset préféré, tourne la tête et s’éloigne rapidement pour entrer dans la chambre et se débarrasser de son grand boubou. Malgré l’installation tardive des ombres nocturnes, l’homme étale, à côté des canaris, sa natte de prière et continue d’égrener son chapelet, avant de retourner à la mosquée pour la dernière prière. Qu’il le crie haut ou qu’il se taise, son inquiétude s’accroit toutes les nuits.

<<- Diambéré Khoumba, quand la case de ton voisin brûle, quelles doivent être tes réactions ? La première, n’est-elle pas de t’emparer d’un récipient, de le remplir d’eau puis de vider le contenu sur les flammes ? La deuxième ne consistera-t-elle pas à remettre de l’ordre dans le désordre créé dans cette case ? La troisième ? Ce sera l’entraide matérielle et psychologique à apporter aux sinistrés.

-Tu m’étonnes de plus en plus, mon mari ! Tu me poses des questions et sans attendre mes réponses, tu réfléchis et réponds à ma place ! Pourquoi donc m’interroger alors que mes réponses ne t’intéressent pas ?

-Tu es en train de faire, Diambéré Khoumba, ce que tu me reproches : répondre à ma place ! N’augmente pas mes inquiétudes, ma chère. Mon esprit est surchargé, assombri par la situation qui se déroule chez nos voisins, cet immense pays d’une superficie d’un million deux-cent-quarante-un mille deux-cent-trente-huit (1 241 238 Km2). Il s’agit du Mali : la terre de Soundiata Keita, de Soumangourou Kanté, de Kankou Moussa, des Askia, de Modibo Keita…

Encerclé totalement par ses sept voisins : à l’Est par le Niger, à l’Ouest par le Sénégal, au Nord par l’Algérie, au Nord-Ouest par la République Islamique de Mauritanie et au Sud par la République de Guinée, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, le Mali traverse une crise. Il étouffe. Il ne respire pas étant cerné par ses voisins qui gênent sa respiration. Il n’a pas assez d’air. Il faut ajouter à cette malchance, l’incompréhension entre quelques franges de sa population. Cette mésentente perdure et s’étire du Nord vers le Centre et le reste du pays.

Contrairement à ce qui se passe au Sénégal, la rébellion Casamançaise est basée essentiellement au Sud. Même si elle commence à durer (40 ans), elle ne représente pas un grand danger pour ses voisins, alors que la situation Malienne à tendance à traverser les frontières du pays pour toucher ses nombreux voisins.

Qu’il s’agisse de Djihadistes ou tout simplement de malfaiteurs il faut leur barrer le chemin. Ce n’est pas suffisant, à mon humble avis. Ce qu’il faut en plus, c’est d’unir nos forces, comme avec l’exemple terre-à-terre de l’incendie d’une case qui brûle, aller en masse dans la maison sinistrée, y éteindre le feu, réconforter les habitants de la maison en les aidant psychologiquement et matériellement.

-Concrètement, comment vas-tu t’y prendre, mon cher époux, demande Diambéré Khoumba ? Tu le sais autant que moi, avec l’INDEPENDANCE des états, l’on parle de souveraineté en refusant l’ingérence. Ainsi, avec un simple coup de main d’un voisin qui ferme hermétiquement ses portes (pour ne pas prononcer le mot « frontière ») et se joint militairement au pays concerné, le problème est vite résolu.

-C’est facile à dire, répond Mocirédin ! Mais avec les accords militaires signés avec les Grandes Puissances, nous devenons impuissants devant certaines situations. Un petit problème qui se règle en un tour de main s’étire dans le temps et prend des dimensions exagérées, des développements démesurés. De simple, il se multiplie par dix, dépasse le règlement interne pour devenir international, réclamant la participation (lente et onéreuse) des pays dits amis.

- Que nous faut-il donc faire pour sortir de ces crises qui se déversent, se répandent et enflamment nos pays, se demande Diambéré Khoumba ? Ne faut-il pas que l’Afrique, notre Afrique, l’Afrique des sols riches et des ressources humaines inestimables, devienne UNIE, qu’elle comprenne que nos « petits » pays isolés ne pourront jamais avoir de forces pour se DEVELOPPER tant qu’ils resteront ainsi! L’UNION FAIT LA FORCE ! La base de la force des Etats Unis d’Amérique repose d’abord et avant tout sur l’UNITE des Etats qui le compose, cette unité qui efface l’égoïsme ! Ce n’est plus le fameux « CHACUN POUR SOI » que l’on chantera désormais, mais « TOUS POUR LES ETATS UNIS D’AFRIQUE » !

-Ma chère Diambéré Khoumba, espérons, prions que le bon DIEU nous entende ! Qu’il fasse des ETATS UNIS D’AFRIQUE une réalité pour permettre à ses enfants de se comparer désormais aux plus GRANDES PUISSANCES DU MONDE ! Amen !>>

Idrissa Diarra bakelinfo.com

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits