BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Amulettes Marabout

Les jours, les semaines, les mois, les années se suivent en rangs serrés, jamais dispersés, sans pour autant se ressembler ! Chaque période arrive avec son humeur, ses rumeurs, ses saveurs et ses douleurs.

Au Sénégal, après plusieurs renvois de cette année électorale tant attendue par les « marabouts », non pas nos vénérés « Sérignes » mais nos illusionnistes, nos fabricants de rêves, nos « charlatans », nos « garabou-garabouss », spécialistes des promesses rarement respectées.

Les Maires et les Présidents de Conseils Départementaux ont eu la chance de faire, au-delà de la durée « légale » de leur mandat, un surplus de presque deux ans. Est-ce normal ?

Mocirédin, lui, ne se plaint pas. S’est-il d’ailleurs jamais plaint de cette vie de pauvre qu’il subit malgré les efforts colossaux qu’il ne cesse de fournir du lever de l’astre du jour jusqu’à son coucher? Sait-il seulement qu’il a le droit de revendiquer ? De montrer son désaccord par rapport à ce qui se fait avec ou sans lui, dans son pays ?

Son espace, là où il se sent responsable, c’est dans son champ, au milieu des tiges de mil, de maïs, de sorgho. La politique n’a jamais effleuré son esprit. Elle ne l’a jamais intéressé ! Il faut avoir du temps pour s’intéresser à la politique, se dit-il toujours.

A moins d’un mois de la campagne électorale (s’il n’y a pas un énième renvoi de la date des élections !) une catégorie particulière de Sénégalais est en train de se frotter les mains : il s’agit de ceux qu’on appelle chez nous les « marabouts ». Dans la réalité crue, ce sont plutôt des charlatans, des hommes et même actuellement des femmes, venus de la sous-région (Mali, Burkina Faso, Niger…) et de nos lointains villages, chassés par la pauvreté, s’installant dans la banlieue Dakaroise, entourés de chambellans qui chantent leurs louanges pour attirer plus de « pigeons » à plumer!

Enturbannés la plupart du temps, difficilement reconnaissables avec leurs masques, ils cultivent le mystère autour d’eux, trompant par leur port vestimentaire, leur manière de parler et encore le lieu et le moment où ils pratiquent leur art !

Leur « publicité » se fait de bouche à oreille ! Passer dans les médias populaires diminue le mystère qui les entoure. Ils ont leur technique pour faire passer un message !

Les politiciens ne dorment plus, hantés qu’ils sont par la date du 23 janvier 2022 ! « Mairables », « Présidentiables », parents, amis, tous sont à la recherche de la protection de ce « marabout » venu du « Diable » pour leur apporter la victoire ce fameux soir du 23 janvier 2022. Que ne sacrifieront-ils pas pour être élus ? Des bœufs, des moutons, des chevaux, des chèvres, des coqs et même parfois (malheureusement) des vies humaines. Rien que pour être élus !

Dans leurs logis bien fréquentés matin et soir, les charlatans ne reçoivent que très tard dans la nuit, les VIP masquées, qui rasent les murs pour éviter d’être reconnues par le bas-peuple, ces voix sans voix, leurs électeurs.

Des sommes énormes seront dépensées auprès de ces « marabouts » qui ne le sont qu’à travers leur aspect. Et pourtant, on le chante partout : L’HABIT NE FAIT PAS LE MOINE !

Chaque jour qui passe, l’on ne sait comment, augmente la notoriété de certains de ces charlatans. Sous de fausses identités, ils se remplissent les poches et n’attendront pas les résultats pour disparaître dans la nature.

Si plusieurs politiciens viennent les voir pour le même fauteuil de Maire ou de Président de Conseil Départemental, ils promettent à chacun, monts et merveilles, donc une victoire assurée le soir du 23 janvier 2022, tout en sachant, en toute logique, qu’un seul sera installé, non pas grâce à ses pouvoirs mystiques et mystérieux à lui, mais tout simplement parce que DIEU, le Miséricordieux, l’a bien voulu !

Durant la campagne électorale, jusqu’au jour « J » des élections, lors des déplacements des politiciens, l’on déplore souvent des pertes en vies humaines. Certains pensent qu’il s’agit de personnes « sacrifiées » afin de parvenir à l’objectif visé : le fauteuil !

Que cela soit vrai ou de la pure invention de certains esprits tordus, la réalité constatée est là : les sacrifices jonchent le sol, des morts sont enterrés après un accident lors du passage d’un cortège…

Même si le port des armes est interdit, peine perdue, car des gens circulent sans aucune crainte avec leur « protection » !

Les Sénégalais doivent avoir à l’esprit toutes ces morts « politiques » ! Elles sont parties et ne reviendront plus jamais ! Nous les pleurons et continuerons de les pleurer ! Leurs familles sont les seules perdantes. La vie continue pour les autres.

Sénégalais, soyons donc sereins et sachons que, même si les élections représentent un moment important dans la vie d’une localité, d’un pays, elles nous concernent, nous Sénégalais, hommes et femmes, frères et sœurs d’un même pays, ayant un même objectif, la transformation positive de notre cher pays ! Luttons ensemble en PAIX, pour le DEVELOPPEMENT de nos terroirs.

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits