BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Mociredin Reveur

Même si le monde ne s’effondre pas, les signaux auditifs et visibles qu’il dégage apeurent les populations. Notre monde, celui d’aujourd’hui étant devenu un village planétaire, aucun secret n’est plus gardé. Tout se sait dans la seconde qui suit une action, une activité. Il n’y a plus d’intimité. Les murs ont désormais des oreilles, des oreilles si larges et si attentives qu’à la seconde-près l’information circule à travers les fameux réseaux sociaux.

La jeune génération a toutes les peines du monde à respirer correctement, à apprendre, à travailler, à se divertir, à réfléchir ! Chaque nouveau jour se présente avec ses problèmes.

 

Depuis bien longtemps, les hommes ne « vivent » plus : des maladies avec des noms bizarres forcent le passage, perturbent les habitudes humaines et créent une certaine psychose à tous les niveaux.

Il est loin le temps où la peste a tué des millions de personnes ! Nos scientifiques s’époumonent, aujourd’hui derrière des machines compliquées pour trouver des remèdes, contrer les virus et les microbes. Mais chaque jour qui passe, les hommes se réveillent avec de nouvelles maladies qui ne veulent plus les quitter.

Le Paludisme persiste, la Fièvre jaune disparaît puis réapparaît après avoir été déclarée officiellement éradiquée dans le pays. Le SIDA est toujours là, Ebola revient en force, la COVID-19 s’installe plus royalement !

Les hommes ne savent plus à quel Saint confier leur immense détresse. Le désarroi désarme les plus téméraires et démobilise les troupes.

Rien n’est plus comme avant : les vieux souvenirs sont régulièrement rappelés pour se donner du courage et chasser au loin le stress. L’épée de Damoclès a été lâchée ; elle ne plane plus au-dessus de nos têtes ; elle descend, fonce sur nous à la vitesse du sprinter Jamaïcain Bolt.

Malgré toutes ces difficultés, au lieu de se « revoir », se remettre en questions, scruter de nouvelles voies pour se dégager de cet étau qui se referme sur nous ; sans soucis, l’on se maltraite comme des animaux. Un problème « créé » s’accapare de l’actualité pendant quelques jours, vite balayé par un autre qui oriente tous les esprits vers lui (Diary Sow, madame le ministre Lô, l’Armée et le

MFDC, Adji Sarr…). C’est une question de jours ! L’actualité s’installe de nouveau et le buzz attire tous les regards. Pendant ce temps, au moment où les esprits sont attirés par les faits divers, Ebola s’installe confortablement, la Fièvre jaune se fraie un beau chemin, le SIDA élargit ses bases, la COVID-19 place ses vaccins, permettant à une certaine catégorie de gens de profiter du malheur des autres pour s’enrichir. En période de paix, d’accalmie, l’argent circule peu. C’est pendant les périodes de rébellion, de guerre, de pandémie qu’une infime partie de la population profite pour se remplir les poches et enfoncer davantage les « misérables » au fond de la pauvreté, de la MISERE. Ces hommes et ces femmes refusent de réfléchir, de se sentir humains, incapables qu’ils sont de réussir comme les autres. En lieu et place de l’aide « généreuse » accordée par les mécènes, les donateurs anonymes et le soutien de l’Etat, sur tous les plans, seules des miettes parviennent aux ayant-droits.

Le Sénégal n’est plus loin de la barre des huit-cents morts ! Loin d’humaniser les gens, les rendre plus solidaires, au contraire, de plus en plus, en plus des morts « naturelles », des accidents de la circulation, des innombrables maladies, telles que le Paludisme, le Diabète, la Drépanocytose, l’insuffisance rénale, Ebola, Sida, Fièvre jaune, COVID-19…Le maraboutage et la sorcellerie viennent aussi grossir les rangs.

A défaut d’avoir pitié des autres, pensons à nous-mêmes, à ce que nous trouverons dans notre tombe, seuls, après le départ des accompagnateurs pressés de renouer la conversation sur un sujet n’ayant aucun rapport avec la mort !

Faisons du monde un havre de paix, une île de solidarité, un lieu d’échanges de bons procédés, de remèdes contre les maladies et tous les maux de notre planète.

Idrissa Diarr

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits