BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

illublog

La « grande » Diambéré Khoumba, bien qu’elle soit la dernière à se coucher, se réveille toujours très tôt, avant le premier chant des coqs de son quartier Montagne Centrale.

Pendant qu’il fait ses ablutions pour la prière de l’aube, Mocirédin regarde davantage son épouse et s’oblige certaines réflexions qui taraudent son esprit depuis quelques temps.

<<-Comment un être humain peut-il être en activité, tous les jours, du lundi au dimanche, de 5 heures du matin à minuit, sans jamais grogner pour montrer son mécontentement, sa désapprobation sur les multiples « injustices » de sa vie de femme ? Comment est-ce pensable ?

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

praying

Les jours se suivent, chauds chez nous, ici à Bakel, avec un soleil qui donne le vertige tandis qu’ailleurs comme à Dakar, les gens grelottent de froid. Hé oui, me direz-vous, le monde est ainsi fait!

Mocirédin, quant à lui, s’habitue peu à peu aux « tenailles » du mois béni du Ramadan et se remet sans s’en rendre compte à dompter toutes les douleurs de début du mois relatives au jeûne. C’est en fin de compte le meilleur mois de l’année, se dit-il. Il régule l’organisme et assagit les hommes.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Al hamdoulilah ! Al hamdoulilah ! Al hamdoulilah ! Mocirédin ne cesse d’implorer DIEU dans chacune des nombreuses positions qu’il adopte sur sa natte de prière, sous cet arbre qui a déjà atteint la moitié d’un siècle, planté là par son père, pourtant en période de chaleur.

Il fait chaud. Vraiment très chaud. Aucun souffle de vent. De temps en temps, cependant de l’air terriblement chaud fouette les corps fatigués par cette chaleur soufflant de partout.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ramadan Kareem

Dès le lundi 12 avril 2021, au soir, sans chercher l’astre de la nuit, Mocirédin avait pris sa décision : son premier jour de jeûne sera le mardi 13 avril 2021. Bien que du matin au soir, du lever du soleil à son coucher, le thermomètre n’ait jamais affiché moins de 40°, le mari de Diambéré Khoumba n’a jamais eu peur de s’abstenir de manger et de boire durant toute une journée.

Ce mois sacré est riche en bénédictions de toutes sortes pour ceux qui les auraient cherchées, en jeûnant, en faisant de l’aumône, en suivant les prescriptions du Saint Coran.

Mocirédin ne voudrait, en aucun cas, rater ces bienfaits du Ramadan. En allant comme en revenant de la mosquée de son quartier Montagne Centrale près de la maison des Cissokho, derrière tout juste celle du vieux Mamadou Bougary, il chante des louanges à ALLAH, le Créateur, l’Omnipotent, l’Omniscient, l’Omniprésent. Des larmes coulent de temps à autre sur ses joues amaigries, creuses, collées à ses mâchoires qui commencent à perdre quelques dents.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

foule meeting

La vie politique a repris de plus belle, partout dans le pays. Dans les contrées les plus reculées, les plus inaccessibles, c’est le remue-ménage. Hommes et femmes, jeunes et vieux sont tous mobilisés par des messieurs et des dames venus de la ville, des citadins aux larges sourires trompeurs.

On ne pense pas au travail : il n’y en a plus dans ce pays ! C’est la débrouillardise ! Un petit boulot à droite, un autre à gauche pour pouvoir au moins faire bouillir la marmite afin que les enfants ne passent pas tout leur temps à vociférer contre leurs mères qui ne détiennent aucune solution à leur mal : la faim. Parfois lassées par les lamentations de leurs progénitures, les mères les envoient dans la rue pour partager avec leurs égaux les difficultés des parents.

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits