BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Cotrajusfi Injustice
Il y a déjà dix ans et huit mois le 29 mars 2011 nous avons appris la mort d’Aladji Konaté, un natif de Bakel, dans des circonstances « obscures » à Koghani (probablement deux ou trois jours auparavant). Il a été retrouvé noyé et menotté dans le fleuve à Bakel par un pêcheur ; son enterrement a été fait dans la précipitation sous l’égide de son oncle maternel et du substitut du juge sans observation des règles élémentaires exigées par la loi (comme une autopsie en règle sous contrôle de la justice pour cerner les causes exactes du décès).

Alertés par Djiby Konaté dans le Net, la population et les organisations de la société civile se sont levées et mobilisées comme un seul homme pour demander que justice soit faite et que l’on sache exactement ce qui s’est passé à Koughani entre le 26 et le 28 mars 2011.
Nous avons rassemblé les organisations de la société civile dont les noms suivent dans un Collectif (Collectif pour la Transparence la Justice et la Fin des Intimidations (COTRAJUSFI) afin demander justice pour Aladji Konaté.
Je dis bien la société civile du département de Bakel quelles que soient les opinions politiques, religieuses et philosophiques des citoyens et des membres de ces organisations qui ont tous librement accepté d’en appeler à la Justice du Sénégal dans ce « meurtre » inexpliqué. Dès lors , pour nous avoir soutenus moralement et permis de payer un avocat, nous leur devons ce compte rendu sans fard et un grand merci.
« LE COTRAJUSFI »
Noms des associations signataires :
-« L’Association des Ressortissants de Bakel en France » (ARBF)
-« Le Conseil Communal de la Jeunesse de Bakel » (Il regroupe toutes les associations
des jeunes de Bakel)
-« LE COREDIA » (Comité de Rénovation de Diawara)
-« L’Association Gajaaga » en France (qui regroupe les villages du Gajaaga) DISSOUTE
-« L’Association des Elèves et Etudiants Ressortissants de Bakel à Ziguinchor ».
-« L’Union des Elèves et Etudiants de Bakel à Dakar » (UDEEB)
-« L’Association des Elèves et Etudiants Soninkés (AEES) à Dakar, Thiès, et
Ziguinchor ».
2
-« L’Association des Imams et Oulémas de la Communauté Rurale de Balou » qui
siège à Aroundou.
Membres qui ont activement soutenu l’action du CTRAJUSFI :
Djiby Konaté (Papis)
Yakhouba Koulibaly
Gongo Koné (dcd)
Demba Traoré (dcd)
Fodyé Cissé
Boubacar Gassama
Abdrahmane Diallo
Aziz Tandia
Boubacar Badji
Siabou Koïta
Issa Bâ
Soumaré (Président des Etudiants soninkés UCAD)
Omar Kanté
Adama Konaté
Ababacar SY
Abdoulaye Diébakhaté
Demba Diakhité
Boubou Sakho
Abdoulaye Bomou
Diakariyaou Traoré
Omar Sakho
ElHadji Ndiaye
Hamidou Coulibaly
Camara Samba
3
Demba Ciré Bathily avocat et Yaya SY Coordinateur du COTRAUSFI.
-Le 31 mai 2011 nous avons adressé une lettre au Président de la République son excellence Me Abdoulaye Wade (avec deux copies adressées à M. le Premier Ministre et à Mme la Ministre de la Justice au nom du COTRAJUSFI).
-Le 12 juillet 2011 réponse de la Présidence : «Votre requête a été transmise au Ministère de la Justice.
-Le « COTRAJUSFI » décide de prendre un avocat. Me Demba Ciré Bathily est contacté, il donne son accord. Il ne demande qu’un million cinq cent mille francs (1 500 000 F CFA) car il estime que l’affaire concerne tous les fils du département.
- L’ARBF décide prendre les frais d’avocat en charge et paye les « provisions » qui s’élèvent à un million de francs CFA (1 000 000).
-Le 24 août 2011, Me Demba Ciré Bathily dépose une plainte avec constitution de partie civile auprès du Juge d’instruction du Tribunal Régional de Tambacounda au nom de Maïmouna Séméga la mère du défunt Aladji Konaté, elle-même décédée depuis.
-Elections présidentielles en février-mars 2012, M. Macky Sall est élu Président de la République le 25 mars.
-Le 16 mai 2012 après les élections, le COTRAJUSFI envoie une Lettre aux nouvelles autorités avec une copie de la Lettre du Président Wade (quatre copies de cette lettre sont envoyées à : -M. le Premier Ministre -M. le Ministre de la Justice -M. le Ministre de l’Intérieur -M. le Ministre de la Défense et des Forces Armées).
-11 juin 2012 Réponse du Premier Ministre du Sénégal aux deux requêtes du COTRAJUSFI : l’Affaire Aladji Konaté et l’aide d’urgence aux Agriculteurs de l’UDEDPI et des solutions durables à leurs problèmes.
-Réponse de la Présidence le 26 juin 2012 : « M. Le Procureur de la République a ouvert près le Tribunal régional de Tambacounda une information contre X du chef de meurtre et saisi un juge d’instruction ».
-13 février 2013 Yaya SY et Issa Bâ déposent les doléances du COTRAJUSFI auprès de la Secrétaire du Ministre de la Justice Aminata Touré à Dakar, faute d’avoir pu avoir une audience de la Ministre demandée plusieurs jours à l’avance (proposition d’une fourchette de temps sur une semaine).
-Dossier Aladji Konaté transféré de Tamba à Kaolack et peu de temps après il est délocalisé à Dakar (entre 2013 et 2014).
-Le juge d’instruction de Tambacounda avait déjà signalé à Me Demba Ciré Bathily courant 2013, qu’il se contentait des informations reçues de la Brigade de gendarmerie de Bakel car il n’avait pas les moyens de se déplacer pour se rendre sur le terrain (véhicule viable, chauffeur, carburant, etc.)
4
Me Demba Ciré a même envisagé en 2013 de porter plainte contre le Juge d’instruction à cause de son inertie afin de le dessaisir du dossier, mais ce ne fut pas fait.
-Lettre du Collectif au Ministre de la Justice M. Sidiki Kaba le 07-06-2014 avec une question : Pourquoi l’armée sénégalaise ne prend pas en compte une plainte contre X ? (elle demande, selon l’avocat les noms des gendarmes en faction dans la dernière semaine de mars 2011 à Aroundou ) L’exigence de l’armée est-elle fondée ou pas ?
-Réponse de M. Sidiki Kaba : «J’ai soumis la question que vous m’avez posée à l’étude par mes services compétents et je ne manquerai de vous en tenir informés ».
-Depuis cette lettre silence radio de M. Sidiki Kaba.
-Au Festival des Ondes d’intégration de Bakel en 2015 M. Sidiki Kaba qui était toujours Ministre de la Justice est passé à Bakel le 24 janvier. J’ai essayé de lui parler de l’affaire Aladji Konaté et il m’a lancé dans la foule : « Voyez ça avec ce Monsieur » (un membre de sa garde rapprochée avec qui j’ai pris contact de retour à Dakar, je me suis rendu deux fois au Ministère de la Justice sans jamais pouvoir rencontrer M. Sidiki Kaba…
En novembre 2014 et en février 2015 je me suis, rendu au bureau de Me Bathily en lui laissant mes coordonnées à son secrétariat il n’a pas daigné me rappeler.
Le 19 octobre 2015, le COTRAJUSFI envoie une lettre circonstanciée au Maire de Bakel pour lui demander d’intercéder auprès du Président de la République afin de l’informe de la lenteur de la Justice à propos de l’affaire Aladji Konaté (aucune réponse ni réaction du maire).
Depuis 2014 nous avons précisé à notre avocat Me Demba Ciré Bathily que nous tenons les noms des gendarmes à sa disposition et que les témoins qui avaient légitimement eu peur de témoigner sont près à franchir le pas pour donner les noms des gendarmes qui avaient arrêté et menotté Aladji Konaté en pleine nuit à Koughani (pas de réaction de notre avocat).
En novembre 2016 et janvier 2017 je me suis rendu au Secrétariat de Me Bathily en laissant mes coordonnées téléphoniques du Sénégal, je n’ai pas été recontacté.
-Le 2 janvier 2017 l’adjoint du Préfet de Bakel rejette une demande de manifestation demandée par le COTRAJUSFI sous prétexte que l’Affaire Aladji Konaté est en instance de jugement (le Préfet était absent du département).
- A la mi-janvier 2017 à mon retour à Dakar, j’ai déposé un courrier du COTRAJUSFI au bureau du Procureur de la République mentionnant le blocage du dossier Aladji Konaté devant la Justice et le rejet de la manifestation par l’adjoint du Préfet de Bakel.
-Janvier 2017 avant de me rendre au bureau du Procureur de la République à Dakar, je suis allé deux fois au Secrétariat de M. Bathily et il ne m’a pas rappelé.
Début décembre 2018, arrivé à Dakar j’ai aussitôt laissé mes coordonnées au Secrétariat de Me Bathily avant de m’y rendre, mais il m’a été dit qu’il était au Tribunal et qu’on lui transmettra le message, comme d’habitude je n’ai pas été reontacté.
5
-A mon retour à Dakar en janvier 2019 je reprends contact avec le Secrétariat de Me Bathily, ne m’ayant pas répondu je m’y suis rendu sans succès de l’y trouver une fois de plus.
En conclusion :
1°) Depuis que Me Demba Ciré Bathily a demandé les noms des gendarmes qui ont arrêté Aladji Konaté à Koughani et que nous lui avons dit qu’ils étaient prêts à témoigner (courant 2014-2015), il ne répond plus aux nombreuses sollicitations du COTRAJUSFI. Il a coupé les ponts avec sa cliente et ses soutiens.
En revanche, nous ne savons pas si la Justice informe toujours Me Demba Ciré Bathily sur la suite de la plainte de Feu Maïmouna Séméga, car tant qu’il n’a pas officiellement décliné son engagement à défendre les intérêts des ayants droit d’Aladji Konaté, il reste toujours leur avocat de même que celui de l’ARBF, du COTRAJUSFI de toutes associations et des personnes qui réclament justice.
2°) La Justice du Sénégal ne donne aucun signe, pourtant nous avons déposé plusieurs requêtes sur le bureau du Procureur de la République à Dakar avec des adresses précises pour contacter les membres du Collectif en cas de réponse à leurs doléances et interrogations.
3°) En tant que Coordinateur du COTRAJUSFI, je n’ai ménagé aucun effort pour assurer la continuité de l’action en direction de notre avocat et des autorités sénégalaises tout en informant régulièrement les organisations et les personnes qui ont soutenu l’action collective.
4°) Le COTRAJUSFI n’ayant pas déposé une demande de reconnaissance juridique formelle, nous devons tous réfléchir à la meilleure méthode pour que Justice soit rendue à Aladji Konaté et à sa famille et nous impliquer plus largement dans l’action citoyenne face à l’état de détresse des populations de notre département dans tous les domaines : un système de santé inefficace symbolisé par l’hôpital de Bakel, un système éducatif producteurs de jeunes chômeurs, la route Bakel-Kidira-Tamba qui reste notre ouverture naturelle vers l’intérieur du pays est délabrée, les routes intérieures du département sont impraticables en saison des pluies, l’assèchement de nos mares qu’il faut creuser et aménager, un accompagnement défaillant de nos agriculteurs, nos artisans et nos commerçants, etc. TOUT CELA NECESSITE UNE LARGE ADHESION A L’ACTION CITOYENNE AUTONOME ET UNITAIRE POUR FAIRE BOUGER LES LIGNES.
Dans la phase actuelle de notre action citoyenne, on ne peut pas dire que le dossier Aladji Konaté soit bloqué de notre fait ou par notre inaction car nous avons proposé à Me Demba Ciré Bathily que nos témoins sont prêts à donner les noms des gendarmes qu’ils ont physiquement rencontrés (l’armée selon lui, ne reconnaît pas la plainte contre X déposée à Tamba ; il est tout de même difficile de croire que l’armée ne sait pas les noms des gendarmes de service le jour de l’arrestation…). Indépendamment du manque de communication manifeste avec Me Demba Ciré, c’est plutôt l’inertie de la Justice du Sénégal qui est préoccupante car elle donne l’impression de vouloir enterrer le dossier d’Aladji Konaté et avec lui l’homme lui-même une seconde fois et pour toujours. Ce n’est pas concevable.
Nous remercions toutes les organisations et toutes les personnes citées ou pas qui ont soutenu de près ou de loin le Collectif en apportant chacun sa pierre à l’édifice commun.
6
J’espère qu’un jour prochain l’action de notre Collectif se poursuivra dans l’élargissement, dans l’unité et la cohésion pour exiger Justice pour Aladji Konaté et respect pour les habitants du département de Bakel et du Sénégal. C’est pourquoi nous devons persévérer à projeter des actions collectives citoyennes et ciblées dans tous les domaines prioritaires qui préoccupent nos populations dans leurs difficultés quotidiennes.
NB/// Tous les documents du dossier Aladji Konaté sont tenus à la disposition de tous nos soutiens, de toutes les associations et de toute la population du département de Bakel.

Pour suivre tous les articles sur le sujet : cliquer ici
Fait le 29 novembre 2021 au nom du COTRAJUSFI, le Coordinateur Yaya SY

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits