BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ClassesPasserelles2019

Le Point Focal Régional, monsieur Assane Mbengue et monsieur Oumar Wade Coordonnateur de l’ONG La Lumière, basée à Tambacounda, ont sillonné le vaste département de Bakel pour vérifier le démarrage des Classes Passerelles, cette année au nombre de sept (7).

Situées dans les villages d’Amadji, Daharatou (Wouro Thierno), Gabou, Samba Niamé, Kanda, Diamwély Garage et Fandalé (dans la Commune de Bakel), les Classes Passerelles ont pour cibles les enfants de neuf (09) à quatorze (14) ans n’ayant jamais fréquenté l’école ou y ayant fait un bref passage.

 

Au bout de la formation de neuf mois, les facilitateurs recrutés après un concours, orientent leurs élèves dans les structures formelles, en général dans l’école du village où est implantée la Classe Passerelle ou alors dans les Centres de Formation Professionnelle (CFP).

Un Superviseur, ancien Directeur d’école, est chargé, au niveau du Département d’encadrer ces enseignants.

Le Mardi 29 Janvier, la mission venue de la capitale régionale, s’est d’abord rendue à Amadji puis à Daharatou.

Ce Mercredi 30, messieurs Mbengue, Wade, l’Inspecteur de l’Education Mame Demba Diop et monsieur Idrissa Diarra (Superviseur) sont allés d’abord à Diamwély Garage, puis à Kanda avant de terminer dans la Commune de Bakel à Fandalé.

L’entretien entre la mission de Tambacounda (les Inspecteurs Mbengue et Wade), l’Inspecteur de l’Education et de la Formation monsieur Amadou Al Housseynou Sarr, le Point Focal Départemental, l’Inspecteur Abdoulaye Mballo et le Superviseur monsieur Idrissa Diarra a permis de clarifier certaines zones d’ombre qui créaient des entraves dans la bonne marche du Projet des Classes Passerelles.

Sur le chemin du retour, les Inspecteurs visiteront les deux classes restantes : Samba Niamé et Gabou.

Partout, les facilitateurs trouvés sur place ont accueilli la mission en exprimant les besoins les plus pressants, à savoir des tables-bancs et aussi et surtout du matériel pour les apprenants.

Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Il parviendra à qui de droit.

 

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 233 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.