BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’abandon du compact du Sénégal axé sur la Plateforme de Diamniadio avait fait couler beaucoup d’encre. L’annonce du retour du Mca avec un compact équivalent n’a pas pour autant fait taire les inquiétudes. Or les deux programmes (respectivement 300 et 270 milliards FCFA), répondant au même souci de création de pôles secondaires, et alors que la Zone économique spéciale (Disez) est en phase de réalisation par Jafza, les Sénégal ne gagne-t-il pas au change ? La réponse coule de source quand on revisite les projets à financer dont certains datent de plus de 10 ans, tant en ce qui cconcerne les impacts économiques et sociaux que pour leur rôle dans l’intégration sous-régioanle. A condition bien sûr que la mise en oeuvre se déroule dans les conditions optimales de transparence et de rigueur, une autre conditionnalité centrale du MCA, prise en charge par la Mission de Formulation et de Gestion (MFG)
Densification du réseau routier national : Géré par le Millenium Challenge Corporation(MCC), le Millenium challenge account (MCA) a octroyé 270 milliards de francs CFA au profit du Compact-Sénégal pour couvrir un important volet routier. A terme, les réseaux routiers du nord et du sud du pays seront complètement remis à neuf avec à la clé des approches techniques respectueuses des directives de la Cedeao. Le MCA prévoit d’abord la réhabilitation de la route nationale 2 (RN2) sur l’axe Richard-Toll-Thilogne-Bakel d’un linéaire d’environ 456 kilomètres. Il faut préciser que l’axe Saint-Louis-Richard-Toll est déjà pris en charge par l’Union européenne. Les études étant déjà terminées, l’appel d’offres pour le démarrage des travaux a été lancé récemment. La route Richard-Toll-Bakel est considérée comme un axe stratégique et créateur de richesses. Elle aura une largeur de chaussée de 7,20 mètres, un revêtement en bicouche sur 5 centimètres d’épaisseur et des accotements de 1, 50 m chacun. L’aménagement de la route régionale 40 Guédé-Ndioum-Alwar-Démét-Cas-Cas-Ngouye-Pété est aussi prévu, de même que le bitumage de la bretelle Médina-Ndiathbé-Cas-Cas longue de 17 kilomètres. La construction d’ouvrages d’art comme les ponts de Ndioum, sur le Doué et de Halwar, sur le Gayo, sera un volet non négligeable du MCA Sénégal d’autant plus qu’elle jouera un rôle de premier plan sur le désenclavement de l’Ile à Morphil.

Une interconnexion avec les pays limitrophes :
Autre projet routier majeur du MCA, la réhabilitation de la route nationale 6 (RN6) sur le tronçon Manda Douane-Vélingara-Kolda-Ziguinchor. C’est une route du réseau primaire structurant construite en 1970 et qui se trouve en très mauvais état. Pourtant elle constitue une dorsale importante d’interconnexion et dessert en même temps toutes les régions sud du pays (Ziguinchor-Kolda-Tambacounda), ce qui lui confère une importance stratégique. La réfection du pont Abdou Diallo de Kolda est aussi à l’ordre du jour. Le développement du sud du pays à fort potentiel agricole et touristique et minier était freiné par ces carences et l’état de dégradation avancé de cette route qui permet le contournement de la Gambie, malgré les efforts fournis avec les travaux d’entretien. En outre, la position géographique de la route nationale 6 lui confère un rôle primordial dans le développement des liaisons routières avec les pays limitrophes comme le Mali, la Guinée-Conackry, la Guinée-Bissau et la Gambie. Oumar Sy Directeur des travaux et ouvrages d’art à l’Agence autonome des travaux routiers (AATR) est formel : Tous ces projets seront réalisés jusqu’à hauteur du financement octroyé dans le cadre du MCA. Les projets non financés dans ce cadre précis feront l’objet de requêtes auprès d’autres partenaires au développement. Pour leur part, les responsables du MCA Sénégal, avec à leur tête le Directeur Ibrahima Dia, informent que l’entretien des routes sera pris en charge par l’AATR dans le cadre de ces programmes d’entretien courant financés par le fonds d’entretien routier autonome (FERA). Ainsi, les travaux d’entretien seront confiés à des entreprises privées disposant de l’expérience, de la technicité et des moyens nécessaires et adaptés. En tous les cas, le gouvernement du Sénégal compte résorber le gap de financement de ce fonds. Parce que le programme routier du MCA trouve sa pertinence dans le déficit d’infrastructures routières que traîne notre pays à plusieurs niveaux. La densité du réseau est très faible. Ce même réseau est concentré dans la frange ouest du pays et sa qualité qui s’est légèrement améliorée reste insuffisante.
Mamadou Lamine DIATTA

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.