BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Index de l'article

Bakel, localité située dans la partie orientale du Sénégal, est le département le plus défavorisé de ce pays. Une localité peuplée par les Soninkés, les Peuls, les Bambaras et des Wolof du Baol montre un état piteux de nos jours. On aura beau passer 20 ans ailleurs, en remettant les pieds à Bakel, on ne s'égarera point tellement que les choses restent statiques. Depuis le temps des socialistes jusqu'aux jours Wadistes, les populations bakéloises ne comptent que sur elles-mêmes pour vivre et pour sortir la tête de l'eau. On a su, depuis belle lurette, que nos bols ne se rempliront que par l'émigration, ce qui justifie une forte diaspora de cette localité dans les pays occidentaux. Seul bémol, ces émigrés ne peuvent pas tout faire. Ils ne peuvent remplir les greniers, soigner les populations et assurer leur sécurité tous seuls. Donc il faut que l'Etat se bouge. Il y a urgence. Aujourd'hui Bakel pleure tous les jours. Chaque aller-retour vers la capitale Dakar fait des victimes. Nous sommes de fervents croyants mais on a l'impression que nos vies ne valent pas mieux que la vie d'un chien. On a toujours pleuré mais aujourd'hui on se lamente. D'ailleurs on a plus de larmes. Il y a une semaine on pleurait la perte du président de notre Asc Gajaaga Feu M. Harouna Gassama suite à un accident sur la route reliant Goudiry à Bakel. Ce matin la route a encore fait une nouvelle victime car un des blessés lors de cette accident a succombé à ses blessures. Samou Gassama n'est plus.

Un père de famille et un jeune homme de 27 ans à la fleur de l'âge sont partis à jamais ! A qui le tour ? Messieurs les autorités sénégalaises.

Les routes les plus meutrières du Sénégal:

Bakel est situé à 900 Km de la capitale Dakar. La population bakéloise est une des plus mobiles du pays. Les émigrés qui constituent les banques de la localité empruntent des routes meurtrières. Les commerçants, moteurs de notre économie et convoyeurs de marchandises passent par ces routes. Les malades dont la maladie dépasse la compétence de l'hôpital du département passent par ces routes. Les marchandises maliennes passent par ces routes.

Et pourquoi ces routes restent-elles toujours impraticables ?

Chaque année ces routes tuent. Il y a quelques années, les Taiwanais avaient investi 33 milliards F Cfa sur ces routes afin de les mettre aux normes. Les populations étaient soulagées croyant que leurs problèmes étaient enfin résolus. Que neni... L'Etat nous a fait croire qu'il fait nos routes. On a vu des centaines de matériels et de gros camions grouiller dans la région de Tambacounda. On nous a mis du goudron noir partout. Tout semblait nickel de loin.

Quelques 5 à 10 années plutard, les routes sont semblables à des terriers d'écureuils. On ne peut plus dénombrer les trous. Sur certains tronchons, le goudron n'est plus visible. Chaque voyage est un cauchemar. Certaines personnes restent suspendues au téléphone pendant les 12 heures de route pour s'assurer que les siens sont bien arrivés à destination. Pourtant eux ( les autorités étatiques ) , pour venir nous baratiner, empruntent des avions non pas pour des raisons de rapidité, mais parce qu'ils savent que prendre les routes sinueuses de Bakel est synonyme de suicide. Je comprends maintenant que seul le pauvre a le droit au suicide. Monsieur le président, Messieurs les ministres, vos vies valent-elles mieux que les nôtres ?

Nous, en plus de rester assis pendant 12 heures, on signe notre attestation au suicide pendant que vous comptez vos millions détournés, vos maisons construites sur des tombes. Les autorités sénégalaises ne valent pas mieux que les cannibales. La seule différence, ils ne mangent pas nos dépouilles.

Qui de vous ( Président et ministres ) n'a pas entendu parler du pont de Bondji. Ce pont situé à 22 km de Bakel entre ce dernier et Ourossogui cède à chaque saison des pluies. Un autre pont celui de Modibougou entre Bakel et Tambacounda s'est aussi effondré.

Faut t-il programmer les élections présidentielles en période hivernale pour que vous vous rendiez compte que l'on vit dans l'indifférence et dans l'abandon ?

Imaginez-vous sur les routes meurtrières du tronchon Bakel-Ourossogui ou Bakel- Tambacounda à la recherche de sacre électoral ?

Imaginez-vous sortir de vos 4X4 climatisés pour emprunter une charrette parce que le pont a cédé ?

Imaginez–vous attendre 10 heures de temps afin que le niveau de l'eau qui coule sous le pont diminue ? Non, vous faites partie de la race des seigneurs... Cela ne colle pas à votre train de vie.

Nous, nous sommes obligés de faire face à tous ça pour aller voir nos mamans, nos papas, nos femmes...C'est inhumain. Où mettez-vous les milliards que notre situation défavorisée fait bénéficier le Sénégal ?

Pire, pour nous maintenir dans cette pauvreté et dans cette souffrance, vous avez divisé pour mieux régner. Vous avez scindé notre département en deux ( 2 ).

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 321 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.