BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Deux mois après que les autorités des deux pays ont décidé de le réactiver, le Transit routier inter-Etats (Trie) est entré en vigueur sur l’axe Dakar-Bamako pour faciliter les échanger et éradiquer les nombreuses tracasseries routières tant décriées par les populations qui voyagent sur ce corridor. La douane sénégalaise a, à cet effet, pris toutes les dispositions pour que cette mesure soir effective. Elle a en effet sorti, depuis le 15 juillet, une note de service pour informer ses agents des dispositions de ce régime. Et pour mieux sensibiliser les opérateurs sur ce régime douanier qui permet d’éviter les multiples contrôles, la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) a organisé hier une réunion de sensibilisation à l’intention des commissionnaires en douanes et des usagers du corridor. Cette rencontre, organisée en collaboration avec les douanes sénégalaises et la direction des transports terrestres, avait pour objectif d’informer l’ensemble des acteurs sur ce régime douanier, de présenter ses avantages et son fonctionnement. Elle fait suite à la signature du protocole d’accord entre la caution nationale malienne et la caution nationale sénégalaise le 1er juillet dernier. En effet, c’est lors de la conférence frontalière de Kayes des 20 et 21 mai dernier que les Premiers ministres du Mali et du Sénégal avaient décidé de faire appliquer le Trie unique à partir du 1er juillet dernier.‘Depuis 2008, on a constaté qu’il y a eu un frémissement sur le commerce entre le Sénégal et le Mali à travers le transit routier inter-Etats qui est un point important car influant sur le classement du Doing business. Le Sénégal doit faire un effort parce que le Mali est notre passage naturel vers l’interland. Notre objectif, ce sont les pays de la sous-région mais notre porte d’entrée, c’est Bamako. Donc, nous devons faire en sorte que ce corridor soit fluide’, plaide Aly Mboup, secrétaire général de la Chambre de commerce de Dakar

Ce régime douanier, institué et adopté par la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) suivant la convention A/P4/82 du 30 mai 1982 signé à Cotonou et complété par la convention additionnelle A/SP/105/90 du 29 mai 1990, n’a pas jusqu’ici été mis en œuvre pour une meilleure fluidité des échanges au sein de la région. Pourtant, à en croire, Aly Mboup, Secrétaire général de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), il permet de transporter par route des marchandises, en suspension de droits et taxes, d’un bureau de douane (départ) à un autre bureau de douane (destination) d’un autre Etat membre, sous le couvert d’un document unique, appelé Carnet de Trie et sans rupture de charge. ‘La mise en application de ce dispositif qui a toujours été l’une des préoccupations majeures des acteurs du corridor Dakar-Bamako vient à son heure. Elle constitue un instrument de facilitation du commerce intra-régional’, dit Mboup. Qui précise que le Trie concerne toutes les marchandises transportées par conteneurs, les véhicules agréés et les camions citernes. Et le montant de la cotisation unique est fixé à 0,50 % de la valeur en douane des marchandises admises à bénéficier du Trie. Cette cotisation est, selon lui, liquidée et recouvrée comme matière de douane au bureau de départ. Quand à la répartition de la cotisation unique entre les deux cautions nationales, elle s’effectue sur une base équitable en raison de 0,25% de la valeur en douane des marchandises.

S. DIOP
source Walfadjri

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 117 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.