BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Quelques 36 artisans réparateurs ont démarré, mercredi à Tambacounda, une formation de trois jours, pour être aptes à assurer la maintenance des 300 forages à pompes manuelles qui seront réalisés par le programme de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) dans les régions de Tambacounda, Kédougou et Matam, pour un coût global de 2,7 milliards de FCFA, a déclaré Salif Sy, chef de projet à l’AGETIP. ‘’Le projet est à 50% d’avancement et il faut à cette étape, penser mettre une équipe soudée pour prendre en charge tout ce qui est gestion et maintenance de ces ouvrages’’, a dit M. Sy, en marge de l’atelier de formation de ces réparateurs. Les ONG que sont le Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural (GRDR) et le Groupe d’action pour le développement communautaire (GADEC) ont été ciblées par le programme pour la réalisation de ces ouvrages, respectivement dans le département de Bakel et dans les régions de Kédougou et Tambacounda. ‘’Il faut penser à la gestion et à la maintenance de ces ouvrages dans la mesure où ces forages seront équipés de pompes manuelles’’, a dit Salif Sy d’après qui, les artisans, au terme de cette formation, seront ‘’assez outillés pour prendre en charge tout ce qui est réparation de pompe’’. Des points de vente de pièces détachées sont en train d’être mis en place, pour éviter qu’il faille aller jusqu’au Mali se les procurer, a ajouté l’agent de l’AGETIP. Près de 500 pompes manuelles ont été réalisées à Kédougou et Bakel lors de la décennie de l’eau, vers les années 1986, a indiqué le chef de la Division régionale de l’hydraulique Fodé Kane. ‘’Malheureusement, a-t-il regretté, on a réalisé et équipé les forages mais on n’a pas pu mettre l’accent sur les artisans réparateurs’’. ‘’Puisqu’on va vers le transfert de la maintenance, les réparateurs sont les mieux indiqués. C’est pourquoi il faut mettre l’accent sur leur formation, les pièces de rechange et les comités de gestion’’, a-t-il poursuivi. ‘’Ces artisans réparateurs sont des relais importants pour la mise en place d’une filière maintenance des pompes manuelles’’, a affirmé pour sa part Mass Niang de la Direction de la maintenance. Ils seront proches du village, afin de pouvoir ‘’intervenir le plus rapidement possible et à un coût moindre’’, a-t-il relevé.

Les pompes manuelles ne génèrant pas beaucoup d’argent, les comités de gestion une fois mis en place, ‘’se heurtent la plupart à la mobilisation de fonds’’, a souligné M. Niang. Cet argent peut provenir quelquefois de cotisations d’émigrés, mais reste insuffisant pour assurer la maintenance de ces ouvrages.
‘’Le taux d’accès à l’eau potable tourne autour de 59,10%’’ dans la région de Tambacounda, a dit, par ailleurs, M. Kane, notant que la BAD y réalisera 15 grands forages. La Banque mondiale, quant à elle, financera des transferts d’eau dans le département de Bakel, avec l’exploitation de l’eau du fleuve Sénégal et de la Falémé, de Diboli à Sinthiou Fissa, a-t-il annoncé.

Source : APS

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 509 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.