BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

embarcadere de bakel De Bakel pour aller à Gouraye, en territoire mauritanien, le moyen de transport le plus utilisé, pour ne pas dire le seul, est la pirogue. Nous l’avons pris, il y a juste deux semaines.

Retour sur un voyage mouvementé et passionant.

Décontracté est un moindre mot pour qualifier l’ambiance. C’est sans doute, le lieu le plus gai de Bakel, en cette fin de matinée. On y respire de l’air pur et frais. On y découvre une autre façon de voyager. Et qui plus est, sous une tente spécialement aménagée, on a le choix entre siroter le thé avec des arachides ou l’accompagner avec du pain. Amateur comme non amateur y trouvent leur compte. Le lieu, unique à Bakel, se trouve sur les berges du fleuve Sénégal, juste à 40 m de la préfecture. C’est ici que se trouve l’« embarcadère » où accostent les pirogues en partance pour Gouraye, une commune mauritanienne séparée de sa jumelle Bakel, par le fleuve Sénégal. En ce samedi 21 mars 2009, l’attente de cette barque étroite et allongée n’est pas ennuyeuse. Ça rit et discute à tout bout de champ. Le plus intéressant, c’est qu’on n’a pas besoin d’interprètes pour se faire comprendre. Du moins si on est Sénégalais, Mauritaniens, Maliens, Gambiens ou encore Guinéens.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Bakel, localité située dans la partie orientale du Sénégal, est le département le plus défavorisé de ce pays. Une localité peuplée par les Soninkés, les Peuls, les Bambaras et des Wolof du Baol montre un état piteux de nos jours. On aura beau passer 20 ans ailleurs, en remettant les pieds à Bakel, on ne s'égarera point tellement que les choses restent statiques. Depuis le temps des socialistes jusqu'aux jours Wadistes, les populations bakéloises ne comptent que sur elles-mêmes pour vivre et pour sortir la tête de l'eau. On a su, depuis belle lurette, que nos bols ne se rempliront que par l'émigration, ce qui justifie une forte diaspora de cette localité dans les pays occidentaux. Seul bémol, ces émigrés ne peuvent pas tout faire. Ils ne peuvent remplir les greniers, soigner les populations et assurer leur sécurité tous seuls. Donc il faut que l'Etat se bouge. Il y a urgence. Aujourd'hui Bakel pleure tous les jours. Chaque aller-retour vers la capitale Dakar fait des victimes. Nous sommes de fervents croyants mais on a l'impression que nos vies ne valent pas mieux que la vie d'un chien. On a toujours pleuré mais aujourd'hui on se lamente. D'ailleurs on a plus de larmes. Il y a une semaine on pleurait la perte du président de notre Asc Gajaaga Feu M. Harouna Gassama suite à un accident sur la route reliant Goudiry à Bakel. Ce matin la route a encore fait une nouvelle victime car un des blessés lors de cette accident a succombé à ses blessures. Samou Gassama n'est plus.

Un père de famille et un jeune homme de 27 ans à la fleur de l'âge sont partis à jamais ! A qui le tour ? Messieurs les autorités sénégalaises.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 Le département de Bakel situé à l'est du Sénégal s'étend sur une superficie de 22.378 km2 avec une population de 114.284 habitants (1,7 % du total national). Il est limité au nord par la région de Saint-Louis, à l'est par le Mali et la Mauritanie, à l'ouest par Tambacounda et au sud par le département de Kédougou. La densité moyenne de Bakel est de 5,1 habitants au km2. La vie économique du département est fortement soutenue par les flux des revenus migratoires qui couvrent jusqu'à 50 % des budgets de familles ayant un ou des parents à l'étranger. Cela comble le déficit de productions céréalières, fait vivre un artisanat traditionnel peu dynamique et alimente un réseau de commerces très développé aux mains d'opérateurs extérieurs à la zone. Le sentiment d'oubli pas rapport au este du pays est souvent exprimé par les habitants du département. Il est motivé par la faiblesse des infrastructures socioéconomiques. La décentralisation au niveau des communautés rurales n'a pas permis aussi de compenser ces lacunes. Ainsi la capacité d'organisation existant à la base et l'apport d'association d'émigrés pour le développement qui permettent de combler un certain nombre de manques. Dans le département de Bakel, les deux dernières décennies ont vu se diversifier les actions de développement initialement orientées vers l'irrigation, l'élevage et le reboisement. Ces programmes conduits par des structures lourdes n'ont pas prospéré. Parallèlement les actions non gouvernementales ont pris de plus en plus d'ampleur avec l'émergence de quelques structures associatives locales fortes. Disposant d'un espace encore riche en ressources naturelles il subit de fortes dégradations d'origine érosive et humaine. Globalement les actions menées par ces différents acteurs ont pu améliorer le niveau d'infrastructures mais n'a pas pu enclencher de dynamiques de développement.

APS


 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Réseaux routiers et transport :

 La ville de Bakel ne dispose pas de voie bitumée excepté la pénétrante qui la relie à la RN 2 sur 5km. Les tronçons non revêtus sont composés de ruelles le long desquelles se trouvent des dépôts incontrôlés. A cela s’ajoute des comportements  abusifs (stockage de matériels, de marchandises, rejets de gros déchets, rehaussement grandissant de la chaussée, avec du sable ou des gravats de chaque côté de la route qui empêche l’évacuation normale des eaux. Ainsi, cette situation rend difficile la circulation des véhicules, motos  et même la mobilité des populations. Pour faciliter la circulation au niveau du quartier Montagne, dans le cadre de la coopération décentralisée,  de belles initiatives ont été faites avec la cimentation des ruelles.  La gare routière constitue le seul pôle de transport. Le parc de transport interurbain très faible, est constitué de taxis brousse et de minibus assurant les directions Bakel-Tamba, Bakel-Kidira, Bakel-Dakar, Bakel-Tambacounda,   Quelques taxis en mauvais état assurent le transport urbain entre la gare routière, le centre ville et le centre de santé communément appelé hôpital. Le transport lourd de marchandise est limité à quelques camions qui assurent l’approvisionnement à partir de Dakar. Le transport fluvial est assuré par des pirogues motorisées qui effectuent quotidiennement la traversée du fleuve qui sépare la ville de Bakel et Goureye sur l’autre rive et la liaison  entre Bakel et les villages installés le long du fleuve. Ce  mode de transport est plus utilisé en hivernage à cause des routes dégradées.   Au plan des contraintes, on note :

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (107 videos)
Loading...
Entente Dév Dépt Bakel
Micro Trottoir
Mosquée
Mosquée Diaguily

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.