BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Makan3

Il s’appelle Djibril Makan N’diaye, communément appelé « Djibi N’diaye », né en 1960 de Médine et fils d’un ancien contrôleur de train et d’une teinturière. M. N’diaye est un  comptable de formation, mais aujourd’hui agriculteur, maraicher, planteur et éleveur, bref un homme de tout terrain.

A son actif plus de 5000 pondeuses, 5 000 pieds de papayers, 500 pieds de manguiers, 500 pieds de tangilots, 400 têtes de moutons, 15 hectares de champs. Djibi ravitaille actuellement le marché de Kayes, de sadiola des produits maraichers. Grâce à lui le prix des plaques d’œufs ont baissé de 3000 Fcfa à 1900 F cfa, il couvre les besoins en papayes tout  le marché de Kayes.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

eleveures

Le président de la République, Macky Sall, a reçu ce jeudi, une forte délégation représentant 40 organisations d’éleveurs du Sénégal en prélude à la journée de l’élevage prévue à Fatick le 29 décembre prochain. Les éleveurs en ont profité pour porter leurs doléances au chef de l’Etat, lui disant qu’ils veulent un interlocuteur à ses côtés. 

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Omvs

Le directeur général de la Société de gestion et d’exploitation de Diama (SOGED), Tamsir Ndiaye, a plaidé, samedi, à Saint-Louis, pour une optimisation de l’utilisation des ressources en eau du fleuve Sénégal, notant que seul le quart du potentiel hydrique est actuellement exploité. ‘’Au niveau de Bakel et jusqu’au barrage de Diama passent 20 milliards de mètres cubes d’eau et seuls 5 milliards sont exploités par les différents usagers’’, a constaté M. Ndiaye, en marge d’un atelier de mise en place d’un Cadre de concertation des usagers des ressources en eau du bassin du fleuve Sénégal.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

PluieBakel1

Le poste de Boynguel, le plus pluvieux de la région de Tambacounda l’année dernière avec plus de 800 millimètres, a vu son cumul réduit presque de moitié, avec un écart de près de 400 millimètres--le plus grand à l'échelle régionale--par rapport à la saison précédente, selon la Direction régionale du développement rural (DRDR).

‘’L’année passée Boynguel était le premier de la région, et cette année, il est le dernier dans le département de Goudiry’’, car n’atteignant même pas 500 millimètres, a relevé Pierre Diouf, le chef du service régional de l’agriculture, dans un entretien avec l’APS.Située dans le département de Goudiry, Boynguel qui avait cumulé 855,5 mm en 44 jours de pluie, lors de la dernière campagne, n'en a reçu que 456,2 en 32 jours de pluie à la date de vendredi dernier. Soit un déficit de 399,3 mm par rapport à l’année dernier et un écart de 12 jours de pluie.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

StationPompageKolenghaBakel

Les populations Bakel vivent en grande partie de l’agriculture. Les cultures de saison intéressent plusieurs familles pour leur autosuffisance alimentaire. Depuis quelques temps, à cause des aménagements en souffrance dans le Kolengal, les cultures de décrue avaient repris de fort belle manière pour pallier aux manquements. Aussi, les moyens de production ne sont pas performants dans le Kolenghal. Depuis quelques temps, la désolation se lie sur les visages des exploitants agricoles de cette zone. Si rien n’est fait, ces périmètres irrigués risquent de constituer un cauchemar pour les familles. En effet, la station de pompage est en panne depuis quelques temps. Les aménagements agricoles qui ont besoin d’une quantité inestimable d’eau à ces moments où le riz commence à fleurir, se transforment en « crève-cœur ».

audio : Samba Ka : 

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits