BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Index de l'article

Gathiary  le  premier arrondissement que l’on atteint en s’enfonçant dans la poche de la Falémé à l’extrême Est du pays fait face  à l’adversité des difficultés. L’enclavement le manque d’émancipation de l’école, l’insuffisance de l’approvisionnement en eau, la non  valorisation des ressources forestières et le démarrage de l’électrification  déjà installé freinent le développement de cette localité. Avec un taux de déperdition scolaire qui frise les 80% ce sont les ressources intrinsèques endogènes supplémentaires qui sont recherchées  et trouvées dans  la synergie inter-villageoises. Le nom Gathiary renvoie à calvaire. Rien qu’en préparant le  voyage on ne peut ne pas penser aux   difficultés  de ce voyage à cause de l’état de la route. Route. Il n’y a pas. Le pont de Sitibantang sur la Falémé qui  donne sur Laly est tristement seul et attend de chaque coté des routes d’accès. Le chemin de Nayé à  Sitanbantang déjà adossé à la nationale 1 est coupé les fortes pluies  sont passées par là. Il faut aller chercher son chemin dans les sillages tracés par les charrettes à ânes entre les méandres des rivières qui se précipitent dans la Falémé. De chaque coté du  fleuve le Panorama est digne  de champs d’essais de  mine ou d’explosifs. Notre conducteur Baldé  se tord et s’équilibre entre deux feux non entre  deux trous béant laissés par les eaux qui chaque année dépasse les 1000 mm de cumul. La végétation luxuriante laisse visible le passage des transhumants. Epineux sabrés au tronc laissant trainer le fourrage aérien très appété par les bêtes qui laissent derrière eux un arbre qui ne se relèvera presque pas pour la plupart. Et ou difforme qui  laisse passé les nouvelles pousses n’importe ou et n’importe comment. Un  disharmonie cette espace clame et boisé. Les forets de baobab et de gomme Mbeup de Dimbe et de Venn donne un aperçu des immenses potentialités de cette poche de la  Falémé. La contemplation de cette verdure seule refuge pour endosser stoïquement les affres de ce parcours de combattant qui prennent les aires de safari laminé par les feux provoqués pour faire  déguerpir les transhumants.  Avec leur cortèges de problèmes conflits de tous  ordres avec malheureusement des plaintes pour coup et blessures mortelles les transhumants continuent à être sur le banc des accusés dans cette partie orientale du pays qui reçoit les deux tiers du cheptel national au moins neuf mois sur les douze. Et aussi les conflits sont  liés à leur mode de traitement des massifs boisés. Leur passage est souvent et pour la plupart très critiqué par les  autochtones qui déploient beaucoup  de stratégies pour des mises en défends, la formation de brigades de vigilance   ne  s’arrête pas dans cette foret que l’on est pressé de quitter pour atteindre le village à une vingtaine de km parcouru en une heure. Ici le moindre brassage est synonyme de réjouissance de festivité et de communion. Pour comprendre cela selon le chef de village Coly Sané il faut remonter la tradition d’accueil des peuples Soninkés.

Car ici  tous parlent cette langue dite aussi Sarakolé ou même Maraka qui  met en exergue leur triple dimension de piété, de  hardiesse de grand négociant voyageur richissime à souhait. Entre les ripailles, les chants mélodieux reprenant le folklore du terroir et danses la panoplie de tambours permet de hausser la tonalité pour accompagner la danse  royale saccadée et majestueuse dans  la gestuelle. La danse soninké méconnue du  reste  du pays dans sa superbe montre  toutes ces facettes et sa classe. Des plus petits aux adolescentes en passant par le adultes sur  un espace qui  a déjà reçu des bassines d’eau pour atténuer les pieds nus et la poussière soulevée par ses sautillement décollage voltiges et ballets savamment orchestrés par des classes d’âges récitants du coup  un spectacle chorégraphique bien agencé.   Ou  encore. Gathiary laisse exploser sa joie de vivre de vaincre le signe indien.


OPERATION PREHIVERNALE            
En organisant une rencontre inter générationnelle qui a regroupé  28 villages et 6 du Mali  Gathiary le siège de la communauté rurale du même nom  qui a reçu ces voisins de la communauté  rurale de Sinthiou Fissa et Gabou a simplement planifié des opérations pré hivernales pour lutter contre le paludisme, l’assainissement, la vulgarisation des moustiquaires imprégnées et le reboisement qui vont s’ajouter à la politique d’inscription des enfants a l’école et leur maintien. Sous l’égide de l’ONG Tostan pour l’éducation non formelle en Afrique qui vient de ce déployer il y a deux mois dans cette partie du  pays ou les populations dans un avenir proche se considéraient comme des citoyens maliens, il était mis en bonne place dans les débats de ce forum inter- villageois la démocratie les droits humains et le processus de résolution des problèmes. Ce qui fera dire au Coordinateur régional de l’ONG Therno  Mamadou Diallo  ce sont les communautés les plus défavorisées qui reçoivent les classes d’alphabétisation. Ces arrondissements en rade de l’évolution qui s’instaure à plus que tous de voir une alternative a l’émigration clandestine qui  reste jusqu'à présent le seul  débouché. Le programme permet aussi de faire face aux problèmes de santé, de l’environnement, de l’assainissement des activités génératrices de revenus avec l’épargne pour le changement comme recettes qui alimentent les caisses des comités  de gestion communautaire. Samba Diallo le Président du conseil rural qui s’est félicité de l’avènement du programme de Tostan dont l’objectif  est l’amélioration des conditions de vie des populations souhaite le  démarrage de la distribution de l’électricité dont toutes les installations l’équipement,  les essais  sont effectués depuis déjà plus d’un an. 

 



DEPERDITION SCOLAIRE DE PLUS DE 80%
Dans la  communauté rurale point de forage avec château d’eau qui est une autre doléance dont fait savoir M Diallo. Il se félicite  néanmoins de la chaine de forage pompe manuelle que l’Uemoa a bien voulu installer. La Sonatel aussi est entrain de s’installer   pour le  désenclavement téléphonique. La campagne de lutte contre la bilharziose a laisse un gout amer qu’il faut juguler pour la phase suivante des vagues de maux de ventre et de vomissement est entrain  de créer  des résistances communautés a travers des ateliers ont planifié des actions salutaires comme le reboisement, l’assainissement  l’inscription et le maintien des  enfants a l’école. L’école selon le directeur Ibrahima Diédhiou est malade  du dédain des parents complices de cette déperdition qui atteint par moment  plus de 80 % . Ce taux d’abandon par les chiffres  pousse au recrutement bi annuel. Le  cycle qui est arrivé au CM2 à 16 élèves  l’année dernière était une cohorte de 50 au CI. Au fil des années les enfants garçons comme filles sont retirés du circuit pour  ne plus rien faire malgré la pugnacité des enseignants. Sur ces 16 ce sont les quinze qui étaient reçus pour le collège  à présent Six seulement sont restés.  Point de collège pour  tout l’arrondissement de la poche et l’effectif existe. Car la seule classe du Madarassa école arabe avec ses 100 pensionnaires a plus d’élèves que l’école de 4 classes réunis de l’école de Gathiary forte de ses 80 élèves. Et les enfants qui ne sont pas dans les deux écoles sont  encore plus nombreux. L’école piétine et ceux qui  expliquent la préoccupation de l’imam de laly sur le devenir de la communauté qui avec le  taux de déperdition scolaire et le nombre important d’enfants qui n’ont aucune issue car n’étant dans aucune école tout en se félicitant de l’avènement  des classes d’alphabétisation qui ciblent les Ados et les femmes pour la plus part sans éducation.    De quoi perdre son latin. La poche de la Falémé  a du mal à sortir de l’ornière et … reste confiné dans  la poche
 
Reportage de Pape Demba Sidibé / Tambacounda.info /

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 370 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.