BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Issiar Dia a préféré la Turquie et Fenerbahce à Monaco ou l'Allemagne. L’ancien Nancéien est convaincu de la justesse de son choix.
Issiar Dia, votre transfert a tellement traîné en longueur qu'on avait fini par se demander si vous alliez vraiment quitter Nancy
Personnellement, je n'ai jamais eu aucun doute ! Cela a pris du temps parce qu'en ce moment, la situation économique n'est pas facile. L’ASNI, exigeait des garanties bancaires, mais dans mon esprit, c'était clair : j'allais quitter Nancy.
Pour vous, il n'était donc pas envisageable de rester un an de plus à L’ASNL?
Oui. je l'avais d'ailleurs clairement expliqué à Pablo Correa lors du stage à Port-Crouesty, et il le comprenait. Il fallait que je découvre autre chose, après quatre saisons à Nancy. C'était nécessaire pour moi et pour le club, qui avait une occasion de gagner un peu d'argent.
Sauf qu'il en a gagné nettement moins que prévu. Il espérait récupérer plus que les 5 millions versés par Fenerbahçe, dont une partie va être reversée à Amiens, votre club formateur...

Cela m'amusait d'entendre certains chiffres comme 8 ou 10 millions. je savais que je serais vendu à un tarif moins élevé. Ce que je voulais, c'était jouer dans un grand club. J'ai eu des contacts avec Monaco et des clubs Alle­mands. Je voulais aussi découvrir un autre Championnat, une autre culture.

Monaco ou l'Allemagne, cela ne vous tentait pas?
Si, mais 1e challenge sportif de Fenerbahçe était plus intéressant, puisque je sais que je vais jouer une compétition européenne cette saison, peut-­être même la Ligne des champions! Ce n'était pas forcément le cas de tous les autres clubs qui se sont intéressés à moi.

Fenerbahçe est-il un grand club ?
En Turquie, oui, mais à l'échelon continental, il a beaucoup à prouver ...Au niveau des structures, c'est impressionnant. C'est un club bien organisé, où tout est fait pour que le joueur ne pense qu'au foot. Le football turc a beaucoup progressé ces dernières années, et il peut encore faire mieux. Ses clubs obtiennent de bons résultats dans les compétitions européennes, son équipe nationale participe régulièrement à la Coupe du monde ou à l'Euro. De très bons joueurs évoluent dans ce Championnat. Guti vient de signer à Besiktas...
À Fenerbahçe, il y a un très bel effectif, capable de remporter le titre national, ce qui est le principal objectif, et de faire un bon parcours en Ligue des champions. Mais cela passe par une qualification chez nous face à Berne (2-2 à l'aller).

Vous n'avez pas peur de vous faire oublier en rejoignant un Championnat moins médiatisé ?

Je n'ai pas l'impression de me met­tre en danger. Le Championnat turc est moins exposé que ceux d'Italie, d'An­gleterre ou d'Espagne, mais il est d'un très bon niveau. Et je ne crains pas la pression populaire, au contraire. Je sais que les supporters sont très chauds en Turquie. J'ai été présenté lors d'un match amical en Allemagne face à Galatasaray. C'était impressionnant. J'ai déjà hâte de disputer les grands derbies d'Istanbul. En venant ici, je sais que j'ai fait le bon choix...

La lourdeur du calendrier vous permettra-t-elle de disputer le match amical entre le Sénégal et le Cap-Vert le ll août prochain à Dakar ?
Oui, bien sûr. Le Sénégal, c'est mon pays, et jouer pour lui est un honneur. Il y a beaucoup d'internationaux à Fenerbahçe. Ils sont habitués..

Source Lequipe.fr

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 682 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.