BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

            Kidira PenurieEauFev2020
Depuis la vendredi 21 Février 2020, cette denrée rare, nécessaire, indispensable pour les hommes, les animaux comme pour les plantes, qu’est l’eau, manque dangereusement à Kidira.
Avec la chaleur qui s’installe déjà, les jours et les nuits paraissent s’allonger, ne permettant pas aux hommes de se reposer.
Ces jours-ci, une poussière ocre couvre le ciel, rendant la visibilité difficile. Un vent sale oblige à se protéger avec des lunettes ou s’enturbanner.
Malgré le Forage, l’eau est devenue introuvable à partir des robinets. Cette situation ne dépend pas d’AGIFOR, selon le Président de la structure chargée de la gestion et de la distribution de l’eau à Kidira monsieur Dramane Cissokho. C’est plutôt du côté de la SENELEC qu’il faut se rendre pour avoir des explications, ajoute-t-il.

En attendant, les populations souffrent beaucoup de cette pénurie d’eau qui oblige certains à aller s’approvisionner jusqu’à Nayé distant de Kidira de quatre kilomètres.
A Bakel, une situation pas très éloignée de celle-ci, la semaine dernière, avait poussé certains quartiers à pratiquer les mêmes méthodes : aller puiser ailleurs et se débarrasser de l’eau sale recueillie.
D’ailleurs, le Dimanche 1er Mars, une marche de protestation est même prévue sur les artères de la Commune de Kidira. Elle concerne encore l’eau, l’eau de la Falémé, polluée par les orpailleurs qui y déversent des produits dangereux. L’eau devient inutilisable pour les hommes comme les animaux. Les terres s’appauvrissent, l’agriculture qui faisait vivre plusieurs familles est abandonnée faute de rendements. Des maladies d’un genre nouveau apparaissent. Les populations des deux côtés de la Falémé (Maliens et Sénégalais) se donneront les mains pour se faire entendre par qui de droit, en espérant que des mesures idoines seront prises pour préserver la santé des riverains de ce cours d’eau important, tout en leur permettant de reprendre leurs activités traditionnelles.


Idrissa Diarra, bakelinfo.com                                                              

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits