BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

killésakhoo
Killé Sakho, 32 ans, un des plus jeunes maires issus des dernières Locales, dirige la commune de Diawara. Ce village du département de Bakel a été le point de départ du conflit sénégalo-mauritanien. Cet élu du Pds revient sur l’inauguration du château d’eau par l’ambassadeur de France, Jean Félix Paganon, sur le différend Aïda Mbodj-Modou Diagne Fada, son départ agité vers l’Apr.

 


Vous venez d’inaugurer le château d’eau avec l’ambassadeur de France Jean Félix Paganon. Qu’est-ce que cela vous fait en tant que maire de Diawara ?
C’est une satisfaction pour toute la ville parce qu’avant, les femmes se levaient à 5h du matin pour aller chercher de l’eau. Actuellement, nous avons de l’eau en permanence ; donc c’est un grand soulagement pour nos pauvres mères qui étaient très fatiguées et nous aussi les hommes qui achetaient l’eau à 800 francs ou 1 000 francs. Aujourd’hui, nous l’avons à 400 francs le mètre cube. Toute la population de Diawara est reconnaissante envers tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de cette infrastructure.

Comment se passe la gestion de ce château d’eau ?
Actuellement, la gestion est confiée à un Gie, un privé qui est de Saint-Louis, qui a été sélectionné à l’issue d’un appel d’offres. Donc, c’est lui qui a présenté le meilleur dossier. Jusqu’à aujourd’hui, c’est quelqu’un qui est très actif et qui respecte tous ses engagements envers la population de Diawara.!

400 F le mètre cube d’eau, ce n’est pas trop cher à votre avis pour les populations ?
Oui, c’est cher, mais vu la somme investie ici, 254 millions, je pense que les populations ont accepté de payer 400 francs en attendant de faire une évaluation. S’il faut à un certain moment diminuer le coût, on n’hésitera pas à le faire.

A hauteur de combien a contribué Diawara pour la réalisation de ce bijou ?
La commune de Diawara, à travers l’association des migrants et les parents qui sont en France, a contribué pour 25 millions de francs Cfa. Le reste a été mobilisé par le Paisd (Programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement) et les partenaires comme Gret Pacepas, la ville de Paris et d’autres partenaires en France.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans la politique ?
Je me suis rendu compte, à un moment donné, que sans la politique, nous n’avancerons pas. Si nous ne faisons pas de la politique, c’est sûr que nous n’aurons rien de l’Etat central. C’est le cas d’ailleurs puisque Bakel est le département le plus pauvre du pays parce que ceux qui ont eu à faire de la politique ne se sont pas activés pour leur localité.

Que pensez-vous de la situation du Pds depuis quelque temps ?
C’est vrai que le parti connaît des troubles, mais ce sont ceux qui y militent pour des intérêts crypto-personnels qui sont en train de partir. Ils sont libres de partir. Nous continuerons avec ceux qui y croient encore.

Quelle est la position de Killé Sakho dans le différend qui oppose Modou Diagne Fada à Aïda Mbodj pour le contrôle du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates à l’Assemblée nationale ?
C’est quelque chose que je ne maîtrise pas tellement. J’ai eu à rencontrer Modou Diagne Fada lors de mon dernier voyage à Dakar. Il m’a expliqué, mais puisque je n’ai pas entendu la version de Aïda Mbodj, je ne peux rien dire. Ce qui est en revanche clair, c’est que je suivrai la ligne du parti. Je me soumets à toutes les décisions que le parti prendra. Donc, y compris l’exclusion de Modou Diagne Fada.

Certains vous soupçonnent de vouloir quitter le Pds pour rallier l’Apr. Ont-ils raison ?
Je ne voudrais pas pour le moment parler de cette question.

Qui est votre modèle en politique ?
Mon idole, c’est Hamidou Ndiaye Koïta, l’ex maire de Diawara.

Pourquoi ?
Parce que c’est quelqu’un qui n’a pas fait des études, mais qui, par la politique, est parvenu à faire des réalisations importantes dans la commune. Il y a le stade, le projet de l’Union européenne que j’ai eu à terminer, mais qui a commencé sous son mandat, la radio communautaire. Et parfois, il allait négocier directement avec le Président Abdoulaye Wade. S’il s’était présenté aux dernières Locales, j’allais me désister.

A part ce château que vous venez d’inaugurer, quels sont les autres projets réalisés par votre équipe depuis votre accession à la tête de la mairie ?
Alors, depuis mon élection, le centre où nous sommes aujourd’hui (Ndlr : là où s’est déroulé l’entretien) est le fruit de notre travail depuis 2010. Nous l’avons démarré en février 2014.

A cette époque vous n’étiez pas encore maire ?
J’étais le comptable du maire. Par la suite, j’ai tout fait pour que le projet puisse se terminer dans les délais. Comme on le sait, au Sénégal, un projet qui est prévu pour cinq à six mois ne prend forme qu’au bout de deux à trois ans. J’ai alors négocié avec l’entrepreneur pour qu’il puisse finir le projet avec ses propres fonds. Et il l’a fait. C’est ce centre et le stade.

Quelle est l’utilité de ce centre ?
Ce centre n’est pas encore équipé. Nous avons eu un financement de 20 millions de F Cfa pour l’équiper. C’est un lieu de rencontre avec une grande salle polyvalente, un cyber café, un restaurant, une cuisine, des chambres de passage, une salle de lecture, une bibliothèque et cinq bureaux. Et juste en face du centre, il y a le théâtre de verdure. En plus de cela, j’ai eu à régler un grand souci pour Diawara : l’assainissement. Avec l’Union européenne, nous avons bénéficié d’un financement de 102 millions de F Cfa. Alors que lorsque je prenais la mairie, le projet était à l’arrêt à cause des querelles politiques. Des gens se sont attaqués au maire qui était là et ont tout fait pour bloquer le projet. Quand je suis venu, j’ai tenu un langage de vérité à la population en leur disant ceci : Je reconnais l’autorité du chef de village, mais je suis le maire. Personne n’est plus diawaranké que moi. Ce projet, vous allez l’accepté. Aujourd’hui, toutes les ordures de Diawara sont ramassées et pourraient dans un futur proche être revalorisées.

La localité est réputée zone d’émigration. Les jeunes ne veulent plus rester au village. Quel message leur lancez-vous ?
J’invite les jeunes qui veulent aller en France à rester ici, à investir et à contribuer au développement de notre localité parce que personne ne viendra le faire à notre place. J’ai eu à partir en France à plusieurs reprises, j’ai vu des émigrés qui vivent dans des conditions très précaires et des fois qui ont même honte de vous montrer leur logement.

Mamadou SAKINE à Bakel , lequotidien.sn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

11 juillet 2018
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

   Du Lundi 02 au Dimanche 08 Juillet 2018Lundi 02 Juillet 2018Démarrage des compositions dans les écoles élémentaires du département....

HIVERNAGE : LE GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE À L’ŒUVRE

7 juillet 2018
HIVERNAGE : LE GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE À L’ŒUVRE

Le Groupe de Travail Pluridisciplinaire (GTP)), comprenant le Préfet du département de Bakel, monsieur Mamadou Mbaye et les services touchant...

RANDONNÉE PÉDESTRE DES ENFANTS PARLEMENTAIRES DE BAKEL

4 juillet 2018
RANDONNÉE PÉDESTRE DES ENFANTS PARLEMENTAIRES DE BAKEL

La 30e édition de la Semaine Nationale de l’Enfance prévue du 16 au 22 Juin 2018 a été légèrement décalée...

Faits saillants de la semaine à Bakel

2 juillet 2018
Faits saillants de la semaine à Bakel

Du Lundi 25 Juin au Dimanche 1er Juillet 2018Lundi 25 Juin 2018Nous sommes à la veille du CFEE. Les examinateurs...

SEMAINE NATIONALE DE L’ENFANCE Á BAKEL

1 juillet 2018
SEMAINE NATIONALE DE L’ENFANCE Á BAKEL

Les enfants représentent un trésor. Durant cette semaine qui leur est dédiée (du 16 au 22 Juin 2018), des femmes...

Equipe nationale : Diafra Sakho boude et claque la porte

30 juin 2018
Equipe nationale : Diafra Sakho boude et claque la porte

La fissure annoncée de la tanière, après l'élimination des "Lions" jeudi par la Colombie, se matérialise. Certains joueurs ont laissé...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (107 videos)
Loading...
Micro-Trottoir
Micro - Trottoir
Mosquée
Film Tradition

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 156 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.