BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Diawara_Labeyee

Depuis quelques semaines maintenant, la population de la commune de Diawara est vent debout contre un projet de l’édile de la ville, non pas que ledit projet est dénué d’intérêt pour la collectivité, mais il y a un hic et il réside  structurellement sur la forme, mais également dans une relative mesure sur le fond.

Il s’agit d’un projet d’enlèvement d’ordures ménagères financé à hauteur de 114.000 euros par la branche coopération décentralisée de l’Union européenne, mais pilotée sur le terrain par le technicien local du GRET (Groupe de Recherches et d’Échanges Technologiques), M. Babacar GUÈYE. Les études de faisabilités furent menées, mais quant à la mise en place des structures opérationnelles et organisationnelles, une sombre opacité s’est installée.

La population se plaint de n’avoir pas  été associée dès le départ, elle n’a pas manqué de rappeler que lors de la mise en place du Projet du Corédia relatif au forage, elle a été associée du début jusqu’à la fin, en passant par le choix des tarifs jusqu’à la mise en place de l’ASUFOR (Association des Usagers du Forage) qui n’a pas  été l’objet d’une décision unilatérale, mais concertée. En ce qui concerne ce projet de la municipalité, du début jusqu’à la fin, la population a été tenue à l’écart, elle n’a   été ni sollicitée, ni impliquée,  et encore moins sensibilisée, d’où le grognement des habitants de Diawara quant aux tarifs que le maire veut imposer aux ménagères (pour chaque ménage dans une concession) et pour chaque maison. En effet, chaque femme d’un ménage, dans une maison, se voit imposée une cotisation de 2.000 francs CFA pour la location d’une poubelle et de 1.500 francs CFA par mois pour la taxe d’enlèvement.   

 Ces informations ont été données lors de la toute première réunion sollicitée il y a quelques jours par le maire auprès des représentants de la population (les notables de Diawara), et c’est lors de cette réunion que la population a pris connaissance de l’existence de ce projet, d’où son grand étonnement et un sentiment désolé d’être mise en face devant le fait accompli. D’autres interrogations ont été soulevées. Il s’agit de savoir quelle association a signé la convention    d’objectifs qui précise les engagements de chaque partie (ceux qui financent le projet et ceux qui en bénéficient) et qui en sont les membres ? Et une autre question tout aussi fondamentale que la première fut posée : quelle est l’entreprise qui bénéficiera de l’exploitation ? Ces questions ont été répondues de manières laconiques sans  plus de précisions, sauf pour dire que l’association a été déjà créée et  que l’exploitant a été choisi. Et c’est là où le bât blesse, puisque a priori il n’y a eu aucun appel d’offre et aucune publicité n’a été faite auprès de la population pour la création et la composition de l’association. Et comme les langues ont commencé à se délier, il s’avère qu’au sein de ladite association, l’écrasante majorité de ceux et celles qui la composent sont des proches du maire et l’entreprise qui fera office d’exploitant a été créée en catimini et elle est gérée là aussi par les proches du maire. Ce qui conduit à un grand conflit d’intérêt aussi réel et vrai  que  le lever du soleil demain matin.

La mise en place de cette fameuse association n’a fait l’objet d’aucune concertation, d’aucune sensibilisation de la population : tout avait été faite en la maintenant à l’écart du processus, elle n’a été impliquée d’aucune manière que ce soit. Les seules réunion préparatoires qui avaient été tenues autour du projet, l’ont été entre les fidèles du maire et lui-même, une espèce de cercle très, très restreint, tout en ignorant de manière volontaire la tenue d’assemblées générales rassemblant toute la population.

Le choix du gestionnaire délégué s’est fait exactement en suivant le même schéma de non transparence, car il a été désigné dans le le secret des dieux ; là aussi, la population fait face un népotisme patenté et elle crie au scandale ; il n’est pas sans rappeler que ce type de favoritisme est condamnable par la loi.

 Pourtant, en application du Code des Marchés Publics (consultable ici : http://www.marchespublics.sn/pmb/fichiers/8210920394e8eb2381ab41.pdf), un appel d’offre est exigé par la loi, puisqu’il s’agit de financements issus des dispositions prévues par le préambule et les premiers articles dudit code.

Les arguments des proches du maire est qu’ils ne voulaient pas que l’exploitation échappe aux citoyens de Diawara, mais cet argument est fallacieux, car on ne s’arrange pas avec la loi pour se servir, puisque même au sein de la commune de Diawara, aucun appel d’offre n’a été fait : l’édile de la ville a mis en place un groupe de fidèles avec à sa tête son plus grand fidèle soutien (le gestionnaire). Du grand favoritisme. Un vrai scandale, Ce n’est du jamais vu à Diawara.

Alors, pour tout ceci, l’association CORÉDIA  a décidé de prendre ses responsabilités de porte-voix de la population et de l’assister ; mais aussi en tant qu’élément de la société civile, là pour la défense et la sauvegarde de l’intérêt exclusivement général, l’association a décidé de se mettre en porte-à-faux contre tout détournement de l’intérêt général au profit des intérêts particuliers d’individus ou de groupes d’individus. Par cette décision, le CORÉDIA  est très déterminé à dénoncer cet état de fait (ce « projet » municipal entaché du début à la fin d’irrégularité structurelle) auprès de qui de droit et l’association se donnera  tous les moyens légaux nécessaires exigés par la situation  pour une mise à plat de tout le processus d’ordre organisationnel et opérationnel de ce projet.

 Il est temps que la transparence et la gestion concertée soient des composants essentiels dans la gestion de la cité ; l’ère des gestions solitaires de ce qui appartient au domaine public est révolue.

 

Texte décidé par LE BUREAU EXÉCUTIF DU CORÉDIA,

en réunion du samedi 18 janvier 2014.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL OFFRE DU MATÉRIEL AUX ÉCOLES ET STRUCTURES...

15 octobre 2017
LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL OFFRE DU MATÉRIEL AUX ÉCOLES ET STRUCTURES DE SANTÉ

M Ibrahima Diallo dit Demba Ka président du conseil départemental a présidé une journée de remise d'un lot de matériels...

BAKEL : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

12 octobre 2017
BAKEL : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

Les femmes, toutes les femmes du monde ont la journée du 8 Mars qui leur est dédiée. Parmi ces braves...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

11 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Du Lundi 02 au Dimanche 08 Octobre 2017 Lundi 02 Octobre 2017 A l’école Ibrahima Malal Diaman Bathily (IMDB) de...

RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER...

9 octobre 2017
RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER D’ ÉLABORATION DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION

    Madame Hajiratou BA, maire de la commune de Gouraye et vice présidente du Réseau des maires du bassin...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE Á BAKEL

3 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE Á BAKEL

Du Lundi 25 -09 au Dimanche 1er Octobre 2017Lundi 25-09-2017Une formation s'est déroulée à la Salle des Fêtes. Elle a...

GRET TAMBA : ATELIER DEPARTEMENTAL D’INFORMATION ET DE PARTAGE SUR...

28 septembre 2017
GRET TAMBA : ATELIER DEPARTEMENTAL D’INFORMATION ET DE PARTAGE SUR LE PROJET ASAP ET LA SNAR

  Monsieur Ousmane Ngom, adjoint au Préfet de Bakel, a présidé ce matin dans la salle de délibération de la...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.