BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

BIDA

Le monde a évolué, depuis les temps ancestraux. Des cultures ont péri, au fil du temps et ce, malgré la modernité. Mais attention ! Certains conservent toujours leurs traditions.

C’est le cas au Mali, où les totems sont bien ancrés dans les esprits. Ici, les populations y croient, fermement, et les respectent autant que possible. 

Chaque ethnie vit avec ses valeurs qui lui sont inviolables et qui jouent un rôle crucial dans son quotidien.    

 

A cet effet, Actusen.com, dans le cadre de ses reportages sociétaux, a sillonné quelques quartiers de  Bamako, à la croisée des familles. Ici, chaque ethnie a son totem, se soumet à certains interdits, des fois incroyables. 

Sabalibougou, quartier populaire de la capitale malienne. C’est le petit soir, aux environs de 18 heures. Le lieu grouille de monde. Les rues sont bien agitées. Les petits garçons y jouent au ballon. Des fillettes s’amusent avec des poupées devant leurs maisons.

Des hommes et des femmes font du thé au tour de ces mômes. Assis par trois ou quatre sur des bancs en bois. On s’approche d’eux, interrompant leurs discussions houleuses. Ils sont tous de la même génération. Agés entre 23 et 30 ans, certains encore étudiants, d’autres débrouillards.

Le totem, ils en savent beaucoup. Ils se retournent tous,  avec l’air surpris, lorsqu’ils en entendent parler. Le totem est le plus souvent un animal, une plante ou rarement un objet. Dans l’imagerie populaire malienne, il est considéré comme protecteur de la famille.

Il était une fois… ce pacte entre les Cissé et ce serpent

Aminata Cissé, belle Sarakolé ou Soninké, est vêtue d’une robe wax qui met en exergue ses rondeurs. Tressée avec des nattes américaines. Premier enfant de sa famille, elle nous apprend qu’à l’âge de 6ans, son père lui a dit : « tu es Cissé, ton totem est le Bida (boa ou python, Miniyan en soninké). Tu ne dois jamais le consommer,  jamais penser à le tuer. Tu ne dois pas lui faire du mal et le Bida ne te fera jamais du mal  », explique-t-elle.

 A l’origine, il y avait un pacte entre les Cissé et les Bida. Ce qui nous renvoie à l’histoire, mais Aminata n’en sait pas plus. Elle nous dirige vers son oncle qui nous relate les faits.

Il s’appelle Ba Moussa Cissé, vieil homme de 80ans. Qui a quitté leur village, il y a quelques jours. Il prend l’air sous le manguier de la maison, avec son éventail en train de s’aérer.

On sacrifiait la plus belle fille vierge au Boa, le totem des Cissé

« Nos ancêtres ont fondé le royaume du Wagadou ou l’empire du Ghana. A l’époque, le serpent Bida était vénéré, ils avaient fait une alliance avec lui pour s’y installer. Le royaume prospérait sous la protection de l’animal (certains racontent qu’il était considéré comme leur père). Chaque année, on lui sacrifiait la plus belle fille vierge du royaume, à la fin de chaque récolte pour le récompenser”, narre-t-il. “Mais…», s’arrête-t-il.

Puis, poursuit Ba Moussa : « une année, tout a basculé. La jeune fille choisie, après une bonne récolte, était fiancée. L’homme, qui devait épouser celle-ci, n’accepta pas le triste sort de sa fiancée et décida de tuer le serpent. A la cérémonie présidée par le Roi Kaya Maghan Cissé, le fiancé coupa la tête du Bida”.

Mais, à chaque fois, renseigne-t-il : “la même tête repoussait. Et ce n’est qu’à la septième fois que le Boa mourra, finalement. La sécheresse et la famine commencèrent dans l’empire jusqu’à sa disparition », raconte-t-il avec tristesse.

A cause de ce totem tué, la famine et la sécheresse ont pris d’assaut l’empire jusqu’à sa disparition

Les familles sont très prudentes, quand il s’agit de totem. Elles craignent les conséquences. C’est pourquoi, elles interdisent tout mal contre le totem. Ousseynou Camara est aussi Sarakolé. Il est parolier et connait des tas de choses sur la tradition.

«Lorsqu’on croise un Bida, on le laisse passer, d’abord. Si on le voit en premier, un malheur s’abat sur lui. Un de ses parents peut mourir. Dans le cas contraire, s’il nous voit, il n’y a aucun mal», renseigne-t-il. Père de famille, Ousseynou Camara, de grande taille, teint noir, confirme que ces serpents sont « intouchables » et vice-versa.

Les griots Kouyaté et les Camara “horon” ne doivent pas boire le “thiakri” ; sinon, ils auront des plaies à la bouche

Plus il raconte la relation de longue date qui lie les Maliens aux totems, plus il éprouve du plaisir. Ainsi, l’interlocuteur de Actusen.com s’assoit sur une chaise et explique : «les griots Kouyaté et les Camara horon (nobles) ne boivent pas du deiguei “bouille de mil” (thiakri en wolof) avec la même louche. C’est leur totem », renchérit-il.

Selon lui, « s’ils outrepassent cette interdiction, ils auront des plaies à la bouche. C’est pareil pour certains khassokas. Il y a un oiseau qu’ils ne mangent pas. Même si une autre ethnie en consomme, boit avec un pot et qu’un khassoka utilise celui-ci  après, il verra sa bouche saigner», avertit il.

Un peu plus loin, une dame fait des achats dans une boutique. A sa sortie, on l’interpelle sur la question. C’est une Bambara, de teint clair-ce qui est rare-beaucoup ont le teint noir. Elle est en train de cuisiner et nous invite donc, chez elle.

“Mariama Traoré : “le phacochère avait fait très peur à notre ancêtre dans la brousse. Paniqué, il lui avait lancé Haram. Depuis lors, c’est notre totem” 

 Mariam Traoré est mère de deux enfants. Elle pense que meme si les temps ont changé, il n’en demeure pas moins que le totem reste intact comme auparavant. Pour Madame Koné (le nom de son mari), le totem varie d’une région à une autre.

« Le renard est le totem de certains Bambaras ; d’autres, le singe. Nous,  c’est le phacochère. Cet animal avait fait très peur à notre ancêtre dans la brousse. Paniqué, il lui a donc lancé Haram. Depuis lors, c’est notre totem », confie-t-elle.

C’est notre totem qui nous unit

Elle nous raccompagne à la porte. A ce moment,

 une de ses amies lui rend visite. « Elle est comme ma sœur, alors qu’on n’est pas de la même famille. Elle est bambara aussi donc c’est notre totem qui nous unit », affirme Mariam et souhaitant la bienvenue à « sa sœur ». Dans plusieurs villages au Mali, les totems sont  représentés par des fétiches. A qui, la population offre des offrandes pour demander  protection et bénédictions.

Aissata BATHILY (Actusen.com)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Réunion sur la commercialisation du riz local, jeudi

20 septembre 2017
Réunion sur la commercialisation du riz local, jeudi

Le ministre en charge du Commerce, Alioune Sarr, présidera, jeudi, à partir de 9 h, une réunion de concertation sur...

Eliminatoires CM 2018 : Cissé publie une liste de 26...

20 septembre 2017
Eliminatoires CM 2018 : Cissé publie une liste de 26 joueurs dont trois nouveaux

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Aliou Cissé, a publié mercredi une liste de 26 joueurs pour la rencontre...

ÉDUCATION : DÉMARRAGE DES COURS DE VACANCES Á BAKEL COMMUNE

16 septembre 2017
ÉDUCATION : DÉMARRAGE DES COURS DE VACANCES Á BAKEL COMMUNE

L'Union communale des élèves et étudiants de Bakel a démarré leurs cours de vacances au collège waoundé ndiaye de Bakel....

THIES : ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CHARGÉS DE...

15 septembre 2017
THIES : ATELIER DE  RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CHARGÉS DE COMMUNICATION AU NIVEAU DECONCENTRE PAR LA DFC

Monsieur Massamba Thiane, directeur de la DRTS a ouvert ce matin à la résidence JB de Thies et au nom...

GOUVERNEMENT DIONNE II : LES DÉPARTS ET LES NOUVEAUX MINISTRES

12 septembre 2017
GOUVERNEMENT DIONNE II : LES DÉPARTS ET LES NOUVEAUX MINISTRES

Le nouveau gouvernement sénégalais, dont la liste a été publiée jeudi en début de soirée, compte 39 membres (35 ministres...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 258 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.