BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Samba Jarinte Traore

Parler de Tuabou, c’est penser tout de suite au Gajaaga et à son histoire ; c’est se rappeler les Tounka, les Bathily Simpéra et à leur glorieuse épopée.

Mais Tuabou, ce n’est pas seulement ces rois, les ancêtres du célèbre Professeur Abdoulaye Bathily! Dans ce village situé, le long du fleuve Sénégal, à sept kilomètres de Bakel, est né aussi un homme à la culture immense, aux connaissances gigantesques, à la simplicité légendaire. Il s’appelle Samba. Samba Traoré. Samba Diarinté Traoré, monogame, père d’un garçon heureusement versé aussi dans le Droit, car Avocat.

Samba (nom très populaire !) a opté pour devenir enseignant dès le Cours d’Initiation (CI) à l’Ecole Régionale de Bakel quand son maître, un certain monsieur Kounta, Mame Cheikh de son prénom, dès le premier jour de classe leur apprit : <<Debout ! Assis !>> puis chanta avec sa voix mélodieuse et sa tenue simple mais correcte. Samba avait frémi et s’était dit : <<je serai comme celui-là, je deviendrai enseignant !>> Dans cette école actuellement appelée Ibrahima Malal Diaman Bathily (IMDB), ses maîtres messieurs Mamadou Waly Ndiaye, Babacar Thioune et le Doyen Diaman Bathily ont confirmé son choix. Ils étaient exemplaires ces enseignants, de véritables parents, amis, grands pédagogues!

Admis au Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) et à l’Entrée en 6e, cette année-là, vu le grand nombre d’admis, certains élèves avaient été orientés dans des Collèges Privés avec des bourses. Ce fut son cas : il a fait ses études au Collège Sacré Cœur de Dakar avant d’aller à l’Université Cheikh Anta Diop, à la Faculté de Droit et de Sciences Juridiques.

 

Après la Maîtrise en Droit privé judiciaire, obtenu en 1980, à l’UCAD, coup sur coup, monsieur Samba Diarinté Traoré décrocha d’abord le DEA d’Histoire de Droit, en 1981 à l’Université de Paris II (France) puis le DEA de Droit pénal et Sciences criminelles, en 1982 à Paris II (France).

En juillet 1991, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, monsieur Traoré devint Docteur d’Etat en Droit (option Droit foncier).

Au cours de la même année, ce polyglotte parlant et écrivant Français, Anglais, Soninké, Pulaar et Wolof s’est brillamment comporté en sortant Major du Concours d’Agrégation en Droit (option Histoire du Droit et des Institutions), en Novembre 1991, CAMES Brazzaville.

Enseignant-Chercheur, Agrégé des Facultés de Droit, Professeur Titulaire de Classe Exceptionnelle des Universités à la retraite, Samba Diarinté Traoré, Doyen de l’UFR des Sciences Juridiques et Politiques de l’UGB (2000-2003), Doyen Honoraire de la même UFR, a été élevé au grade de :

-Chevalier de l’Ordre National du Lion du Sénégal,

-Chevalier de l’Ordre National de l’Education de Côte d’Ivoire,

-Chevalier des Palmes Académiques du CAMES.

Les activités de Recherche de notre Enseignant-Chercheur sont nombreuses mais surtout orientées vers le foncier.

-De 1978/1979 avec l’Enquête socio-économique OMVS dans la vallée du Sénégal

-En 1980 Membre de l’équipe de Recherche sur le Projet Soninké de l’ACCT : Sénégal ; Mali, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Gambie et Guinée Bissau.

-Depuis 1992 Membre de l’équipe de Recherches sur le foncier, la Décentralisation et la Gestion des Ressources naturelles au Sénégal : zone périurbaine de Dakar, bassin arachidier (Fandène-Thiès), Mbane (Delta-Lac de Guiers), zone sylvo-pastorale-Ferlo. USAID-LTC.

- En Avril 1992, séjour à Madison (Wisconsin USA) pour les techniques de recherche participative accélérée en matière foncière et de gestion des ressources naturelles (MARP)

-En 1994, Consultant expert foncier pour la SAED et la Caisse Française de Développement sur le foncier et les garanties pour la riziculture dans le Delta du Sénégal

-1994-1995, Coordinateur pour le Sénégal du Projet FICU : le foncier, la politique des Etats et de la Banque mondiale et les réponses paysannes à l’ajustement structurel. LAJP. Université de Saint-Louis Universités de Ouagadougou et du Mali.

-En 1996, Animateur de l’Atelier régional des Organisations pastorales sur la gestion alternative des conflits fonciers liés aux ressources pastorales. Dakar- Octobre. PLAZET. PAPEL.GTZ.

-En 1997, Coordinateur Scientifique du Colloque international sur la recherche et la formation du foncier-CILSS-Université Gaston Berger-Université de Ouagadougou- Saint-Louis

-En 1998 (Avril), Coordinateur Scientifique du Colloque sur « La sécurité foncière rurale au Sénégal » UGB de Saint-Louis-Goethe Institut.

-Professeur en Mission d’enseignement et d’appui à l’Université de Bamako (Mali) : Séminaires des thèses, cours et conférences d’Agrégation en Droit ;

-Jusqu’en 2011 : Expert Foncier pour SONED AFRIQUE/MCA Sénégal pour les travaux préparatoires à la sécurisation foncière dans la vallée du Sénégal ; outils fonciers, manuel de procédures d’affectation des terres, place et rôle des genres…

Plusieurs autres Activités et Appartenances sont à mettre à l’actif de monsieur Samba Diarinté Traoré dont :

-Membre du Comité Technique Spécialisé (CTS) de Sciences Juridiques et Politiques du CAMES depuis 1992 ;

-Membre du concours d’Agrégation en Droit et Sciences Politiques du CAMES depuis 1999 ;

-Membre de la Fédération Internationale des Experts Fonciers (FIEF)

-Président du Comité Scientifique du Forum International Praia +9 sur le foncier, la décentralisation, le développement durable et l’intégration régionale au Sahel (CILSS) : Bamako, novembre 2003.

-Directeur du Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Décentralisation et en Développement Local (LERD)

-Coordinateur pour l’IDESUF du Centre Régional de Préparation au Concours d’Agrégation (2006-2007).

Monsieur Samba Diarinté Traoré a fait plusieurs publications aussi dès 1980 dont :

-Le mariage dans la coutume soninké islamisée. Jurisprudence du tribunal de subdivision des deux Goyes à Bakel (Mémoire de maîtrise de Droit privé). Université de Dakar

-Le mariage dans la coutume soninké : essai de comparaison entre la pratique soninké et le droit musulman en 1981.

-En 1985 : Corpus soninké : parenté et société. Dictionnaire d’anthropologie juridique. LAJP. PARIS 1. 165 pages

-1986 : Aspects fonciers de la Vallée du fleuve Sénégal : Les droits coutumiers face à l’Etat. Exemple de la zone soninké du Gajaaga. Communication au Séminaire sur le NPA.CREA. Université de Dakar.

-En 1991 : Les systèmes fonciers de la Vallée du fleuve Sénégal : exemple de la zone soninké de Bakel : Canton du Goy-Gajaaga (Communauté rurale de Moudéry). Thèse pour le Doctorat d’Etat en droit-20 juillet.

-L’inceste à travers les contes et légendes africains : dans le silence de la coutume, un essai d’anthropologie juridique d’un tabou sans nom. Paru dans la Revue de l’Association Sénégalaise de Droit Pénal, mars 2000.

-Le Voleur, le Pilon, le Marabout et le Commandant de Cercle : la cohabitation de logiques contraires dans la recherche de preuves. In Un Passeur entre les Mondes, Livre des Anthropologues du Droit Disciplines et Amis de Michel ALLIOT. Publications de la Sorbonne Mai 2000.

L’on retiendra parmi ces importantes publications que nous ne pourrons les citer toutes :

-En 2006 : La fille aînée de l’Etat du Sénégal cherche un prétendant : la Loi sur le Domaine National a 40 ans, faut-il lui souhaiter joyeux anniversaire ou lui organiser un enterrement de première classe ? Paru dans Liber Amicorum pour Etienne LE ROY, KARTALA septembre 2006.

-En 2013 : Le conflit foncier à l’ombre du droit. In A l’ombre du droit, Hommage à Gerti HESSLING. KARTHALA Sénégal-avril 2013.

Je ne terminerai jamais cette rencontre avec ce Soninké, Expert foncier MSA, SAED, AFD sur les Genres et développement dans la vallée du Sénégal, Responsable des Etudes doctorales de NELGA AO, Agrégé des Facultés de Droit sans vous murmurer à l’oreille, sans vous chuchoter un petit secret. C’est un secret de polichinelle mais gardez-le ! Méfiez-vous quand même de lui : les plats

à base de gombo, de fonio ou son « Futon do dere », ce couscous arrosé de feuilles de haricot bien retenu par une bonne quantité d’arachide, de poisson sec ou frais et/ou de viande, des nuits de clair de lune du Gajaaga, il aime bien les partager avec ses hôtes pour montrer la culture de chez lui mais il sera toujours le dernier à racler le fond du bol.

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 148 invités et aucun membre en ligne

Portraits