BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

WaguiTraore

Wagui TRAORE de son nom, il est né à Manaël, dans le département de Bakel, Sénégal.

Sur le plan académique, il est titulaire de la licence 3 en Gestion de Projets et un Master en Gestion des Collectivités Locales validé au mois de décembre 2018.

Il a commencé sa carrière dans le domaine de l’enseignement ; ce qui lui a permis d’exercer la fonction d’instituteur durant 19 bonnes années.
A ce titre, il a servi durant six ans dans le département de Vélingara. Par ailleurs, il a toujours nourri l’ambition de venir servir son département, même si c’est pour un moment ; c’est pourquoi, en 2006, il a été muté à l’école de Diawara 1, puis en octobre 2013, il occupe la direction de l’école d’Ounoumbaba.
Il n’oublie pas ses tous premiers élèves de Diawara 1, Mariame SAKHO, Bakary TRAORÉ, Sikhou DOUCOURE, Sakho Boulaye SAKHO, Adama SAKHO, Samba DIAKHITE …

Depuis son jeune âge, il était attaché à tout ce qui concerne l’intérêt général ; c’est pourquoi, en tant qu'enseignant il a milité dans le syndicalisme pour la défense des intérêts des enseignants ce qui lui fera occuper le poste de secrétaire général départemental du Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal (S.E.LS) de 2012 à 2016.
Au niveau national, il est également un acteur politique avec toujours l’ambition de servir son pays. C’est dans ce contexte, avec les couleurs de sa famille politique l’Alliance Pour la République, qu’il a été élu comme Vice-Président au Conseil Départemental de Bakel.

A notre question sur la mise en place et l’intérêt de l’acte 3 de la décentralisation, il a répondu en ces termes :
« Ces conseils départementaux sont le fruit de l’Acte 3 de la Décentralisation, qui consiste non seulement, à corriger les déséquilibres territoriaux ; mais aussi et surtout, à rapprocher d’avantage l’appareil administratif aux populations locales pour mieux prendre en compte les besoins et leur permettre de participer à la gestion de leurs localités. »

Direct dans ses réponses il renchérit en parlant des limites de l’acte 3 :
« Dans sa réforme, l’Etat Central a transféré un ensemble de compétence aux collectivités pour responsabiliser les acteurs à la base. Par ailleurs, les mesures d’accompagnement budgétaires prises ne sont pas à la hauteur des compétences transférées. Par exemple, dans le domaine de l’éducation, Le conseil départemental n’ayant pas de territoire et surtout de recettes propres (tout lui vient de l’état) n’a pas la compétence de construire des collèges et lycées ce qui est du domaine de l’état mais peut intervenir dans toutes les communes pour apporter solution aux problèmes ponctuels comme le cas des abris provisoires et réfection de certains bâtiments. »

Pour sa part le Conseil Départemental de Bakel, est installé le 19 juillet 2014, sous la conduite du Président Ibrahima DIALLO. Sa prise de fonction, le Conseil a élaboré un plan stratégique afin de faire l’état des lieux de la situation, identifier les besoins et mettre un ordre de priorité. Ce document, qui est en parfaitement adéquation avec les orientations stratégiques du Plan Sénégal Emergent, a conduit au Plan de Développement Départemental, qui est le document de référence dans le département.

Pour vulgariser les actions et faire la promotion du département, ils ont fait appel à un journaliste pour réaliser un film documentaire.
A travers le budget d’investissement que l’Etat a mis à sa disposition, chaque année, le conseil départemental met en œuvre le programme stratégique en fonction des priorités définies.
Mais comme cela a été évoqué, ces moyens sont très limités par rapport aux attentes des administrés. Malgré cela, ils ont fait des réalisations.

A titre d’illustration, à Diawara le conseil a pu mettre la toiture, les portes et fenêtres sur 4 salles qui étaient en abris provisoires en 2017, construire deux classes, réfectionner les toilettes. Il était prévu de réaliser un terrain réglementaire multifonctions (football, handball, basketball) malheureusement l’espace disponible était insuffisant.
Pour le reste du département ils ont pu faire des constructions et réfections suivantes:
  - 2 classes à Sadatou,
  - 2 à Kidira,
  - 2 Grimpallé Bakel,
  - 2 à Gabou,
  - Un mur de clôture au collège de Aroundou,
  - Réfection des salles et toilettes du collège de Bakel Commune,
  - Réfection des salles et Bloc administratif du collège de Kidira,
  - Réfection de la salle informatique et de la bibliothèque du collège Waoundé Ndiaye.
En équipements : il y a eu la distribution d’ordinateurs pour les salles informatiques de Senedebou et Ndjimbé, des chaises et tables d’ordinateurs pour le lycée de Bakel, une photocopieuse pour le collège de Tuabou, de Kounghany, Bakel Commune, le lycée de Ballou et Golmy.
Deux éditions de la journée de l’excellence sont organisées suite auxquelles des bourses ont été octroyées aux candidats ayant réussi au Baccalauréat.

Dans le domaine de la santé le Conseil Départemental n’a aucune structure à sa charge, cependant il a équipé les centres de santé de Bakel et Kidira de lits d’hospitalisation, de tables d’accouchement, de ventilateurs, de blouses et divers petits matériels sans oublier le volet social dans le dans le cadre des évacuations et prise en charge des indigents.
NB. Il est bon de préciser que le conseil départemental n’avait pas de budget de l’installation à décembre 2014, ces réalisations sont faites avec les budgets de 2015 à 2018. Le conseil départemental déplore le comportement de certains maires qui ne répondent pas aux convocations lors de l’orientation budgétaire moment important pour identifier les priorités de chaque commune malgré que le conseil départemental n’ait pas de territoire mais peut appuyer toutes les communes dans leur projet de développement.

Pour précision la question de construction d’infrastructures revient toujours, le conseil départemental n’a pas de territoire donc c’est aux maires de prévoir cela dans leur plan de lotissement et cela semble être fait de part et d’autre.
Etant membre de l’APR et de la coalisation présidentielle M. Wagui TRAORE n’a pas manqué de répondre aux revendications, surtout concernant le manque d’infrastructures.

Et en toute honnêteté on peut dire que Bakel n’a pas connu les grandes réalisations. Il rajoute :
« Personnellement, j’ai eu à faire plus de 200 signatures en moins de 5 jours en début septembre et sincèrement c’est tout le contraire que les gens croient, les militants me trouvent chez pour parrainer notre candidat Macky SALL.
La promesse étant une dette, le président Macky n’a oublié personne et tout se réalisera. »
Il se targue d’être l’un des rares hommes politiques du département à attaquer le gouvernement en citant même des noms de ministres par rapport à l’attente de la population de Bakel et en particulier de Diawara commune.

Son mot de la fin
Pour moi la meilleure façon de faire de la politique est de la faire là où l’on réside en plus ce n’est pas un métier pour moi. Mon combat, c’est de voir les infrastructures se mettre en place, pour qu’elles bénéficient à l’ensemble de la population du département de Bakel, d’où mon engagement sur le plan départemental.

Taisons les querelles partisanes et Unissons nos forces pour qu’aillent de l’avant nos terroirs.

Souhaîbou Koita

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 197 invités et aucun membre en ligne