BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

BergesBakel
Goundeyni, c’est cette partie de la rive gauche du fleuve Sénégal, au Sud de Bakel, à la sortie du quartier « Guidimpallé ». Il y a de cela, plusieurs décennies, les jeunes filles des quartiers  Montagne Centrale, Ndiayega et Guidimpallé organisaient des cérémonies de sacrifices aux Génies du fleuve, particulièrement à FEINDA GOUNDEYNI, la locataire des lieux, pour protéger les personnes, surtout les enfants.
Ces pratiques d’un « autre siècle » ont malheureusement disparues, avec la religion musulmane, comme s’effrite chaque jour qui passe un pan de notre culture.

Avec cette génération de jeunes filles (grands-mères  en majorité aujourd’hui), l’Album des souvenirs s’est fermé ! Cependant la réalité est là, les noyades se multiplient d’année en année.
Autrefois, ces jeunes filles passaient toute une partie de la journée ensemble. Elles préparaient du couscous qu’elles arrosaient de lait caillé sucré  <<Thiakry>>. En chantant et en dansant, elles terminaient le reste de la journée sous les  cailcédrats géants à l’entrée de Falo Boula. Ces arbres, disait-on à l’époque, avaient un lien avec le fleuve qui les atteignait dans les périodes de crues.
Après avoir mangé leur « part », les jeunes filles réservaient un récipient particulier au Génie de Goundeyni, FEINDA : une calebasse pleine de lait et de couscous qu’elles offraient avec beaucoup de cérémonie pour couvrir le village durant une année.
La calebasse jetée, flottait un moment, avant de disparaître, au fond des eaux, vers la Grande FEINDA, sans se renverser.
En chantant et en dansant, « le devoir accompli », les filles rentraient au village.
Ce lundi de Pentecôte, 21 Mai, à 11heures, au moment où la chaleur commence à réchauffer la terre, la fraîcheur de l’eau est recherchée, surtout en cette période de Ramadan.
La  petite Aminata Sall avait rendez-vous avec la mort. Elle s’est débattue avant de disparaître dans l’eau. Un jeune homme voulant la secourir est aussi emporté au fond de l’eau.
Les sapeurs pompiers sont arrivés plus de trente minutes après. La cause était déjà entendue.
A défaut de « retourner à hier », il faut plus de vigilance, de fermeté de la part des parents. Goundeyni au sud et Doundé (l’île) au nord de la ville, sont beaucoup fréquentés en ce temps de grosses chaleurs.
Nous n’avons pas de surveillants de « plages », mais un ASP ou un Sapeur pompier qui est sur les lieux, sans être une garantie, sa présence peut, peut-être changer le cours des choses.
N’oublions pas les différents  cas de noyade à la même place, en groupes (deux ou trois morts ensemble) ou des véhicules emportés par les eaux !
Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 166 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.