BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Maison detruite
Dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 juillet 2020, à 3 heures du matin, le vent a commencé à souffler avant que des gouttes d’eau ne tombent sur la ville.
Comme d’habitude, la SENELEC, en pareille circonstance, plonge ses abonnés dans l’obscurité dès qu’un orage se prépare.
Dans le quartier « Montagne Centrale », chez feu Mamadou Djiguiba Coulibaly, Serigne Sylla y a ouvert sa boutique depuis quelques années. Bien que face à son commerce, deux autres boutiques servent comme lui les habitants du quartier, Serigne Sylla ne se plaignait pas et parvenait à s’en sortir. L’espoir était là, surtout à une semaine de la Tabaski !

Mais ce soir, au retour de l’électricité après cette coupure momentanée, un court-circuit a déclenché un incendie dans la boutique. Malgré l’heure tardive (presque 4 h), quand une première bouteille de gaz a éclaté faisant voler le toit de la boutique, le quartier s’est précipité sur les lieux, constatant les dégâts énormes en ce moment. Les Sapeurs-pompiers de la Caserne de Bakel sont arrivés avec leur citerne. C’est en ce moment qu’une deuxième bouteille de gaz a explosé.
La force de l’eau projetée sur le feu par les Sapeurs a fait crouler les murs et le toit de la boutique. Tout s’est retrouvé par terre sur les cendres des marchandises calcinées.
Faut-il dire : « plus de peur que de mal », quand, aucune perte en vie humaine n’est déplorée, mais qu’un homme ayant, durant des années durant, fait d’énormes sacrifices pour amasser quatre millions qui partent en fumée ? Faut-il, tout simplement, faire un tour sur les lieux du sinistre et s’apitoyer sur le malheur de Serigne Sylla le commerçant, tympaniser les gens, et même verser quelques larmes de complaisance, puis terminer seulement par des « Ndeyssane, Massa » infinis qui n’ont jamais réglé la situation d’un sinistré ?
Dans ce moment déjà rendu difficile par la pandémie de la COVID-19, de la crise économique créée par ce mal à une semaine de la « Grande Fête », de l’AID- EL KEBIR, la Tabaski qui oblige des dépenses rendues colossales par la société, regarder Serigne Sylla et ne pas penser à la mise en place d’une chaîne de solidarité pour qu’à l’avenir les sinistrés puissent être secourus par leurs voisins, leurs proches, les bonnes volontés, les autorités locales et étatiques, au bon moment…
Tout compte commence par <<un>> ! Faisons donc de Serigne Sylla notre numéro UN, afin que désormais chacun sente dans des moments de détresses que les autres sont aussi heureusement là !
Idrissa Diarra

 

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 139 invités et aucun membre en ligne