BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

idrissa diarra,

  • PontYaguine Juillet16

    Autrefois à Saré Demba, il pleuvait beaucoup.

    Ce n’est pas un conte ! C’est bien la réalité. Le fleuve sortait de son lit et envahissait les terres .

    Saré Demba se divisait alors en quatre (4) parties :

    * Guidimpallé

    * Guidinkhama

    * Ndiayega et Modinkané

    * Et Yaguiné.

    Ces quatre ilots étaient isolés par les eaux de pluies qui bloquaient les échanges entre les habitants du village.

    Toutes ces eaux formaient ou allaient grossir les mares de Tagandaté, Fandalé, Gassambinlakhé, Lothiandé pour continuer leur voyage vers Maani…….

    En 1888, pour permettre aux populations de se déplacer mais surtout aux cavaliers et à leurs chevaux d’entrer dans le village et aller au Fort Faidherbe, un pont en pierres est construit entre Modinkané et Yaguiné. Ce pont de fortune n’a pas résisté aux fortes pluies de cette année-là qui l’ont d’abord inondé avant de le détruire.

    Il y a cent vingt sept (127) ans, en 1889, un "ingénieux" Ingénieur français du nom de LUBIN a construit un nouveau pont à la place de l’ancien. Cet ingénieur entretenait de franches et chaleureuses relations avec les populations qui travaillaient gratuitement ayant pourtant la possibilité d’être payées 1,5 F la journée, comme pour la coupe de bois, lors de la construction de la Tour Jauris .

    Depuis l’année dernière, le pont LUBIN ou pont de Yaguiné ne permettait plus le passage des eaux. Cette situation a créé des inondations dans certaines parties des quartiers Yaguiné, Modinkané jusqu’à Dar Salam.

    Le maire de la Commune monsieur Ibrahima Baba Sall avait mis en marche un plan << Spécial Pont Yaguiné >> pour évacuer les eaux avec des pompes vers le fleuve Sénégal déjà plein.

    Cette année, dès le mois de Mai, l’AGEROUTE a commencé la reconstruction du pont LUBIN. Les travaux sont presque terminés.

    Il faut cependant dégager les voies par lesquelles passent les eaux, creuser certains endroits pour éviter les inondations de 2015 : c’est un travail de technicien ! C’est une alerte .

     

    Idrissa Diarra,www.bakelinfo.com

  • MociredinFeteTravail Mai16

    C’est devenu une habitude. Avec cette chaleur du mois d’Avril, Mocirédin ne sort de chez lui que pour se rendre à la mosquée de son quartier.

    Dans les rues, il y a un calme plat. Les enfants, d’ ordinaire, bruyants, siestent sous les arbres ou à l’ombre des cases.

    <<- Peuh ! Peuh ! Peuh ! Je n’en peux plus ! Si j’étais né à Bakel, Bakel là-bas au Nord, en Hollande, je serais peut-être sous un bon climat, pensait Mocirédin. Plus de 40 degrés à l’ombre ! C’est trop ! >>

    Sa nièce Fanta, fraîchement arrivée de France depuis seulement trois jours, était face à la télé, en train de se lamenter, de gémir elle aussi, maudissant le climat qui l’accueille mal, elle qui s’est absentée du pays depuis 2011 : cinq ans seulement !

  •  

    MociredinTransport

    La nuit de Mocirédin a été longue. Longue et difficile. A la belle étoile, il a passé son temps à fixer la grande toile, le ciel .Des images de la journée, de sa journée, passaient et repassaient. Sur son lit, il se tournait et se retournait.

    Mocirédin se demandait pourquoi ?lui, du haut de ses quarante années d’existence, lui le fils, le digne fils de son père, n’avait jamais quitté son village natal Saré Demba !

    Et cependant, il entendait parler de Dakarou la capitale du pays, de Kaoulakha, de Thessi, de Ndara, de Paris, de Waabara, de Marseille…

    Et chaque matin, Mocirédin s’étonnait de voir des hommes et des femmes avec leurs valises, leurs sacs , partir, dire au revoir, pour un voyage, un voyage parfois long !

  •  

    MociredinRamadan2016

     

    Plus pieux que Mocirédin, en ce mois béni de Ramadan, on n’en trouve pas sur cette terre des hommes !

     

    Tout avait changé chez ce quadragénaire. Tout. Depuis la démarche devenue plus « maraboutique » c’est-à-dire plus recherchée, à pas lents, feutrés, mesurés, jusqu’au grand boubou amidonné avec beaucoup de grâce et d’attention par sa Khoumba chérie, Mocirédin était un autre homme.

  • TRansumance Av16
    La fidélité, la dignité, l’honneur, que signifient ces concepts ? Que représentent-ils de nos jours ? se demandait Mocirédin .
    Comme d’habitude, quand il ne parvenait pas à trouver de réponses à ses propres interrogations, il se couchait, le ventre face au ciel, ce ventre grossi par le <<déré>> amoureusement cuisiné par Diambéré, la Khoumba de son cœur.
    <<-Comment serais-je aujourd’hui si  j’avais été à l’école ? Perdrais-je ma dignité ? Mon amour-propre ? Ce que je suis aujourd’hui, c’est-à-dire un être capable de s’opposer loyalement et légalement sans aucune crainte ?>>
    D’une sensibilité à fleur de peau, Mocirédin vit encore une fois des larmes couvrirent ses joues.
    Comment ? Sincèrement ? Dîtes-moi comment, pour un OUI ou pour un NON des hommes peuvent se haïr ? Se détester ?  S’entretuer ?

  • IndependanceAvril16

    A peine la prière de 14 heures terminée dans la mosquée de son quartier, Mocirédin se précipita pour rejoindre son domicile. Il faisait très chaud. Le soleil, ce jour-là a dardé tous ses rayons. Il n’a rien gardé en réserve ! Tout le monde transpirait.

    En passant à côté de son enfant, il l’entendit dire à ses camarades :

    " - Une proposition indépendante est une proposition qui ne dépend d’aucune proposition et aucune proposition ne dépend d’elle. C’est notre maître monsieur Bathily qui l’a dit ! "

    Mocirédin regarda les garçons qui révisaient et se dit tout bas :

  • HistoirePrefetsBakel Mai16

     

    Ces derniers temps, Mocirédin est inconsolable. Sérieusement ébranlé depuis le décès de son ami, de son inséparable compagnon Moukhoutari, il reste de marbre à tout ce qui l’entoure. Sa vie est désormais consacrée à la prière, à ses prières. Il devient méconnaissable, le pauvre homme. Toujours silencieux, du matin au soir, la morosité l’engloutit peu à peu.

    Non loin, sans faire attention à cet homme, ce vieil homme qui avait littéralement changé en l’espace de quelques jours, des enfants, de petits élèves discutaient. Parmi eux, une fillette, Moussoucoura, s’approche de Mocirédin.

  • EcoleNormeeSuperieure

    La rencontre entre Mocirédin et les élèves, ces temps derniers, l’a transformé, sublimé même !

    De maussade, il était devenu jovial, souriant au moindre fait ou geste de ses voisins.

    Maintenant, tous les matins, après la prière, il arpente les rues pierreuses de son quartier. De temps en temps, il entre saluer dans une maison et en ressort heureux, très satisfait d’avoir partagé son humeur, son bonheur, la clarté de ce début de jour, de cette aube naissante avec tous ces concitoyens.

  •  TerroristePasMusulman

    << Al hamdoulilahi ! Al hamdoulilahi ! Al hamdoulilahi ! Un mois durant, un mois particulier, trente jours pas comme les autres, nous nous sommes rabaissés au niveau le plus bas ! Nous nous sommes souvenus que malheureux passagers en transit sur cette terre, il nous faut de l’humilité. Imitant les nécessiteux, nous n’avons ni mangé, ni bu, volontairement, afin de ressentir au fond de nous la souffrance qu’endure cette catégorie d’êtres.


  • MociredinVieBerger
    Depuis plus de trois jours, l’eau de pluie n’a pas touché le sol du Gadiaga . Tout commence à s’assécher.

    Après le copieux dîner préparé par Diambéré, sa Khoumba chérie, la << Lagaré >> de son cœur, Mocirédin s’est couché, à la belle étoile, face au ciel comme pour remercier le << Propriétaire >> de l’univers, DIEU , le Tout Puissant, de l’ avoir permis de savourer le bon << Déré >> de son épouse .

  • JourneeEnfant
    Mmatokhora revient de son collège, son sac au dos, l’air un peu triste. Aujourd’hui, lundi 20 Novembre, l’enfant est à l’honneur ! Cette journée lui est consacrée, surtout pour ses droits.

    Pensive, elle dépose son sac sur la natte et se pose bruyamment sur un banc. Ce geste d’énervement, loin d’irriter Mocirédin son père, rend l’homme plus proche de sa fille. Il se demande, ce qui peut troubler son enfant, au cours de ses tous premiers mois de collège, de la classe de sixième ?

  • MociredinSyndicatParentsEleves

    Partout dans le pays, des menaces de grèves ! Maintenant, les menaces sont rangées dans les tiroirs : les classes sont fermées, les enfants remis à leur famille.

    Mocirédin n’en peut plus ! Lui ne travaille pas. Il n’a d’ailleurs jamais travaillé dans le secteur public ou même privé. A tout moment, depuis son enfance, il ne s’est occupé que de son champ, son terrain de culture légué par ses ancêtres.

    Les enfants retournent tous les jours à la maison après un tour à l’école ! Heureux, ils rangent leur sac et prennent d’assaut les rues du village, les aires de jeu …Tous les jours ! Trop c’est trop !

    Il a entendu, lui le fils de Aîssé Moussa, que partout dans son pays, il y a des associations de parents d’élèves (APE), bien organisées, avec des bureaux bien structurés comme pour notre gouvernement.

  • EcoleMociredin Mars16

    Tout le monde le sait ! Oui tout le monde ! Donc ce n’est plus un secret pour un habitant de  Saré Demba ! Lui, Mocirédin n’a jamais eu la chance de s’asseoir sur les bancs d’une école, d’une école française !
    Et jamais il ne s’est plaint nulle part de cette situation ! Intérieurement il la vivait et continue de la vivre en maugréant de temps en temps loin des regards envieux.
    Mocirédin remercie le bon Dieu pour lui avoir donné des enfants (trois garçons et une fille ) qu’il a inscrits à l’école afin qu’ils soient meilleurs que lui .Il ne regrette pas ce qu’il a fait pour sa progéniture. Seulement, depuis plusieurs années, les écoliers de son pays l’inquiètent. Son inquiétude va crescendo car il ne voit aucune éclaircie à l’horizon ! Au contraire, le ciel s’assombrit. Il devient de plus en plus gris.

  • MociredinTabaski2016

    Mocirédin repasse un film très ancien : sa jeunesse. Que revoit-il ? Ses camarades d’enfance ?
    -Pape, le petit-fils de la vieille Hawa Diébakhaté (Moddo ),Bambo l’enfant chéri de Mma Moussou, Touré le fils unique de Mma Dimé, Ndirissa Sidy ,Ablaye Fassé, Boulaye  Moumé, Moussa Dialimady le fils de la Diva Fatou Sakho, Haymouth de Néné Racky….Que de souvenirs ! Il n’en pouvait plus ! Ses larmes freinaient la coulée de souvenirs qui l’envahissaient.

  • ChroniqueMardiFleuve1

    Mocirédin, ce matin-la aussi faisait face à l’Est, le regard tourné vers le fleuve, la tête pleine d’idées qui démangeaient son pauvre cerveau.

    De temps en temps, le fils d’Aîssé Moussa lançait un caillou qui zigzaguait sur l’eau. Ce jeu ramenait dans son esprit son passé et lui rappelait ses petits camarades d’autrefois comme Ndirissa Sidy, Ablaye Touré, Papa Cissokho, Ali Diaba, Bambo, Boulaye Moumé, Ablaye Fassé, Moussa Dialymady, Mamadou Bakary, Abou Diop… Ce sont ses compagnons de <<wanthio >>, cette veillée de veille de Tabaski ou de Korité .Ndeyssane ! Ha le passé !

    Il reprenait un autre caillou, et plein d’ardeur, le lançait encore plus loin.

    Ndeyssane ! Ha l’ enfance ! Que de plaisirs !

  • DinerDebatChgtClimatique Mars16

    Une rencontre de restitution des recommandations climatiques s’est tenue ce mercredi 23 Mars 2016 au CDEPS de Bakel à partir de 20 heures.

    Dans la grande cour de ce service qui s’occupe de jeunesse et de sport, étaient assis côte à côte les délégués de quartiers, les membres de l’Amicale du Comité Départemental de Développement (CDD),du Parlement des Enfants, du Conseil Consultatif des Femmes et du Comité de Veille et d’Alerte Précoce (CVAP)au grand complet.

  • NOS VOISINS: REPORTAGE SUR LA GRANDE MOSQUEE DE DIAGUILY

    MosqueeDiaguily3 Fev16

    Diaguily, village Soninke de la Mauritanie est situé à l’autre rive du fleuve Sénégal en face de Kounghany (département de Bakel ). Il est distant de quelques kilomètres de Bakel. Administrativement rattaché à la Commune de Gouraye ( Ville en face de Bakel), Diaguily fait partie du « Wilaya » ( Région) du Guidimakha avec comme capitale régionale Sélibaby. Il est traversé par le fleuve Sénégal. Il est bordé d’imposantes bâtisses qui offrent un joli décor aux visiteurs. Jadis, on l’appelait « Petit Paris » grâce au dynamisme de ses fils qui sillonnaient les pays riches en ressources minérales comme l’ex-Zaire, le Congo, l’Angola…

    audio : Moussa Coulibaly :
    Moussa Coulibaly (Fr) :
    Wagui Yatéra :


     

    MosqueeDiaguily2 Fev16

    Aujourd’hui, la plus forte grande majorité des émigrés Diaguilinké se trouve en France, principalement en Ile de France. Leur quartier général se trouve dans le département de la Seine Saint Dénis, dans la ville de Montreuil ( Foyer Rochebrune ). On y trouve plusieurs patronymes soninkés dont les plus importants sont entre autres les Diabira, les Sakho, les Yatera, les Dramé, les Dioumassi, les Diagouraga, les Sow, les Sylla, les Soumaré… La chefferie est aux mains des Diabira. Les Dramé sont office de Marabouts. 

    Dans le quartier « Baraboto », est sortie de terre la grande mosquée dont rêvaient tous les Diaguilinkos avec ses quatre minarets et ses six dômes. Cette grande mosquée dont la construction a nécessité cinq longues années est le fruit de la solidarité et de la confiance mutuelle entre tous les enfants de Diaguily. Qu’ils soient de la Diaspora ou résidents du village, ils ont tous contribué à l ‘édification de cet imposant édifice. La contribution était fixée à 1400 euros par personne.

    Sur place, nos interlocuteurs furent Monsieur Wagui Yatéra et Moussa Coulibaly dit Mesga. Retraité depuis 1993 et titulaire d’un diplôme d’honneur de travail de la France,  M. YATERA est le trésorier du village.  Moussa Coulibaly dit Mesga est le président du comité de la grande mosquée. Ces derniers n’ont pas pu nous dire exactement la somme colossale qui a été investie dans cette belle mosquée qui toise les cimes du ciel Guidimakhanké voire Gajaganké. C’est dire que la Mosquée a englouti plusieurs liasses d’Ouguiyas. Nos interlocuteurs nous renseignent qu’ils ont dépensé environ 95.000.000 FCFA rien que pour la main d’oeuvre ( maçonnerie ). L'édifice a couté  plusieurs centaines de millions euros. 

    MosqueeDiaguily1 Fev16

    La grande mosquée de Diaguily est de couleurs verte et blanche. Les façades extérieures sont grises. Elle est composée d’une grande salle de prière pour hommes, d’une deuxième salle pour dames. Toutes ces salles sont équipées de tapis verts. Deux bibliothèques, deux magasins, une salle de conférence et une salle de sonorisation ultramoderne s’y trouvent également. Il y a aussi des toilettes équipées pour femmes et hommes. La grande mosquée dispose également d’une morgue. Une nécessité dans nos contrées du fait des températures extrêmes. Tout ceci est éclairé par 24 batteries et 26 panneaux solaires ( cf Audio Mesga)

    La grande mosquée de Diaguily a été inaugurée le 28 Janvier 2016 par le Ministre des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel. La première prière a eu lieu le vendredi 29 janvier 2016. La prière était dirigée par Dieydi Demba Dramé, Imam  Ratib, en présence de milliers de personnes venues du Mali, du Sénégal, de la France et des autres pays du monde.

    Il faut noter que toutes les dispositions ont été prises pour l’entretien et la sécurité de ce haut lieu de culte.

    Envoyés spéciaux : Aliou SALL et Idrissa DIARRA, www.bakelinfo.com 

     

     

     

  •  FinCampagneReferendum2016

    Al hamdoulilah !serait-on tenté de crier sur tous les toits du monde ! Bakel la ville aux belles collines est sortie indemne de la guerre du OUI et du NON sans mort ni blessé parmi les combattants !

    Et DIEU le sait, les deux courants ont fait campagne chacun avec ses moyens et ses manières, en marchant mais en usant aussi du « porte à porte »  à forte odeur de billets de banque.

ÉDUCATION : CDD DE RENTRÉE SCOLAIRE 2018-2019

11 octobre 2018
ÉDUCATION : CDD DE RENTRÉE  SCOLAIRE 2018-2019

Monsieur Mamadou Mbaye, Préfet du département de Bakel, a présidé ce matin un CDD sur la rentrée scolaire, il était...

Macky inaugure six nouveaux pavillons à l'ucad sous haute surveillance...

6 octobre 2018
Macky inaugure six nouveaux pavillons à l'ucad sous haute surveillance de l'armée.

Le président de la République a eu, ce jeudi 04 octobre, un accueil très chaleureux à l'Université cheikh Anta Diop...

Education : Cérémonie d'au revoir à l'inspecteur Samba Sy

5 octobre 2018
Education : Cérémonie d'au revoir à l'inspecteur Samba Sy

Pour les bons et loyaux services rendus au Sénégal en général, mais plus particulièrement au Département de Bakel, une importante...

CULTURE : QUAND DEUX « BAKEL »SE REGARDENT SANS SE...

4 octobre 2018
CULTURE : QUAND DEUX « BAKEL »SE REGARDENT SANS SE VOIR !

    C’est dans une salle archicomble (plus de trois cents invités), dans le majestueux hôtel WAGADOU, ce samedi 29...

Infrastructures : Les jeunes préparent une autre grande marche sur...

4 octobre 2018
Infrastructures : Les jeunes préparent une autre grande marche sur l'axe Tamba-Bakel.

''Le lancement officiel des travaux de l'axe Tamba Goudiry Bakel n'est qu'une poudre aux yeux des populations'' : nous disent les jeunes...

BAKEL : LE HCR ORGANISE UN ATELIER DÉPARTEMENTAL DE PRE-VALIDATION...

1 octobre 2018
BAKEL : LE HCR ORGANISE UN ATELIER DÉPARTEMENTAL DE PRE-VALIDATION DE LA STRATÉGIE PLURIANNUELLE ET MULTIPARTENAIRE DU SÉNÉGAL

Monsieur Mamadou Mbaye, Préfet du département de Bakel a présidé ce matin dans la salle de réunion de la préfecture...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (107 videos)
Loading...
Micro-Trottoir
Micro - Trottoir
Film Tradition
Mosquée

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 76 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.