BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

 

Camaara Papis

Malgré le dynamisme des associations comme l’ARBF (Association des Ressortissants de Bakel en France) et le CAREBA (Comité d’Action pour la Rénovation de Bakel), le développement du secteur informel et l’organisation régulière d’ « ateliers de formation en entreprenariat » à Bakel, les populations rencontrent toujours des difficultés pour entreprendre collectivement.

 

anicne gie bakeloise

Sur l’image, qui retiendra notre attention ici, on voit au rez-de-chaussée d’un bâtiment à un étage, un magasin fermé dont la devanture était peinte en bleu blanc et rouge (en référence au drapeau de la France) et ornée des insignes « Gloria » et «  Gie la Bakeloise ». La devanture de ce magasin est occupée aujourd'hui  par des conducteurs de mobylettes de type « jakarta » et de « pousse-pousse » qui l'ont transformée en lieu de stationnement. En face de ce magasin, on peut aussi apercevoir une petite gargote de plein air où des clients sont affairés autour d’une vendeuse sous une tente d’infortune. Voilà donc ce qu’est devenue la boutique bien connue des Bakelois appelée jadis « Franci-nko boutiki » (la boutique des migrants installés en France) et qui incarnait dans les années 1990 la figure type de l’entrepreneuriat collectif initié par des migrants Bakelois. Cet article vise à analyser les facteurs qui sont à l’origine de la fermeture de cette boutique.  Ou comment ce symbole de l’entrepreneuriat migrant a-t-il échoué ?

Mode de fonctionnement

Créée à la fin des années 80, « Franci-nko boutiki » avait une vocation purement économique. En effet, la gestion était confiée à un groupe de personnes. Ces derniers s'impliquaient de façon considérable pour faciliter l’accès de la population bakeloise aux produits alimentaires de base. Le fonctionnement du magasin était assuré par deux groupes de migrants, le groupe « Bakel » et le groupe « France ». Le premier, composé essentiellement de migrants retraités, se chargeait de la gestion du magasin, alors que le second groupe constitué d’immigrés installés en France assurait sa survie et son fonctionnement à travers des envois réguliers d’argent. Le système d’approvisionnement était très simple : le migrant envoyait de l’argent à la boutique et demandait d’inscrire le nom et le prénom du bénéficiaire, en l’occurrence le chef de famille sur la liste d’approvisionnement. Une fois l’opération effectuée,  un membre de sa famille basé à Bakel procédait à la récupération des produits, puis les acheminait à la maison familiale. Ce système permettait d’approvisionner rapidement en denrées alimentaires les familles de migrants souvent confrontés à des retards de délivrance de mandats postaux.Une première en pays Soninké. Cette initiative servira de projet pilote dans plusieurs villages. Un investissement d'envergure qui avait pour mission de fructifier le patrimoine financier des émigrés Bakélois. Une façon également de capter la manne financière des immigrés pour le réinvestir à Bakel. Seulement, nous le verrons, gestion ne fait pas toujours bon ménage avec famille et amitié.

Organisation du travail : « tous à la caisse » !

Le mode d’organisation du travail dans la boutique augurait l’échec de  l’initiative entrepreneuriale portée par les migrants originaires de Bakel. En effet, le personnel employé pouvait occuper toutes les fonctions dudit magasin ( caissier, logisticien, gestionnaire de stock). Cette confusion de rôles est repérable dans cet extrait d’entretien «  Tout le monde recevait de gauche à droite l’argent de la clientèle ». Comme le souligne M.F., « Il arrive aussi  qu’on trouve cinq à six personnes autour de la même caisse ». Cette présence massive à la caisse a permis de constater des déficits financiers considérables lors du premier inventaire effectué à la boutique. Cet inventaire fut le prélude d’un échec qui ne s’estompera pas malgré les multiples tentatives pour combler le gap financier.

Mode de gestion : « une affaire de famille »

La deuxième raison invoquée par les enquêtés concerne le mode de gestion du magasin. Depuis la création de celui-ci dans les années 1990, la gestion était assurée par les membres des familles issus de deux quartiers proches : Moodinkane (quartier des marabouts) et Yaaguine (quartier situé au nord de Bakel). Ce mode de gestion basé essentiellement sur des connaissances amicales ou parentales a fait de « Franci-nko boutiki », une affaire de famille. Comme le fait remarquer  K .T, «  L’échec de la boutique était inéluctable car celle-ci était considérée comme une affaire de familles ou de quartiers… »

Personnel non qualifié

Ces deux facteurs ne peuvent  masquer un troisième aspect social en lien avec le diplôme et ayant également participé à la fermeture de la boutique. La gestion de cette dernière était confiée à des émigrés  ne disposant d’aucune formation en gestion des entreprises.

Des tentatives de redressement ont été initiées pour redonner à la boutique son lustre d’antan. Parmi celles-ci, on peut citer la création d’une boutique connexe installée au quartier « Bakel Coura » qui est devenue un bien individuel. Avant sa fermeture, cette dernière, contrairement au « GIE la Bakeloise »  qui ravitaillait les populations en denrées alimentaires,  assurait  seulement des services d’envoi et de réception de fax. Après l’échec de la « Bakeloise », on assiste aujourd’hui  à l’émergence de l’Association des ressortissants de Bakel en France (ARBF) qui se fixe comme objectif de donner un visage plus positif à l’immigration. Cette association a créé un centre de formation professionnelle pour répondre à la forte demande de la population en main-d’œuvre qualifiée et envisage de lancer un projet de construction d’un complexe hôtelier à Bakel.

En guise de conclusion, nous pouvons dire qu’analyser les facteurs de l’échec de l’entrepreneuriat collectif en partant d’un cas singulier est risqué dans la mesure où celui-ci n’est pas représentatif du champ entrepreneurial bakelois. Mais à l’heure où l’Etat du Sénégal et les Organisations non gouvernementales (ONG)  poussent les jeunes à entreprendre, il est important de révéler les causes de l’échec des initiatives entrepreneuriales dans certaines villes comme Bakel. C’est ce que nous avons voulu montrer dans cette modeste contribution.

Auteur : Mamadou Camara  (Doctorant en sociologie  à l’Université Assane Seck de Ziguinchor en collaboration  avec le GERM de Saint-Louis)

 

 

       Appel à contributions  pour l’atelier socio :

L’atelier socio lance un appel à contributions sur les thématiques «  éducation, famille, développement, travail et emploi… ». Nous invitons donc tous ceux et celles (étudiants, acteurs locaux, personnes de ressource) qui sont intéressés par ces questions à nous soumettre des propositions d’articles,  de témoignages, d’images, enregistrements audio et vidéo (décrits et analysés)…

  Les propositions ne doivent pas excéder les 3 pages et  sont à adresser à Ibrahima Diallo,  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

WWW.BAKELINFO.COM

Commentaires   

0 #1 mbatia 20-12-2015 12:19
Belle analyse!!!! la rude concurrence des baol-baol ou même le manque de stratégies, de projection, de planification ont précipité cette structure à la faillite.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

17 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Du Lundi 09 au Dimanche 15 Octobre 2017Lundi 09 Octobre 2017Rentrée des classes : l’Inspecteur de l’Education et de la...

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL OFFRE DU MATÉRIEL AUX ÉCOLES ET STRUCTURES...

15 octobre 2017
LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL OFFRE DU MATÉRIEL AUX ÉCOLES ET STRUCTURES DE SANTÉ

M Ibrahima Diallo dit Demba Ka président du conseil départemental a présidé une journée de remise d'un lot de matériels...

BAKEL : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

12 octobre 2017
BAKEL : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME RURALE

Les femmes, toutes les femmes du monde ont la journée du 8 Mars qui leur est dédiée. Parmi ces braves...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

11 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Du Lundi 02 au Dimanche 08 Octobre 2017 Lundi 02 Octobre 2017 A l’école Ibrahima Malal Diaman Bathily (IMDB) de...

RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER...

9 octobre 2017
RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER D’ ÉLABORATION DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION

    Madame Hajiratou BA, maire de la commune de Gouraye et vice présidente du Réseau des maires du bassin...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE Á BAKEL

3 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE Á BAKEL

Du Lundi 25 -09 au Dimanche 1er Octobre 2017Lundi 25-09-2017Une formation s'est déroulée à la Salle des Fêtes. Elle a...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 123 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.