BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Index de l'article

 Chers lecteurs comme vous le savez  l’immobilier n’est pas une mince affaire  chez les Soninkés. Il est synonyme d’espoirs et de frustrations. Pour un Soninké l’immobilier est le placement le plus sur et le plus durable et ma foie il a bien raison de le penser d’autant plus que c’est un investissement à la fois lucratif et utile. Combien sont-ils à travailler dur tous les jours pour arriver à ce but ultime qui est de construire une maison ? Cela est d’autant plus vrai pour ceux qui sont au pays que ceux qui ont émigré. Laisser un patrimoine à ses enfants est la mission que se fixent nos parents soninkés. Pour les immigrés c’est une garantie incommensurable. Envoyer de l’argent est une obligation mensuelle mais la réalisation de projets immobiliers constitue la principale préoccupation. Acheter un terrain ou construire une maison signifie que l’on a atteint un certain niveau social. Faire vivre la famille d’accord mais bâtir une maison fait entrer dans l’histoire car on aura légué une richesse aux générations futures.

Oui je pourrais dire que les Soninkés ont une fibre de bâtisseurs comme les romains l’ont été dans le temps. Qu’ils soient de France, en USA ou au Congo, ils travaillent dur et économisent au détriment de leur qualité de vie pour bâtir leurs villages. Mieux ils envahissent Dakar et ses quartiers populaires pour mettre sur pied leurs projets immobiliers.

Deux raisons principales les poussent à investir dans l’immobilier : Une maison construite ne demande pas de frais supplémentaires et un retour sur investissement colossal. A cela s’ajoute un phénomène social : Le Fabaremaxu (Concurrence entre frères). Ne pas construire une demeure dans son village est synonyme de pauvreté et de fainéantise. Certains s’attirent des quolibets parce qu’ils n’ont pas réussi à construire une maison comme leurs frères de sang. L’immobilier est une fin en soi de l’immigration Soninké. A Dakar, près de la moitié du patrimoine immobilier appartient aux Soninkés.

Mais malgré ces investissements locaux, nous devons nous poser quelques questions pertinentes.

 

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 312 invités et aucun membre en ligne