BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Index de l'article

Le département de Bakel est limité à L’Est par la ville de Gouraye (région de Sélibaby  en Mauritanie), au Nord par  la région de Kayes  (Mali)… Bakel s’ouvre ainsi sur deux pays majeurs de l’Afrique de L’Ouest. Sa position géographique lui donne une dimension multiculturelle. Un véritable carrefour économique à cheval entre trois pays. Bakel témoigne également d’une intégration réussie  entre Maliens, Mauritaniens et Sénégalais en plus d’autres nationalités africaines. Peuplée majoritairement de Soninkés, de Peuls, on y trouve également d'autres ethnies Malinkés comme les Bambara et les Diaxankés. Le département de Bakel, même amputée aujourd'hui de l’ancien arrondissement de  Goudiry, rattaché à la région de Kédougou, est considéré comme le plus grand département du Sénégal. Les habitants de Bakel vivent principalement de l'agriculture, de  pêche, de commerce et des revenus de l'émigration. Le département présente un fort pourcentage d'émigrés... L'ethnie Soninké est la plus touchée. Les peuls sédentaires emboîtent très souvent le pas aux Soninkés tandis que les nomades restent et s'adonnent à l'élevage. Dans plusieurs villages du département, les hommes valides deviennent invisibles.  Les rares hommes que l'on trouve sur place sont soit Maliens ou Wolofs respectivement manœuvres , commerçants ou fonctionnaires.

Les quelques Maures que l’on croise sont commerçants. Dans certaines maisons Soninkés, les adolescents font figure de " Kagume "(Chefs de famille). Bakel et ses villages sont déshérités par les hommes, avides d’horizons cléments et argentés. Cette émigration, mal nécessaire, a pour corolaire l’insécurité… «  Une maison sans homme est un empire sans roi ». Les revenus des émigrés sont très prisés par des bandes armées qui sévissent sur les deux routes nationales menant à Bakel.

Dans les années 90, le plus célèbre et le plus organisé de ces bandes est, celui de Mamadou Thiam. Elle a semé la terreur dans cette localité du Sénégal. Les émigrés qui revenaient d'Europe, Afrique Centrale et des USA étaient fichés depuis la gare routière  «  Pompiers » de Dakar par les indicateurs des bandes armées. Plusieurs émigrés Soninkés ont perdu leur vie et leur fortune sur les routes de Bakel. Ils étaient ligotés, battus et tués. Ces mêmes bandes armées abusaient des femmes dés fois devant leurs maris. Bakel vivait dans la psychose. Les cultivateurs avaient la peur au ventre dans leurs champs. Les commerçants ne voyageaient plus. Les émigrés quant à eux changeaient fréquemment leur trajet en passant par la Mauritanie ou par la partie Gajaaganké du Mali. Bakel était célèbre pour ses vols de bétail, ses agressions, et ses tueries… Le nom de Mamadou Thiam était sur toutes les lèvres. Ce guerrier peul, doté de pouvoirs mystiques, était imprenable. Il avait coupé Bakel du reste du Sénégal. Les gendarmes mirent des années pour venir à bout de cet homme.

A l’époque, un certain Adjudant Faye, Sérère, tout aussi mystique que le célèbre Mamadou Thiam fît de l’insécurité de Bakel son cheval de bataille. Ses hommes et lui investissaient tous les jours les routes du département à chaque échos de coupeurs de routes. Ils revenaient très souvent bredouilles. Mamadou Thiam défilait entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal commettant razzias et massacres sur son passage. Le problème devient alors sous - régional. Les limiers du département coopèrent avec leurs homologues du Mali pour mettre fin aux exactions du guerrier Peul. Un jour, le géant aux cauris fût cueilli chez une de ses copines. Selon les commentaires de l’époque, Il aurait été trahi par sa copine. Ayant scellé un deal avec les gendarmes, elle donna un rendez-vous à Mamadou Thiam dans son domicile. Elle donna tous les détails de sa stratégie aux limiers… Le secret du guerrier peul résidait dans ces innombrables gris-gris. La femme devait le déposséder de ces protections mystiques afin de rendre le  vulnérable. Chose faite, en pleine vulnérabilité Monsieur Thiam fût arrêté par les policiers et ramené au Mali. Pour preuve, l’adjudant Faye et ses hommes prirent des photos de l’arrestation pour soulager la conscience des Bakélois. Triste fin pour « Mama » Thiam et ses acolytes. D’après les radios Kankan, il serait torturé jusqu’au dernier souffle par les gendarmes maliens. Ses indicateurs et ses complices furent tous cueillis un par un et emprisonnés. Bakel redevient une ville normale.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 353 invités et aucun membre en ligne