BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

PouvoirPresse
Même si les origines de la Presse (surtout écrite), ne sont connues qu’en 1438 grâce à l’invention de la typographie par Johannes Gutenberg, les premières publications n’ont commencé qu’au début du XVII e siècle.  C’est pourtant en 1840 qu’Honoré de Balzac, cet écrivain Français traitait déjà cette nouvelle née (la Presse) de quatrième pouvoir ! Selon lui, ELLE attaque tout et personne ne l’attaque, ce qui lui donne cette dimension presque au-dessus de tous les autres pouvoirs.

De nos jours, la Presse, dans son sens le plus large possible (tous les médias), occupe de plus en plus une place importante dans notre quotidien. Qu’on le veuille ou non, l’on se réveille avec et par les informations des radios ou des télévisions, sans compter les téléphones portables aux multiples services.
A travers les différentes langues du pays, par la Presse, les Sénégalais connaissent tout ce qu’ils veulent savoir et bizarrement même ce qu’ils n’aiment pas entendre ou voir !
La prolifération des Radios Communautaires, le nombre croissant des télévisions privées, les réseaux dits sociaux envahissent l’espace médiatique. D’une manière anarchique, des hommes et des femmes, sans être jamais passé par une école de Journalisme se considèrent comme des Journalistes. Sans aucune formation préalable (sauf celle du « tas ») des Animateurs, grisés par les appels élogieux des auditeurs et des téléspectateurs se croient tellement importants, qu’en longueur de journée, vous les entendez piailler : <<nous, les journalistes>>, mais, ce qui est plus grave, ils transmettent des contrevérités, pour ne pas dire des mensonges, sans aucune sanction.
Actuellement, la Presse devient à sensation. Loin des différentes fonctions qui lui sont assignées, à savoir l’information, le divertissement et l’éducation, les hommes et femmes de Presse s’en tiennent tout court à la diffusion d’informations plus sensationnelles les unes que les autres.
Il est fréquent d’entendre au cours du « Journal Parlé » ou de voir des images au « Journal Télévisé » qui ne concernent que la mort !
Quelle surprise, quand un soir, sagement assis devant le petit écran, à 20 heures, en quête d’informations, le journaliste, dans les gros titres, présente :
-Sur la Nationale 5, entre Passy et Sokone un accident de la circulation fait un mort (une dame)
-A Bafican (30km) de Ziguinchor, un grave accident : 6 morts
-A Bargny, un garçon de quinze ans meurt noyé dans un basin
-Sur la route de Kébémer, un autre accident fait deux morts et 42 blessés dont 10 grièvement
-A Sélibaby (Mauritanie), après une forte pluie, un mort et des dégâts matériels importants
-A Kaléane (Oussouye) 7 morts dont un bébé de six mois
-Aux Parcelles Assainies, un touriste Français perd la vie
……………………………………………………………………………………………………..
L’on est en droit de s’interroger, de se demander s’il s’agit bien du Journal Télévisé ou d’une Page Nécrologique, tellement n’apparaît que la MORT durant la présentation !
L’auditeur ou le téléspectateur ou même le lecteur a été si bien conditionné des années durant qu’il ne s’accroche plus qu’au SENSATIONNEL !
Les médias consacrent une partie infime de leurs programmes à l’EDUCATION. La situation du pays, et au-delà, du monde, se trouve dans une crise terrible. Les écoles doivent être de plus en plus accompagnées dans leur noble mission d’éducation par les médias pour arriver à transformer les populations dans le bon sens.
Eduquer, c’est aussi habituer les auditeurs, les téléspectateurs et les lecteurs d’informations, d’images gaies, réelles, c’est éviter de montrer des tueries, du sang à longueur de journée, des armes, des films qui cachent nos réalités et font évader nos enfants vers un univers utopique.
La présentation d’un homme ou d’une femme (bien faire son choix) du pays comme EXEMPLES, MODELES et revenir sur les leçons de morale et d’éducation civique plus sérieusement dans nos classes créeront de l’émulation chez nos enfants.
Ce qui est sûr, premier, deuxième, troisième ou quatrième pouvoir, la PRESSE en est un. Qu’elle s’assume donc en jouant correctement son rôle !


Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 265 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.