BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 
Dr Saliou Diallo
Ces derniers jours, à travers les réseaux sociaux, la presse locale a relayé des propos que vous auriez tenu à l’endroit de la jeunesse, notamment celle de Bakel. Ces propos sont tout simplement discourtois. Pis, ils frisent à la limite le mépris et la condescendance. Cette jeunesse mérite d’être écoutée. Car c’est sur elle que les espoirs de la commune, du département et de la nation toute entière vont se reposer dans les prochaines années. Cultivons ensemble l’espoir au lieu de le vilipender !
D’abord, je pense votre double casquette de député-maire vous place dans un piège que vous soupçonnez peu. Vous soutenez que votre bilan au niveau communal est satisfaisant. Tant mieux. Et il appartient aux populations de la commune d’en juger. Mais comme vous êtes député également, à ce que je sache, la logique voudrait que vous alliez au bout de votre raisonnement. Vous ne pouvez pas appliquer le même jugement sur la situation du département qui est, comme tout le monde le voit, tout sauf meilleur. Rien que l’état des routes témoigne du mépris que l’État du Sénégal a à l’endroit de ce département et de ses populations. C’est ce discours-là qui doit être tenu au sein de l’hémicycle à Dakar. Bakel mérite mieux !
Ensuite, il faut savoir une chose. Que des jeunes affichent un désir de manifester. C’est leur droit. Que ces jeunes dénoncent la situation du département de Bakel. C’est tout à fait légitime. C’est le sens de la démocratie. Vous ne pouvez pas « permettre » à certains de louer vos réalisations et « empêcher » à d’autres de dénoncer leurs mauvaises conditions de vie et d’existence. Ce n'est pas juste. Croyez-en ceci. Ceux qui louent vos actions ne sont pas forcément vos "amis" et ceux qui dénoncent le sort réservé au département ne peuvent en aucun être vos "ennemis". Malgré les différences d’opinions, de démarches et de sensibilités politiques, les ambitions sont communes : c’est sortir Bakel des « cendres de l’Oubli ». Beaucoup de choses restent à faire en ce sens !
En 1946, Ibrahima Diaman Bathily, ancien chef de canton du Goye inférieur et ancien instituteur, a pointé avec justesse, dans un contexte marqué par le départ des Français de la région du fleuve vers les nouvelles cités du rail, les facteurs qui ont enfoncé Bakel dans « les cendres de l’oubli ». Entre autres, il cite l’absence de main d’œuvre pour le travail de la terre, une forte migration des populations vers l’ouest du Sénégal et vers la France, la hausse du prix des produits, le manque de moyens de transports, la fermeture des maisons de traite coloniale, le recul de l’activité commerciale, etc. Plus d’un demi-siècle après, il semble, au vu et au su de tous, que la situation décrite par Bathily n’a guère évolué tel que le souhaite la population. Je suis certes d’avis que les choses ne peuvent pas changer du jour au lendemain. Je suis aussi d’avis que vous avez entrepris quelques réalisations honorables au niveau de la commune. Mais ayez quand même de l’écoute pour votre jeunesse. Et sachez que la commune de Bakel n’est pas le département de Bakel. Il y a encore du travail à faire à ce niveau ! 
Enfin, je vous invite à vous inspirer encore plus si ce n’est le cas du grand sage Amadou Hampaté Bâ. Ce dernier a toujours affirmé avoir beaucoup confiance à la jeunesse africaine dans sa globalité. Il lui demande juste deux choses : la patience et l’humilité. De ce fait, quel que soit la nature des relations avec les jeunes, quel que soit la réalité politique à l’échelle locale, quel que soit la démarche adoptée par ces jeunes, vos propos ne sont à aucun cas soutenables. Cela, pour deux raisons : d’une part, votre statut d’élu doit vous pousser à adopter une posture d’écoute même devant les épreuves les plus douloureuses et d’autre part votre statut d’ainé doit vous obliger à vous ouvrir à vos cadets. 
Au total, je vous invite à retirer ces propos, à vous excuser et à laisser cette jeunesse exprimer ce qu’elle a au plus profond d’elle. C’est d’ailleurs un signe d’espoir et de vitalité que de voir une jeunesse parler et dire ce que lui fait mal. 
Dr. Saliou Dit Baba DIALLO
Paris, 21.08.2019
bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 164 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.