BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Colombes 

La Campagne électorale bat son plein. Les villages les plus reculés du pays s’animent avec le passage tonitruant des chercheurs de voix. Que nous veulent-ils, semblent se demander ces enfants étonnés de voir tous ces véhicules chez eux, ces hommes heureux et ces femmes qui dansent au rythme endiablé de la musique distillée par une « chaîne » ?

De leur vie, beaucoup d’entre eux, parfois même jusqu’aux plus âgés, n’ont eu cette occasion d’avoir autant de monde dans leur trou de village, tellement éloigné du monde civilisé, des grandes cités,  que certains croient rêver debout en remarquant l’intérêt subitement accordé à leur hameau d’une centaine de personnes !
Depuis quand sait-on qu’ils existent ? Pas de pistes praticables, de forage pour leur donner à boire et abreuver leurs bêtes, d’électricité afin de sortir des ténèbres, de case de santé pour les soins urgents, de…de…de…La liste des besoins est tellement longue à énumérer, que le chef de notre tout petit village en perdrait le souffle pour les citer.
Et pourtant, ils (les politiciens) sont là ! Du parti au pouvoir aux quatre autres de l’opposition, tous, sans exception, ont senti notre existence, le « petit poids» que nous représentons, mais qui peut valoir une victoire au soir du 24 Février.
Dans le pays, il y a un regain de violences noté çà et là. Ici, ce sont des accidents spectaculaires, inimaginables, des affrontements qui laissent sur place des morts, là des jets de mots qui incitent à se rebeller, à attaquer comme un animal affamé tous ceux qui ne sont pas vos partisans.
En DEMOCRATIE y parle-t-on de violence ? Y a-t-il de la place à cette haine visible sur le passage des états-majors ? Pourquoi, déjà, compter toutes ces pertes en vies humaines alors que c’est par la force des mots et non des poings et des coups de couteau qu’il faut convaincre les masses ?
Chacun des cinq candidats, de l’opposition et du pouvoir, en « Gentleman » doit apaiser l’atmosphère, moraliser ses militants, montrer par des actes sincères sa volonté de rendre le climat serein, paisible, dépollué de tous les déchets (oraux et/ou physiques).
La colombe, cet oiseau considéré comme le symbole de la douceur, de la paix doit survoler notre pays et répandre par-dessus les minarets des mosquées, les dômes des églises, les toits pointus des cases, les cours d’eau, les écoles, ces sentiments de générosité, de compréhension mutuelle qui adouciront les cœurs en les nettoyant de toutes les haines, de toutes les idées monstrueuses, destructrices, déconstructivistes, sauvages.
Les populations, après presque six décennies d’indépendance, doivent avoir désormais le bon sens qui les guide vers des élections apaisées (avant, pendant et après).Les scrutins passés sont des leçons à retenir. Qu’ont servi les morts qui ont jonché les marches, les meetings « politiques » ? Les pleure-t-on toujours? Bien sûr que non ! A peine sont-ils enterrés que la douleur, l’absence de l’être cher, les problèmes  restent intimement familiaux. Ceux pour qui le « pauvre » disparu luttait se souviennent rarement de ce mort « politiquement ».
Avec Ismaïla Lo, l’homme-orchestre, chantons « Diam la paix » pour notre pays. Prions  que les colombes volent encore et toujours au-dessus du Sénégal et répandent la paix et l’amour en ce jour particulier de la Saint-Valentin (Jeudi 14 Février 2019).
Idrissa Diarra

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 782 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.