BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
couple discussion lit
Parler de tests prénuptiaux des «  IST » et « MST) (infections sexuellement transmissibles/Maladies sexuellement transmissibles) dans le milieu Soninké soulève moult réactions. Par peur, les uns éludent la question et fuient le débat. Les autres, plus conservateurs, voient dans un tel débat une volonté de jeter l’opprobre sur la femme soninké. Nous comprenons d’emblée que les soninkés font très souvent un rapide raccourci entre la triptyque  « femme », « sexualité » et « IST ». L’homme n’est que rarement indexé.  Aussi, certains esprits font également, de manière hâtive », une rapide relation de cause à effet entre polygamie et « IST ». S’il est vrai que la notion de pluralité de partenaires est à prendre en compte, les modes de transmission restent tout de même méconnus dans notre communauté. Plus surprenant, bon nombre d’entre nous ne connaissent que le « VIH » communément appelé « SIDA » comme « IST » alors que l’on dénombre environ 8 « IST/MST ». On peut citer les hépatites B et C, le syphilis, la Gonorrhée, l’herpès, le Chlamydia et le plus méconnu le papillomavirus humain. Ce dernier est presque inconnu des hommes alors qu’ils en sont très souvent porteurs. Son dépistage est également très compliqué chez le sujet « homme » alors qu’un frottis le révèle chez la femme.
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

                                    BergesFleuvesSN
Sakho Wakkané, l’ami de Mocirédin était Directeur de l’école de Diawara, son village natal durant trente ans (1984-2014). Un record qu’il est difficile de battre ! BOUBACAR SIDY SAKHO : c’est désormais le nom de cette école ! Attaché à ses terres, Sakho Wakkané a toujours lutté, d’abord dans son domaine (l’Enseignement) en transformant la petite école de six classes d’autrefois en établissement de douze classes. Il ne s’est pas arrêté là : voyant grand pour son Diawara natal, avec son entregent et l’appui des populations du terroir et surtout de la diaspora (le COREDIA), l’ancien élève de la prestigieuse Ecole Normale William Ponty a beaucoup œuvré et contribué pour que le « village » ait aujourd’hui quatre écoles élémentaires de 12, 12, 9 et 8 classes, un collège, un lycée, une Case des Tout-Petits (CTP), une école Arabe moderne, une école privée (la Lumière) et bientôt un Centre de Formation Professionnelle (CFP).

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 Les pluies se raréfient. Même si leur absence n’inquiète pas trop certains paysans, quelques gouttes auraient fait le bonheur d’autres dont les cultures ont encore le vertige. Pour beaucoup de cultivateurs, la rosée seule ne peut mener les céréales à maturité. Les champs ont encore besoin d’eau, assez d’eau pour compléter leur épiaison en ce qui concerne le mil et le maïs ou la formation et le remplissage des gousses pour l’arachide et le haricot.

A beau scruter le ciel, matin et soir, l’on remarque la même activité des nuages. Les hommes s’habituent peu à peu aux pluies espacées et à leur prochaine disparition jusqu’à la saison prochaine.

Dans les villages, c’est la période normale des récoltes. Bien qu’il y ait un décalage, aux soirs de clair de lune, le tam-tam appelle les jeunes et même les moins jeunes à se défouler, à chanter et à danser, à chasser le stress. Ces rencontres nocturnes animent le village et amènent la joie dans le cœur des hommes et des femmes.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 Diambere Khoumba

Quand se lève le soleil, les bruits du soir disparaissent. La lune, malgré sa grandeur, sa majesté, accompagnée de ses filles, les étoiles, laisse la place à l’astre du jour et va se reposer pour avoir veillé sur la terre en l’éclairant durant des heures. Le jour, la nuit. La nuit, le jour. Ils se suivent. Ils se succèdent. L’un précède l’autre. Ils se rencontrent même et ont le temps, un court instant pour se dire bonjour, se saluer avant que l’un ne remette le témoin, le flambeau, à l’autre. Un cycle normal, immuable, que rien ne peut perturber.

Entre Konatécounda et « Louba », la Grande maison des griots, sur la Montagne Centrale, tout près de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC), des fillettes forment un cercle et dansent une à une. Follement, elles s’amusent. Comme des grandes, elles s’organisent pour éviter le désordre même s’il s’agit d’un jeu. Celle qui semble détenir le « pouvoir », leader naturel, Mmafily, dirige à la manière d’un chef d’orchestre les entrées et les sorties de ses camarades au milieu de la figure géométrique qu’elle a bien pris soin de tracer avant que ne commencent les chants et les danses.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

arme 2

Les pluies ont tardé à tomber sur notre sol, cette année, causant des inquiétudes auprès des populations. Les animaux qui avaient transhumé, retournent au « bercail » pour croiser en chemin le début de l’hivernage et un tapis herbacé qui fera à coup sûr leur bonheur. Les bergers profitent de leur passage à côté des cités pour s’acheter des vêtements, de la bonne nourriture mais surtout des magnétophones. A longueur de journée, ils écouteront la musique du terroir et se rappelleront avec nostalgie certains moments de leur vie, tympanisant tous ceux qui auront le malheur de se trouver à côté d’eux.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 321 invités et aucun membre en ligne