BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

ECO UMOA

Notre pays, le Sénégal, est composé d’hommes et de femmes hors du commun ! Parlez de sports, vous trouverez en face de vous des entraîneurs plus forts que ceux de la Premier League comme José Mourinho, Jurgen Klopp ou Carlo Ancelotti ! Osez aborder les problèmes pédagogiques, même si c’est entre « copains », vous serez tout de suite envahis par de « grands connaisseurs » sortis de l’Université de la Rue ! Alors poussez votre témérité, à l’image de l’époux de Diambéré Khoumba, pour débattre sur l’économie et vous aurez autour de vous une nuée de mouches issues des égouts de Rufisque, tout nouvellement diplômées de la prestigieuse Université de Mbeubeuss.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

             Cimetiere Militaires
Qu’arrive-t-il ce matin à Mocirédin ? Lui qui, d’ordinaire est réglé comme une horloge, ose perturber aujourd’hui son programme.
Après la prière de l’aube, ses pas l’ont machinalement conduit au Pavillon René Caillé. En se levant de la natte de prière de la mosquée de son quartier, il agissait comme un robot. Ses vieilles babouches à peine chaussées, ses gestes instinctifs reviennent : sortir, passer devant la demeure des Cissokho (Tagonka), celles des Diébakhaté, des Sakho, des Diarra, encore des Cissokho (chez Khambo), bifurquer à droite, côtoyer la maison du Vieux Kaba Diarra pour atteindre, au sommet de la colline, le Pavillon René Caillé, du nom de cet explorateur Français qui n’a jamais vécu dans ce pavillon.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

            Conseil Jeunes
Les fêtes de Noel s’approchent à grandes enjambées ! Même si l’on ne le dit pas, un air de fête plane partout dans les écoles et en ville. Les professeurs multiplient les devoirs et les collégiens et lycéens redoublent d’efforts malgré le vertige causé par les contrôles parfois incontrôlés qui ne concernent en cette période de l’année que quatre ou cinq leçons seulement enseignées.
Au niveau des écoles élémentaires, la fébrilité due au démarrage des premières compositions de l’année scolaire se lit sur certains visages juvéniles, tandis que chez d’autres, les « je-m’en-foutistes », un zéro ou un vingt ne changera jamais leur comportement.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ecole IMBD Bkl

Aujourd’hui, le temps a changé. Le soleil n’a pas osé paraître. Il a disparu. Un air de saison des pluies, avec un ciel nuageux, fait penser en même temps à une nuée de sauterelles qu’au froid qui ne va plus tarder, vu les signes annonciateurs.

Diambéré Khoumba est sobrement habillée ce matin. Malgré la simplicité de sa tenue, le contraste créé entre le blanc de lait de ses vêtements et son teint noir ajoute une splendeur à sa personnalité. Diambéré Khoumba ne peut pas passer inaperçue. De sa couleur d’ébène à la blancheur de ses yeux et de ses dents, de sa démarche provocatrice, aux cliquetis parfois insolents des perles autour de ses hanches, tout pousse à admirer l’épouse de Mocirédin.

C’est pourquoi le pauvre homme ne sort plus jamais de chez lui, préférant s’asseoir sur sa natte de prières et égrener son chapelet, face à sa belle Diambéré. Il lui arrive à plusieurs reprises de « s’oublier », c’est-à-dire d’arrêter de faire tomber un à un les grains de son chapelet. Il faut le regard insistant de la mère de ses deux enfants Taata et Mma Tokhora pour qu’il revienne sur terre et reprenne son exercice favori ces temps derniers, égrener son chapelet. Pour un instant seulement car les yeux du pauvre Mocirédin suivent sa Diambéré Khoumba qui le dévie de la réalité.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 circoncis

Quand le soleil dort, la lune et les étoiles s’amusent. L’astre du jour ne commencera à bâiller qu’après les premières lueurs de l’aube, période au cours de laquelle ses rayons sortent et chassent les reines de la nuit.

Mocirédin admire ces moments féeriques, diaboliques, à la limite, qui impressionneront n’importe qui sauf un natif de « Guidinkhama », c’est-à-dire la Montagne Centrale, premier quartier à voir les lumières du jour et à entendre le chant des coqs.

Comme il fait beau temps ce matin, l’époux de Diambéré Khoumba profite de cette aubaine pour se dégourdir les jambes et se remémorer l’histoire incroyable de ces cent circoncis morts le même jour dans des circonstances assez émouvantes.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 278 invités et aucun membre en ligne