BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Honorable Deepute IBS

 

« La politique est le premier des arts et le dernier des métiers.», disait Voltaire.

 

Au Sénégal, malheureusement, une certaine classe politique est loin d’exceller dans cet art de la politique.

En effet, elle en fait son activité principale et critique à tous bouts de champ toutes les actions entreprises par le Président Macky Sall et son gouvernement.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Maquillage Enfants Bakel

Les résultats des examens sont presque tous connus, sauf celui de l’Entrée en 6e, qui, du reste, est un concours, dépendant des nombres de places disponibles dans les Collèges d’Enseignement Moyen (CEM).

Mocirédin ne décolère pas ! Ses deux enfants, Mma Tokhora et Taata, se trouvant dans le fâcheux espace dit « Classes intermédiaires » sont croupis à la maison, à tout moment accroupis auprès des parents depuis le mois de mars 2020. Ils auront bientôt huit mois de vacances, presque une année scolaire NORMALE, sans grève, (de mars à novembre), huit mois de jeux insouciants pour ne pas dire inconscients dans les rues, huit mois de « charge parentale », huit mois au cours desquels les cahiers et les livres sont oubliés, huit mois de stress, déshabitués qu’ils sont de leur train- train quotidien : Maison-Ecole-Rue, huit mois de port de masques, huit mois de « confinement », huit mois sans retrouver les camarades de jeux traditionnels dans les cours bruyantes de récréation !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ibrahima Sall Depute Maire Bakel

 

"La politique n'est pas là pour faire le bonheur des hommes. Elle est là pour combattre le malheur, et elle seule, à l'échelle d'un pays ou du monde peut le faire efficacement.", disait André Comte-Sponville dans son œuvre intitulée Le capitalisme est-il moral ?

Tous les présidents du Sénégal : du président poète L. S. Senghor au président Macky SALL en passant par les présidents Abdou DIOUF et Abdoulaye Wade se sont acquittés de cette mission avec des réussites diverses.

C’est cela qui nous a valu notre État -Nation, un et indivisible.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

agression2

Tous ces temps-ci, Diambéré Khoumba, l’épouse de Mocirédin, est préoccupée par les nombreuses agressions et les vols qu’on entend partout dans le pays, jusque dans les hameaux les plus reculés.

La pauvre dame a les larmes aux yeux, rien qu’à se rappeler son enfance qui lui semble maintenant assez lointaine. En ces temps-là (elle soupire !), les hommes et les femmes avaient d’autres idées en tête que d’agresser, d’autres choses à faire que voler, piller les ressources du pays, grossir la masse déjà énorme de chômeurs, futurs pensionnaires des Maisons d’Arrêt et de Correction (MAC), insuffisantes pour accueillir tous ces malfaiteurs qui jonchent nos rues encombrées par les marchands à la sauvette, les Talibés, les déficients mentaux et les animaux pourtant domestiques. Elle a des craintes pour les générations futures, étouffées par le PROGRES et ses conséquences néfastes dont la paresse, l’envie de gains faciles, le mépris des cultures ancestrales, la solitude face à son ordinateur ou son téléphone portable…

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

solidarite

Décidément ! Les deux « vingt » qui se suivent dans cette année particulière 2020 ont la saveur d’un vin très aigre, vin que ne veulent nullement boire les sept milliards d’hommes et de femmes du monde !

Depuis la fin du premier trimestre, en mars, à partir de la Chine, le pays du Timonier Mao, un virus, tout petit, minuscule, invisible à l’œil nu, s’est invité à la grand-place, au festin, à la noce, là où les géants du monde se rencontrent, pour montrer sa présence, démontrer sa force et mettre à nu la faiblesse des hommes face à lui.

Comment penser, pourquoi réfléchir, ne faut-il donc pas se focaliser sur autre chose en 2020, au Sénégal, si ce n’est que sur la pandémie de la COVID-19 et les inondations récurrentes ?

Que faut-il dire à ces gens qui vont construire « dans l’eau », peut-être trompés par des profiteurs, des sans-vergognes qui vendent « tout » ce qui leur passe entre les mains ? Sont-ils fautifs ? Et les Collectivités Territoriales dans tout cela ? Quelles responsabilités doivent-elles assumer sur leurs terres, sur des parcelles dites assainies et nouvellement habitées ?

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 362 invités et aucun membre en ligne