BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le ministre de l'éducation nationale du Sénégal Kalidou Diallo peut se bomber le torse car il vient de réussir un trés grand coup. Pour mémoire de mortel, jamais un audit digne de ce nom n'a été organisé au Sénégal pour répondre aux deux questions suivantes : QUI EST QUI ? QUI FAIT QUOI ? Pour un budget de 6.000.000 FCFA, toutes les  IDEN ( Inspection Departementale de l'Education Nationale ) et IA (Inspection d'académie ) du Sénégal ont été passées au peigne fin. Il s'agissait de convoquer les enseignants et les soumettre à l'exercice fatidique de l’acte de présence. Un exercice qui peut s'avérer coquine mais qui a révélé des comportements peu musulmans de la part de certaines autorités académiques : l'existence d'enseignants fantômes mais qui se présentaient les fins de mois devant les caisses pour toucher de l'argent public ; des billeteurs de mauvaise foi ignorant les règles les plus élémentaires de la comptabilité ... Le dossier a été selon ses dires transmis à L'IGE mais espérons que Madame Nafi Ngom Keita et ses hommes appliqueront la loi et que les coupables seront punis très  sévèrement. Mais pour comprendre ce phénomène, il faut faire un feed-back vers les années 95. Le Sénégal sous la pression de la banque mondiale avait signé le PDEF (Plan décennal de l'éducation et de la formation). Depuis l’application de ce plan les maux de l'éducation sénégalaise n’ont cessé de s’accroître : recrutement de volontaires, de vacataires, de contractuels...pour enseigner. C'est pourquoi nos frères et sœurs de nos jours n'ont plus de niveau. C’est scandaleux de voir des élèves passer en classe supérieure sans moyenne. A ce rythme, le Sénégal va tout droit vers une catastrophe intellectuelle. Pire, les décideurs de ces plans envoient leurs fils dans les plus grandes écoles étrangères pendant que les fils des paysans grossissent le rang des analphabètes.

 

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

« Il n'y a pas de petites économies." dit –on !

Les Soninkes vivent pour l’argent. Où qu’ils soient, ils pensent à la fortune. L’argent est aujourd’hui la clé du monde. A la question, quelle est la vraie richesse du monde, plusieurs répondront la santé… Mais pourtant quand ils se lamentent sur leur pauvreté, ils oublient la grande richesse du monde et ne pensent qu’au «  Xalissi » (argent). Depuis belle lurette, les Soninkes ont compris que la fortune se trouvait hors de leurs terroirs. Plusieurs de nos parents ont choisi de partir à l’aventure d’abord en Afrique centrale et plus tard dans les pays occidentaux. Aujourd’hui, les Soninkes sont visibles partout sur la surface de la terre. Là, ou il y a l’or, le diamant, il est probable de croiser un Soninké. Ils ont «  Konko » (vider ) l’or du Congo, ramasser le diamant de l’Angola, récolter les euros de l’Europe et dompter les dollars des USA. Le Soninké sans argent est comparable à un Marabout sans chapelet. Les fils du département de Bakel ne dérogent pas à cette règle. Ils sont nuit et jour à la recherche de ce sésame. Aujourd’hui, nos familles vivent à la sueur de nos fronts… Bakel ne compte pas sur l’Etat mais sur ces fils dispersés dans le monde comme des rebelles dans un maquis, toujours prêts à mourir pour la cause familiale. Mais il est légitime de se demander où les Soninkes de Bakel déposent leur argent. Si l’on sait que la France a un système économique où la banque joue un rôle important, notre département est aux antipodes de ce système. En France, les immigrés déposent leur argent dans les banques… Que ce soit pour recevoir leurs salaires ou mettre leurs économies. Mais tout le monde sait que l’argent de l’immigré doit franchir les frontières. Les Bakélois doivent sans aucun doute rapatrier une partie de  cet argent au pays pour les besoins de la famille mais aussi pour leurs projets. Ils utilisent alors le « Fax »… Le « Fax » n’est rien d’autre qu’un «  Western Union »  à l’africaine.

 

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le département de Bakel est limité à L’Est par la ville de Gouraye (région de Sélibaby  en Mauritanie), au Nord par  la région de Kayes  (Mali)… Bakel s’ouvre ainsi sur deux pays majeurs de l’Afrique de L’Ouest. Sa position géographique lui donne une dimension multiculturelle. Un véritable carrefour économique à cheval entre trois pays. Bakel témoigne également d’une intégration réussie  entre Maliens, Mauritaniens et Sénégalais en plus d’autres nationalités africaines. Peuplée majoritairement de Soninkés, de Peuls, on y trouve également d'autres ethnies Malinkés comme les Bambara et les Diaxankés. Le département de Bakel, même amputée aujourd'hui de l’ancien arrondissement de  Goudiry, rattaché à la région de Kédougou, est considéré comme le plus grand département du Sénégal. Les habitants de Bakel vivent principalement de l'agriculture, de  pêche, de commerce et des revenus de l'émigration. Le département présente un fort pourcentage d'émigrés... L'ethnie Soninké est la plus touchée. Les peuls sédentaires emboîtent très souvent le pas aux Soninkés tandis que les nomades restent et s'adonnent à l'élevage. Dans plusieurs villages du département, les hommes valides deviennent invisibles.  Les rares hommes que l'on trouve sur place sont soit Maliens ou Wolofs respectivement manœuvres , commerçants ou fonctionnaires.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

OBJECTIF DU JOURNAL

« Le Journal Citoyen » est conçu pour donner un éclairage différent de l’information en publiant des articles axés en priorité sur l’actualité : qu’elle soit de provenance Africaine, Européenne ou de  tout Autre part du Monde.

L’idée est de livrer une information indépendante, diverse et précise avec comme originalité : divers courants de pensée.

Le but est d’être interrogateur, d’interpeller, mais aussi de donner une opinion avec une ouverture constructive.

La finalité est de rapporter ou de faire part le plus fidèlement possible des faits qui ont été constatés objectivement et qui dans la mesure du possible ne peuvent pas être contestés.

Toute personne porteuse d’information peut alors publier ses articles tout en respectant la politique éditoriale.

Ainsi, au Journal Citoyen, la parole n’est ni au pouvoir ni à l’élite mais à ceux qui ont des choses à relater. Vous avez juste à utiliser votre style et être le plus naturel possible !

 

POLITIQUE EDITORIALE

Comité de rédaction et responsabilité territoriale

Seront retenus en priorité les articles factuels, enrichis de références avec un véritable apport informationnel.

Un comité de rédaction sera chargé de filtrer les articles pour éviter tous risques de propagation, de rumeur, de désinformation, de déstabilisation ou de manipulation volontaire ou involontaire. Néanmoins chaque auteur demeure également responsable des affirmations qui sont publiées et c’est à lui d’en valider la véracité avant de les soumettre.

Le comité rédactionnel est composé par les administrateurs du site www.Bakelinfo.com

Par ailleurs nous invitons tout rédacteur à porter un maximum d’attention sur la propriété intellectuelle des informations qu’il envisage de publier dans le strict respect des droits d’auteur. En cas d’irrégularité, l’article se verra supprimé.

 

Validation des articles

Quiconque peut devenir rédacteur du Journal Citoyen indépendamment de ses orientations politiques, religieuses, culturelles ou sociales.

Notre souhait consiste justement à obtenir une diversité de profils pour créer une vraie richesse rédactionnelle et informationnelle.

Nous privilégions des faits liés à l’actualité mais il est également possible de soumettre un article de fond sur un sujet précis à condition d’y apporter des éléments nouveaux ou inédits (opinion personnelle, faits divers, polémique, etc.).

Le comité n’interviendra pas sur le fond des articles sans l’accord de l’auteur. Par contre il veillera à la syntaxe, aux fautes d’orthographes et à la mise en page et pourra éventuellement modifier le titre afin de garantir à l’article son intérêt auprès des lecteurs.

Les éventuels fichiers attachés à un article (photographies, extraits vidéo, extraits sonores) pourront être, en fonction des cas soit être mis en avant, soit être optimisés notamment en terme de poids et de taille.

Il est impératif que l’article soit signé par le nom et prénom de l’auteur et qu’il porte la mention de la ville et pays d’origine. Aucun pseudo ne peut être accepté.

Enfin le comité de rédaction pourra également après avoir alerté l’auteur modifier certaines erreurs ou impressions mineurs (par exemple faute sur une date ou un nom…) à condition que les corrections apportées ne modifient pas le sens ou la portée de l’article.

 

Refus d’un article

Les articles ne respectant pas la politique éditoriale telle que définie ci-dessus ne seront pas acceptés.

Il en est de même pour les soumissions à caractère diffamatoires, pornographiques ou commerciale. Seront rejetés également les textes d’incitation à la haine, au racisme, au sexisme, à l’homophobie, etc.

Les caractéristiques suivant conduisent également à un refus de publications :

- Articles exprimant une opinion personnelle pas suffisamment documentés,

- Articles décrivant des faits faux ou non vérifiable,

            -  Articles diffamatoires, insultants envers une autorité, une personne morale ou physique,

- Articles trop courts ou trop longs,

- Articles pas clairs, confus ou imprécis.

Les raisons d’un éventuel refus seront systématiquement communiquées à l’auteur.

Si vous résidez dans le département de Bakel, vous devez envoyer votre article à nos correspondants sur place : Aliou Sall, Idrissa Diarra, Boubacar Dembélé

Si vous résidez en dehors du département ou à l'étranger, envoyez votre article à cette adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour toute autre information contactez nous ici  : Contact

Vous remerciant d’avance de votre participation

Et aux plaisirs de vous lire bientôt !

L’Equipe Bakelinfo

 

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 Chers lecteurs comme vous le savez  l’immobilier n’est pas une mince affaire  chez les Soninkés. Il est synonyme d’espoirs et de frustrations. Pour un Soninké l’immobilier est le placement le plus sur et le plus durable et ma foie il a bien raison de le penser d’autant plus que c’est un investissement à la fois lucratif et utile. Combien sont-ils à travailler dur tous les jours pour arriver à ce but ultime qui est de construire une maison ? Cela est d’autant plus vrai pour ceux qui sont au pays que ceux qui ont émigré. Laisser un patrimoine à ses enfants est la mission que se fixent nos parents soninkés. Pour les immigrés c’est une garantie incommensurable. Envoyer de l’argent est une obligation mensuelle mais la réalisation de projets immobiliers constitue la principale préoccupation. Acheter un terrain ou construire une maison signifie que l’on a atteint un certain niveau social. Faire vivre la famille d’accord mais bâtir une maison fait entrer dans l’histoire car on aura légué une richesse aux générations futures.

Oui je pourrais dire que les Soninkés ont une fibre de bâtisseurs comme les romains l’ont été dans le temps. Qu’ils soient de France, en USA ou au Congo, ils travaillent dur et économisent au détriment de leur qualité de vie pour bâtir leurs villages. Mieux ils envahissent Dakar et ses quartiers populaires pour mettre sur pied leurs projets immobiliers.

Politique : La FEER est en marche pour massifier ses...

14 août 2018
Politique : La FEER est en marche pour massifier ses rangs (audio)

    Monsieur El Hadj Doudou Diop, 1er adjoint au Maire de Bakel, a reçu Mamadou Diéne, coordonnateur National de...

BAKEL : UNE CONFÉRENCE TERRITORIALE POUR MESURER LE NIVEAU D’EXECUTION...

14 août 2018
BAKEL : UNE CONFÉRENCE TERRITORIALE POUR MESURER LE NIVEAU D’EXECUTION DES PROJETS ET PROGRAMMES (audio)

    Monsieur Mamadou Mbaye, Préfet du département de Bakel, , a présidé ce matin, dans la salle de réunion...

BAKEL : PLAIDOYER SUR LES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES

10 août 2018
BAKEL : PLAIDOYER SUR  LES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES

Le GRDR et son partenaire Action Aid ont toujours lutté pour la protection de la Femme et de l’Enfant  dans...

BULLETIN HYDROLOGIQUE DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL

8 août 2018
BULLETIN HYDROLOGIQUE DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL

                            REPUBLIQUE DU SENEGAL        MINISTERE DE  L’HYDRAULIQUE ET DE L’ASSAINISSEMENT                                                    DIRECTION DE LA GESTION ET DE...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

6 août 2018
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

Du Lundi 30 Juillet au Dimanche 05 Août 2018Lundi 30 Juillet 2018Démarrage d’un atelier de formation de trois jours des...

Bakel : Atelier de formation des officiers d'état civil.

4 août 2018
Bakel : Atelier de formation des officiers d'état civil.

L’Etat Civil, c’est la vie. L’existence de l’être humain, du début à la fin. Pour l’expliquer, le formateur monsieur Mamadou...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (107 videos)
Loading...
Micro-Trottoir
Micro - Trottoir
Mosquée
Film Tradition

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.