BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Partge Charges HF
Si faire moitié-moitié semble être une bonne formule masculine pour le partage des charges du couple, les femmes quant à elles la récuse tout bonnement. Pour ces dernières, la prise en charge financière de la famille incombe à l’homme. De manière générale, elles mettent un véto avec fracas « Fifty-fifty : niet ! ».  Ce formalisme du 50/50 sans aucune subtilité les choque au point qu’elles pensent que les hommes veuillent le beurre, l’argent du beurre et la crémière. D’ailleurs, elles ne manquent pas de dire : « Va-t-on aussi partager les tâches ménagères, les grossesses… dans ce cas ! » ? C’est dire qu’elles n’adhèrent pas tout à cette propension des hommes à vouloir la mutualisation des forces.
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

          medecine tra 1
La ville reprend son animation d’antan. Les hommes ne craignent plus le CORONAVIRUS. Les Autorités, n’ont-elles pas demandé désormais aux populations de vivre avec la maladie ?
Vit-on avec ses ennemis ? N’est-ce pas pousser les hommes à s’afficher n’importe où et à n’importe quel moment avec qui l’on veut, en groupes, sans peur d’une quelconque pandémie tant présentée comme dangereuse, grave, mortelle ?
 Depuis bientôt un semestre que la COVID-19 est arrivée avec beaucoup de bruit sur nos terres. Elle a tué seulement moins de trois cents personnes ! Est-ce la taille du nombre de décès qui installe cette inconscience avec la fâcheuse tendance de s’élargir, de s’étaler, de grandir, de se développer, d’envahir tous les espaces de vie ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

        Nuages Sombres
Tout ce qui est attendu, un jour où l’autre se retrouvera dans la corbeille du passé ! L’homme est impatient de nature. Toujours pressé, il voudrait voir tout ce qu’il entreprend se réaliser sur le champ. Mais, chaque chose ne se passera qu’en son temps !
Les pluies enjolivent l’environnement, l’embellissent en lui faisant porter une belle robe verte sans rayures. Les paysans, les pasteurs et les pêcheurs « les 3 P » du monde rural ont le sourire aux lèvres. La saison, pour le moment, leur est favorable : assez d’eau pour faire pousser les semences, nourrir les bêtes, permettre aux poissons de se reproduire.
Cette exultation de l’homme devant l’exubérance de la nature est dans l’ordre des choses : il ne peut pas cacher ses sentiments ; il exprime ses joies et ses malheurs sans aucune frontière entre les deux.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

          Mosquee Mociredin
Un peu plus d’un mois après la reprise des cours pour les classes d’examens (25 juin), tout semble marcher malgré les pluies qui perturbent de temps en temps dans certaines zones. Même si cela n’a pas été dit, à cause des intempéries, des classes (si elles ne sont pas des abris vraiment provisoires) n’ont pas ouvert leurs portes.
Comme tous les Sénégalais, les esprits ne voient et ne rêvent, en ce moment, que de moutons à quelques jours de l’AID EL-KEBIR, surnommée la « Grande Fête », la Tabaski, pour la majorité.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Mociredin 21juillet2020    

L’hivernage s’installe lentement mais sûrement à Bakel, au grand bonheur des paysans qui ont repris le chemin des champs. Cependant, dans les périmètres rizicoles, les producteurs sont en train de verser de chaudes larmes car les oiseaux granivores enterrent, mieux, ils picorent l’espoir de toute une saison de braves travailleurs, les beaux épis de riz qui flottaient allègrement au vent.

Mocirédin, lui, a déjà désherbé puis semé depuis la première pluie. De jeunes pousses commencent d’ailleurs à montrer le bout de leur nez dans son champ. Ces dernières pluies donnent du courage à tous les cultivateurs, mais plus particulièrement au mari de Diambéré Khoumba dont l’esprit inquiet va et vient sans cesse de la pandémie de la COVID-19 aux difficultés du moment.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 298 invités et aucun membre en ligne