BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

MociredinCoursEau

Et pourtant ALLAHOU SOUBHANA WA TALLA, dans son immense bonté, a donné aux hommes tout ce qu’il leur faut pour vivre. Vivre décemment. Vivre sans se fatiguer.

Mais l’homme, le cousin du singe, dans ses capricieuses manœuvres, se complique la vie.

Mocirédin, en homme fouineur, continuera toujours de se poser des questions.

Son esprit d’illettré s’interrogera à chaque fois sur les phénomènes encore inexpliqués de la nature.

 

Depuis sa jeunesse, depuis même sa tendre enfance, Mocirédin était attiré par les cours d’eau : le fleuve, le seul qu’il connaisse, celui de son pays le Sénégal, les mares, les marigots. On lui apprend qu’il existe aussi de vastes étendues d’eau appelées mers. Que l’eau soit douce ou salée, impropre à la consommation ou potable, pour lui, c’est un plaisir d’y faire face, de se mirer, d’admirer les pirogues qui vont et viennent, de regarder le poisson qui frétille au bout de l’hameçon du pêcheur, de voir les grenouilles sautiller en coassant, les jeunes filles qui lavent le linge en chantant, les petits garçons qui s’ébattent parfois très bruyamment.

Mocirédin remue la tête en souvenir de ces moments nostalgiques, instants pathétiques qui lui rappellent, les larmes aux yeux, quelques compagnons aujourd’hui disparus comme Cheikh Tamboura, Aly Diaba, Moussa Dialimady, Hamidou Mamadou Bougou entre autres.

Mocirédin, le fameux fils de son père comprend pourquoi tous ces millions d’hommes et de femmes s’agglutinent au bord des cours d’eau : l’eau est un élément indispensable autant pour les hommes, les animaux que pour les plantes. A travers elle, c’est connu, l’homme y retire sa boisson et sa nourriture : les poissons mais aussi avec les produits des cultures de décrues comme les céréales, les légumes.

Ce que Mocirédin ne comprend pas par contre, c’est pourquoi d’autres hommes et femmes sont allés vivre ailleurs que sur les rives des cours d’eau, abandonnant ce don de DIEU, pour des lieux arides, secs, impitoyables.

<< - Han ! Pourquoi tant de personnes loin des cours d’eau, se demande-t-il ? Qui est-ce qui, le premier a pensé s’éloigner de l’eau, des hommes, des autres ? Est-ce par maladie (mise en quarantaine), pour fuir un ennemi ou simplement pour s’isoler ?

Est-ce parce qu’ayant beaucoup d’animaux domestiques, il faut beaucoup d’espaces ? >>

En tout cas, Mocirédin se dit : <<- pour tout l’or du monde, je n’échangerai ma situation actuelle contre qui ou quoi que soit ! Vivre au bord de l’eau, n’est-ce pas un véritable privilège ?>>

Il se rappelle (que de lointains souvenirs !), avec son grand cousin Dougoufana Yougoukhassé, avoir été à Béma rendre visite à Fa Makhassi . Dès leur arrivée au village, Mocirédin avait demandé où se situait le fleuve pour se rafraîchir le corps après la longue marche sous le chaud soleil. Des éclats de rires ont failli le renverser, tellement ils étaient acerbes.

<<- D’où vient-il, celui-là ? Est-ce un extra-terrestre, ou veut-il seulement se moquer de nous, dirent ensemble les villageois étonnés de la réaction de ce bout d’homme ?>>

Etonné à son tour de la manière de penser de ses nouveaux hôtes, Mocirédin se cacha derrière Dougoufana .Cette journée fut longue et harassante pour lui, éloigné de son fleuve qu’il aime chanter comme Fodéba Keîta l’a jadis fait pour le Dioliba ! Désormais, avant de quitter Saré Demba, il va se renseigner sur sa future destination, mais surtout sur sa situation géographique.

En fin de compte pourquoi s’alarmer, d’autant que l’on vive près ou loin d’un cours d’eau, n’est-ce pas encore une fois SOUBHANA WA TALLA qui nous nous donne à boire et à manger ? Il n y a donc pas à se faire des soucis et perdre son sommeil et son << Soninké>> pour rien !

La vie est belle ! Elle continuera de l’être tant qu’on sera optimiste !

 

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

BULLETIN HYDROLOGIQUE DU 24 JUILLET 2020 BASSIN DU FLEUVE SENEGAL

24 juillet 2020
BULLETIN HYDROLOGIQUE DU 24 JUILLET 2020 BASSIN DU FLEUVE SENEGAL

  LA RETENUE MANANTALI Le niveau du Bafing à Manantali (Amont Barrage)  est à 194, 99 le 24 Juillet 2020 à 8 h 00. A la même date de l’année dernière, le niveau était à la côte 194, 93 m. Le débit turbiné hier est à 288 m3/s contre 225...

(Audio) ÉDUCATION : BABACAR DIACK INSPECTEUR ACADEMIQUE DE TAMBA EN TOURNÉE DE PRISE DE CONTACT AVEC LES ACTEURS DE L’ÉDUCATION À BAKEL

23 juillet 2020
(Audio) ÉDUCATION : BABACAR DIACK INSPECTEUR ACADEMIQUE DE TAMBA EN TOURNÉE DE PRISE DE CONTACT AVEC LES ACTEURS DE L’ÉDUCATION À BAKEL

Le tout nouveau Inpecteur Academique de Tambacounda Monsieur DIACK puisque c’est de lui qu’il s’agit est dans le département de Bakel depuis hier Mardi pour une tournée de prise de contact avec tous les acteurs de l’éducation. Mr Diack ( au conseil départemental) Votre navigateur n'est pas compatible Mr Diack...

LE GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE DE BAKEL EN ACTIVITÉ

16 juillet 2020
LE GROUPE DE TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE DE BAKEL EN ACTIVITÉ

Le Groupe de Travail Pluridisciplinaire Local de Bakel (GTP/Local) a repris comme les autres années ses rencontres par décade pour analyser la situation hivernale. Composé du Préfet, de son Adjoint, des chefs de services techniques comme la Météo, l’Elevage, l’Agriculture, la Pêche, les Eaux et Forêts, la SAED, le Commerce,...

(Audios) : Le président du tribunal de Bakel organise son pot de départ.

15 juillet 2020
(Audios) : Le président du tribunal de Bakel organise son pot de départ.

Le président sortant du Tribunal d’instance de Bakel, Monsieur Maguette Diouf a passé le flambeau ce mercredi 15 juillet 2020  à Monsieur Cheikh Seye nouveau président du tribunal de Bakel en présence d’un parterre de personnalités venues de partout à travers le département. Selon le Président du Conseil départemental, un...

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 333 invités et aucun membre en ligne