BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

UrneElections
En cette fin d’année 2018, veille de période électorale, la politique envahit tous les esprits.
Les politiciens ont malheureusement transmis le virus « politique » à toutes les couches de notre société. Désormais, l’on ne respire que politique, l’on ne réfléchit que politique, l’on ne mange et ne boit que politique ! Même en dormant, les rêves deviennent politiques.

A un peu moins de deux mois de la Présidentielle du 24 Février 2019, la tension monte dans tous les secteurs d’activité : la Santé, l’Education, la Justice, l’Agriculture…
Les questions (interrogations légitimes) que se pose le Sénégalais lambda sont d’une simplicité dérangeante :
-les résultats issus du dépôt des dossiers de parrainage au niveau du Conseil Constitutionnel vont-ils rassurer les populations ?
-les grèves cycliques dans les divers secteurs permettront-elles une élection Présidentielle apaisée ?
-comment se déroulera notre année scolaire ?
-les travailleurs de la Santé  reprendront-ils normalement le chemin des hôpitaux et autres centres de soins ?
En tout cas, partout la tension est perceptible et les hommes craignent pour leur sécurité.
Nos hommes et femmes politiques doivent montrer, surtout dans des moments aussi cruciaux, la bonne voie, en élevant leurs voix, partout où la nécessité se fait sentir (à l’Assemblée Nationale, dans les communes, les places publiques…), donner le bon exemple. Ils doivent arroser le pays de sérénité, d’entente. Partout, ils doivent semer les graines de la PAIX afin qu’elles germent et donnent des fruits succulents  capables d’installer le développement ou tout au moins des prémices.
Notre pays mérite plus et mieux : de Léopold Sédar Senghor à Macky Sall en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, des crises électorales ont toujours secoué le pays sans (heureusement) le faire tomber.
N’est-il pas temps de creuser un gouffre (profond ???) pour y enterrer les haches, toutes les haches de guerre puis  libérer les colombes de la paix. Elles lâcheront, sans nul doute, sur notre pays une pluie douce et paisible qui humidifiera les cœurs et fera en sorte qu’on ait une élection juste, transparente, démocratique, sans aucune tache noire.
Les violences de toutes sortes, verbales ou physiques et même des morts ont jalonné tous les parcours électoraux. Les populations sentent-elles le développement ? Les « Gorgorlous » peuvent-ils voir clairement le fond de leur assiette ?
Pourtant, la solution est là, à la portée de chaque citoyen : la carte électorale ! Ce sont les populations qui votent, donc qui élisent. Après plus d’un demi-siècle d’indépendance, les Sénégalais doivent jouir d’une certaine maturité pour dépasser des pratiques ancestrales et choisir leur « dirigeant » pour qu’il soit (Député, Maire, Président) sans faire gicler le liquide rouge précieux (le sang) si utile et nécessaire pour nos centres de perfusion sanguine. La carte électorale a une valeur inestimable, insoupçonnée.
Alors, le défi d’une bonne organisation de l’Election Présidentielle du 24 Février 2019, une élection pacifique, paisible, sans effusion de sang et sans aucune forme de violences doit hanter tous les esprits.


Idrissa Diarra , bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 222 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.