BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

 

Diambéré Khoumba se dandine allègrement entre « sa » cuisine et « sa » chambre à coucher qui ressemble au four du boulanger traditionnel par la fumée s’y dégageant. Le parfum exhalé par l’encens embaume non seulement la maisonnée mais « s’exile » hors de la demeure de Mocirédin !

 

 

La grande Diambéré parait heureuse. Son homme qui n’a jamais voyagé de sa vie, revient de la « poche », c’est-à-dire la zone de Kéniéba-Lali-Toumboura-Sadatou, inaccessible dès après les premières pluies. Ainsi appelée, cette partie de l’Arrondissement de Kéniéba ouvre difficilement ses portes aux visiteurs, à n’importe quelle période de l’année : actuellement les gros camions ont totalement écrasé le sol. La route est impraticable. La poussière soulevée par le passage des véhicules propage des maladies respiratoires. Avec parfois les pluies précoces, l’Administration abandonne ses bureaux qui sont dans un état indigne pour le Commandement Territorial, pour s’installer à Kidira en évitant d’être « emprisonnée » dans la « poche ».

 

La participation de son mari à ce voyage est due à la bienveillance du chauffeur de l’Inspection de l’Education et de la Formation (IEF) Lamine Dicko qui avait besoin d’aide durant ce déplacement long et difficile. Sans hésiter, l’époux de Diambéré, Mocirédin a saisi la perche tendue qui lui permet de découvrir d’autres endroits différents de son village natal, Bakel qu’il n’avait jamais quitté auparavant.

 

Le visage radieux de Diambéré Khoumba, sa démarche chaloupée, son sourire naturel, ses chants créés en l’honneur de Mocirédin, l’encens «sataniquement » concocté, la bonne odeur qui se dégage de la cuisine, tout ce mélange hétéroclite montre l’importance de Mocirédin dans le cœur de son épouse !

 

Tout couvert de poussière, l’air harassé mais loin de ressembler à une haridelle, car bien nourri lors de son séjour dans la « poche », Mocirédin respire longuement et fortement avant d’enjamber le seuil de sa demeure.

 

« -Quelle joie de rentrer chez soi ? Je n’ai jamais eu cette sensation ! C’est mon tout premier voyage, ma première sortie, la première fois que je m’éloigne de « ma » Diambéré Khoumba, après plus de quinze ans de mariage. Ouf ! » 

 

Diambéré va à la rencontre de son mari et lui retire son balluchon des mains. Elle lui tend un pot d’eau fraîche, en prenant bien soin d’exécuter une génuflexion dont elle seule a le secret.

 

Les bruyants « gouloukh-gouloukh » de l’eau qui traverse la gorge asséchée par la chaleur de cet après-midi sont des signes extérieurs de remerciement. Ils disent, à travers ce bruit incongru : merci, merci encore !

 

« -Bienvenue ! Et ton voyage, mon mari ?

 

-Désormais, comme les enseignants, je vais « user plus de talons que de fonds de pantalons ».

 

-Que veux-tu dire par là, Mocirédin ?

 

-Je ne vais plus m’asseoir, je vais marcher, sortir pour découvrir ailleurs, « ouvrir » mes yeux !

 

-Tu veux donc m’abandonner ?

 

-Non, Diambéré ! Toi, tu es la Khoumba de mon cœur. Tu as occupé tout l’espace qui s’y trouve. Sois tranquille ! Pendant ces quatre jours, j’ai énormément appris. L’on m’a toujours parlé d’ «  OR NOIR » en pensant au pétrole. Chez nous, dans notre département, dans l’Arrondissement de KENIEBA, il y a de l’or, de l’or pur, ce métal précieux de couleur jaune qui affole les populations ! Elles quittent partout pour  déchirer  et blesser nos terres afin d’y extraire ce métal satanique ! Des Maliens, des Burkinabés, des Mauritaniens, des Ghanéens, des Nigérians….et bien sûr des Sénégalais partagent le même espoir de retourner chacun chez soi avec des lingots d’or.

 

-Tu m’en as donc rapporté après ton court passage, lui dit l’épouse ?

 

-Comment le pourrai-je sans matériel, répond Mocrédin ?

 

-C’est pour te faire parler, mon homme ! Ta voix m’a manqué.

 

-Diambéré, j’ai peur. L’avenir de nos enfants est en jeu avec les « DIOURA », ces sites d’orpaillage qui ont envahi tout l’Arrondissement de Kéniéba. Autrefois, on ne parlait que du village de Diyabougou. La découverte de quelques pépites d’or avait transformé cet endroit pourtant enclavé en un EL DORADO. Les ¾ de l’effectif des élèves de l’école ont rejoint les « DIOURA », volontairement ou bien parce que les parents l’exigent, car les enfants pouvant leur rapporter par jour 5 à 9000F CFA. Sur les vingt admis de cette année en 6e , 2016/2017, seuls cinq poursuivent leurs études à Kidira. Les quinze autres sont dans les « trous » à la recherche de cet or qui affole.

 

Maintenant, sur le plan de l’environnement et de l’éducation, c’est la désolation. Imagine un peu, d’humbles populations estimées à moins de 2000 habitants qui se retrouvent subitement envahies par des « étrangers » parlant autrement qu’elles, se comportant comme des maîtres chez elles, devenant corvéables à n’importe quel moment de la journée et même de la nuit. L’agriculture est devenue un souvenir dans ces endroits car les orpailleurs ayant creusé tous les champs, il n’y a plus de cultures. Les malheureux paysans, entre obligation et tentation, plongent la tête en avant dans les « DIOURA », emportant avec eux toute leur famille : femmes et enfants.

 

-N’est-ce pas bien, le fait qu’ils aient de l’argent, dit Diambéré ? Cela va changer leur vie !

 

-L’on n’a pas besoin de changements aussi rapides ni de transformations pareilles. A Samba Yaye, à Tomboromadji comme à Djibéba et à Koba Sansankhoto, les terres de cultures sont des tombeaux à ciel ouvert ; les écoles perdent leurs élèves au profit des sites d’orpaillage. Parents, élèves et même parfois enseignants et agents chargés de la sécurité des lieux se mettent aussi à la danse ! Au rythme des prospections, bientôt tout l’Arrondissement de Kéniéba ne sera plus qu’un grand trou béant où l’exploitation de l’or se fera anarchiquement. La ruée vers l’or, comme dans les films Cow-boys, installe la pauvreté au lieu de la prospérité. La prostitution se fait sans cachette, les bars dits clandestins naissent à chaque coin de rue. Un habitat d’un genre particulier couvre les villages : ce sont des huttes en paille protégées par de la matière plastique.

 

-Mon homme, je ne te comprends pas. La finalité n’est-elle pas d’avoir les poches pleines d’argent ? L’or peut le permettre. Alors ?

 

-Tu as effectivement compris que tu ne comprends pas Diambéré Khoumba! Le développement, ce ne sont pas ces pépites d’or qu’on transforme en billets de banque qui développent un pays mais une éducation solide à partir d’écoles tenues et entretenues par des enseignants engagés, conscients que l’avenir de notre Sénégal repose sur leurs épaules frêles ou solides.

 

Or noir et Or jaune installent la suspicion entre les politiques de notre pays qui se tiraillent au lieu de se mettre autour d’une table et discuter. Il est temps de s’entendre avant qu’il ne soit trop tard !

 

Léguons à nos enfants, nos héritiers, les futurs dirigeants de ce pays, une terre sénégalaise entière, exploitée légalement par des nationaux au profit de toutes les populations sénégalaises.

 

Idrissa Diarra

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

GOUVERNANCE LOCALE POUR LE DÉVELOPPEMENT À BAKEL

23 avril 2018
GOUVERNANCE LOCALE POUR LE DÉVELOPPEMENT À BAKEL

Trois jours durant, dans la Salle de Conférence de la Mairie de Bakel, cinquante trois invités (hommes et femmes) ont...

Le Directeur général de l'agence sénégalaise de l'électrification rurale (ASER)...

21 avril 2018
Le Directeur général de l'agence sénégalaise de l'électrification rurale (ASER) dresse le bilan de son institution.

L’électrification rurale constitue le défi majeur pour résorber les inégalités entre les milieux rural et urbain en vue de l’atteinte...

SUBVENTIONS: L' UCEEB APPORTE SA RÉPONSE ET ÉLEVE LE DÉBAT

21 avril 2018
SUBVENTIONS: L' UCEEB APPORTE SA RÉPONSE ET ÉLEVE LE DÉBAT

La subvention octroyée depuis quelques années par la mairie de Bakel a une histoire et quiconque parle d’histoire parle d’hommes...

LES ONG GRDR ET ACTION AID SONT EN MISSION À...

20 avril 2018
LES ONG GRDR ET ACTION AID SONT EN MISSION À BAKEL

       La Directrice Nationale de l’ONG ACTION AID/Sénégal, madame  IFE0MA en compagnie de madame Khardiata Ndoye, Responsable Nationale du parrainage...

RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER...

17 avril 2018
RÉSEAU DES MAIRES DU BASSIN DU FLEUVE SÉNÉGAL : ATELIER DE LANCEMENT DU SCHÉMA D’AMÉNAGEMENT TRANSFRONTALIER INTÉGRÉ DU BFS ( Audio)

L’Union des Associations d’Elus Locaux ( UAEL) et le  Conseil des Collectivités Territoriales (CCT) de l’UEMOA ont co-organisé la cérémonie...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

16 avril 2018
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE À BAKEL

Du  Lundi 09 au Dimanche 15 Avril 2018Lundi 09 Avril 2018Reprise des cours (normalement) dans les écoles du Sénégal. Bakel...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
Micro - Trottoir
Micro-Trottoir
Film Tradition
Mosquée

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 267 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.