BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

                 téléchargement
C’est la période des récoltes ! Il y a de l’effervescence dans l’air. Tout le long du fleuve, les cultivateurs s’activent : les graines de mais enfouies sous la terre, il y a quelques mois, ont germé puis donné de beaux épis. Sur les deux rives du fleuve Sénégal, en Mauritanie comme chez nous, des familles entières (hommes, femmes et enfants) transportent des épis de maïs en même temps que la paille sur des charrettes qui font des va-et-vient incessants entre les champs et le village.

L’ambiance est telle que des chants d’encouragement sont chantés et même des pas de danse esquissés pour dérider l’atmosphère de concentration sur le travail pénible, le sérieux qui entoure en général ces sortes d’activité.
L’on rit et l’on chante ! Après tout, la période des récoltes est spéciale. Elle signifie la fin, pour un temps, des repas à base de céréales stockées mais surtout le début d’une saison nouvelle avec des produits frais : mais, haricot, patate, tomate, oseille, gombo…
<<Hé koyé wo sandiané !>> Cette chanson si populaire en milieu soninké paysan fuse de partout, vantant la belle période des récoltes, avec les greniers pleins, les danses au soir de clair de lune et les femmes au teint noir qui brille sous la lumière des étoiles et de la lune, se trémoussant dans un cercle naturellement formé à la place « Waoundé Ndiaye ».
Mocirédin est nostalgique ! Comment ne pas se souvenir de cette période incomparable avec des hivernages vraiment pluvieux, des récoltes abondantes, des fêtes à chaque coin de rues, des toilettes sobres mais combien magnifiques des femmes d’autrefois. Ha ! Si seulement, il pouvait revenir en arrière ! Retourner à hier et regarder à nouveau (alors qu’il n’avait que vingt ans) le teint naturellement noir de nos femmes sans fard, sans artifice, vêtues seulement de la belle couleur noire généreusement offerte par le Bon DIEU, cette couleur de tous les jours, qui n’est pas une couleur de circonstance, cette couleur de l’ombre et des secrets, cette couleur éternelle car naturelle !
Dans les rues des villages très éloignés des grands centres, parfois, des femmes défigurées par des produits de dépigmentation, le « Khessal », se croient au-dessus des autres, se comparant aux dames blanches. Leur nouvelle couleur et l’odeur qu’elles dégagent, malgré le parfum versé en abondance et en grande pompe sur les vêtements et le corps, trahissent leur complexe et mettent à nu leur inconstance et leur inconscience.
Je suis loin d’être le premier à chanter la Femme Noire ; avant moi, d’autres voix plus significatives, plus sucrées, plus mielleuses, plus savoureuses, plus poétiques comme celle de Léopold Sédar Senghor, l’ont déjà fait.
La Femme Noire est incomparable ! De son joli teint à la noirceur d’ébène, à sa démarche grâcieuse de reine, de ses déhanchements ravageurs, à son sourire qui montre des dents blanches contrastant avec sa peau, de sa manière de s’habiller qui la différencie de toutes les autres femmes du monde, à ses tresses magiques aux lignes diaboliques, de ses mains et ses pieds savamment passés au henné, à l’encens envoutant, ensorcelant qui cloue les hommes à la maison, la Femme Noire est une merveille, un don d’ALLAH à l’humanité ! Quand elle parle, la douceur de sa voix ensorcelle son interlocuteur et lui donne une image de « diablesse ». Son regard foudroie, hypnotise le monde. Le parfum naturel, autour d’elle, qu’elle dégage, finit par faire d’elle celle qu’on aime respirer, celle qu’on admire, celle qu’on approche sans lui faire de reproches, celle qui fait vibrer les cœurs, enfin, celle qu’on aime tout court !
Femme Noire, si tu n’existais pas, les hommes t’auraient créée pour te placer sur un trône, le plus majestueux des trônes, dans un merveilleux palais et faire de toi, la REINE de l’Univers.
FEMME NOIRE, conserve ton identité, garde jalousement ta couleur enviée par tous ! Tu es LA PLUS BELLE FEMME DU MONDE ! Tu es LA REINE DE L’UNIVERS !


Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 117 invités et aucun membre en ligne