BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

        Richesses Afrique
L’actualité dans le monde et plus particulièrement en Afrique, en Afrique Occidentale s’emballe ! En plus de la COVID-19 qui affole les populations, la politique aussi se mêle à la danse et endiable les esprits.
Si dans certains pays, les morts se comptent par centaines, heureusement dans d’autres comme chez nous au Sénégal, c’est par dizaines ou moins qu’on les dénombre.

La pandémie de la COVID-19 a fini d’installer la peur partout dans le monde, jusque dans les coins les plus reculés des terres.
Mocirédin découvre avec horreur la situation de notre sous-région, l’Afrique Occidentale. Quand des dirigeants, pourtant bien élus, « démocratiquement », avec des taux assez élevés, ne veulent plus respecter leur constitution, parce que grisés par le pouvoir, se représentent pour un troisième mandat ou pire, se proclament quelque part dans mon Afrique, maréchal ou diminuent leur âge pour être constitutionnellement corrects, il y a lieu de s’inquiéter pour cette belle et riche Afrique qu’a chantée David Diop !
L’excès est-il nuisible ? Tout excès l’est-il (de poids, de paroles, de zèles, de vitesses, de bonheur…) ? En tout cas, tout près de chez nous, à l’Est, séparés seulement par cette ligne imaginaire appelée « frontière », le Mali et le Sénégal se regardent depuis la nuit des temps, vivant bon an mal an en bons voisins, en frères naturellement inséparables, comme des frères siamois.
Mais le Mali de ces grandes figures historiques : Soundiata Keita, Kankou Moussa, Soumangourou Kanté, Modibo Keita, croule sous le poids excessif des coups d’état, bizarrement ourdis les mardis, les mardis seulement, jours mystérieux, dans un pays où se pratiquent le charlatanisme, le maraboutage et d’autres manières mystiques.
Après les bizarreries de ce coup d’état malien par une junte militaire composée de quatre Colonels et d’un Général, sans aucune effusion de sang, sans brutalité, d’une manière plus que « civilisée », plusieurs questions se posent :
-Vu la situation catastrophique imposée par la rue avec les nombreuses sorties de l’Imam Dicko et du M5, y a-t-il eu un deal quelque part pour masquer les difficultés des dirigeants à sortir « honorablement » de ce guet-apens créé et voulu ?
-Une « main étrangère » n’aurait-elle pas planifié le déroulement du coup d’état, monté le scénario, exigé un dénouement pareil dans un calme inquiétant ?
-Ou alors, après trois coups d’état, le bon DIEU a-t-il eu pitié de ce brave peuple bambara en majorité, pour l’épargner d’une baignade de sang lors de cette quatrième sortie des militaires de leurs casernes ?
Dans le monde actuel, un Président de la République doit être démocratiquement élu à partir d’élections. Quel que soit le taux obtenu à partir d’un scrutin, 100%, 99,99% ou 50%, une élection est une élection ! Si faute, il y a, n’est-ce pas celle des électeurs, de certains parmi eux qui ont reçu dans « l’obscurité » de pauvres billets de mille francs pour les détourner de leur choix initial. Durant ce mandat qu’ils ont cautionné, ils chercheront en vain le diable pour lui tirer la queue, mais Satan a fait son travail et le diable ne paraîtra jamais ! Les difficultés du mandat de l’élu empoisonneront la vie des malheureux électeurs qui ne vivront que de regrets. Dommage que cette leçon ne serve pas, qu’elle ne permette pas à ces hommes et à ces femmes de prendre conscience que leur avenir, que l’intérêt de leur commune, de leur département dépend du bulletin qu’ils mettront au fond de l’urne.
Le monde est à l’écoute de la junte ! L’Afrique tend les deux oreilles, la gauche et la droite en même temps. Elle regarde aussi et écoute l’Europe (pour ne pas citer un pays !)
Ne faut-il pas un peu de « DOLECRATIE » pour guider nos pays (Africains), être durs, fermer les yeux et pousser les hommes et les femmes vers la recherche de la dignité, de l’honneur. Le « Civil » peut-il avoir l’exigence de l’homme de tenue ? La crainte de l’Africain lambda de cet homme en kaki favorisera, sans nul doute, une prise de conscience, le recul ou l’éradication de la corruption. La dilapidation des deniers publics sera un vieux souvenir et les gouvernements à membres réduits, une assemblée Nationale, vraiment nationale ne comprenant que cent Députés au maximum, nationalistes, « mouillant le maillot » sans chercher à s’enrichir sur le dos du contribuable, prêts à tout moment, à l’écoute du peuple, changeront les comportements en bien et transformeront les esprits pour pouvoir supporter les douleurs du changement avant de sucer les juteux fruits du bonheur.
L’Afrique est vraiment riche ! Riche de ses ressources humaines ! Riche de son sol, de son sous-sol, de ses mers ! Que lui faut-il encore pour se développer si elle a tous ces avantages ? Peut-être le courage de prendre ses responsabilités, de refuser d’être dans l’inséparable paire Corrupteur-Corruption, de ne considérer que ce qui lui appartient, d’être neutre et travailler pour le bien du peuple, d’être le véritable père de la Nation.
En fin de compte, CIVIL ou MILITAIRE, DEMOCRATIE ou « DOLECRATIE » pour ne pas dire coup d’Etat, l’essentiel pour l’Afrique, c’est son développement ! Ses enfants sont capables de l’y mener car tous les moyens sont là ! Alors au travail !
Idrissa Diarra  
 






Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 210 invités et aucun membre en ligne