BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

     Covid 19
Tous les médias du monde : les télévisions, les radios, les journaux, les nombreux sites internet du monde entier, ont plébiscité une Reine. Malgré sa laideur et la terreur qu’elle crée autour d’elle, bien qu’elle soit une catastrophe, une maladie assez particulière, une calamité  venue d’Asie, plus particulièrement de la Chine, de Wuhan, CORONAVIRUS est populaire. Hommes et femmes, jeunes et vieux ne parlent plus que de ce CORONAVIRUS ou COVID-19 (CORONAVIRUS DECOUVERT EN 2019) ! Il est sur toutes les lèvres ! quelle importance pour sa Majesté !

Les problèmes politiques (DIEU sait qu’il en existe partout, dans tous les pays) sont soigneusement, méticuleusement et méthodiquement rangés dans les tiroirs, au grand bonheur des dirigeants, les hommes au pouvoir qui respirent fortement et rejettent dans l’air un véritable « ouf » de soulagement ! Tant que durera le COVID-19, aucun politicien, même ceux de l’opposition n’oseront se prononcer sur les plaies profondes qui gangrènent notre société.
De la Chine qui commence à maîtriser « son sujet »,pays de départ de la pandémie, là-bas en Asie, en Afrique Noire comme blanche, en passant par l’Europe sérieusement affectée (surtout l’Italie) jusqu’en Amérique et en Océanie, des mesures de protections frisant presque la folie apeurent plus les populations que ne les rassurent.
Quand la sécurisation des personnes pousse les autorités à fermer les lieux de cultes (mosquées et églises) et à interdire tout rassemblement au cours des baptêmes, mariages, soirées dansantes, dans des  bars, restaurants, marchés… L’économie mondiale va s’écrouler, car sans échanges commerciaux, quand les frontières se ferment et que les gens sont confinés chez eux, l’inactivité tue à petit feu le genre humain.
Mocirédin, tout étonné, ne sait plus quelle attitude prendre dans ces moments cruciaux où riches comme pauvres ressentent la même douleur, le même mal, les mêmes inquiétudes. Faut-il être gai ou triste ?
<<-DIEU ! DIEU ! DIEU ! ALLAH ! ALLAH ! ALLAH !  ALLAHOU AKBAR !
Aie pitié de nous, se met à dire à haute voix Mocirédin ! Si la fréquentation de nos mosquées et de nos églises, meilleurs endroits, lieux plus appropriés pour montrer notre foi, nous repentir puis prier pour que SOUBHANAH WA TALLAH exauce nos prières et chasse au loin en l’éradiquant, ce mal dévastateur, cette pandémie qui effraie beaucoup plus que le SIDA et EBOLA !
-Mocirédin, mon mari, intervient Diambéré Khoumba, la fidèle épouse, les hommes s’éloignent de plus en plus des recommandations divines à travers le Saint CORAN. Ils ne sont tentés que par les biens de ce bas-monde. Du matin au soir, que ne font-ils pour augmenter leur avoir déjà assez colossal, « suffisant » pour nourrir trois générations de leurs descendances ? Mais la quête effrénée du pouvoir, de l’argent, du prestige rend notre monde inhumain, à la limite, animal. Un mal n’est jamais souhaité, cependant quand il survient dans des moments comme celui-ci où le pétrole et le gaz liquéfient la classe politique, une période où un dialogue de sourds «tympanise » les politiciens, époque où les vols de deniers publics défraient la chronique, ce mal est le bienvenu car il éveille les esprits et peut créer un déclic salvateur auprès des nantis qui vont « ouvrir » les vannes des écluses qui arroseront les pauvres d’une eau purificatrice pour les donneurs comme pour les receveurs.
-Ma chère Diambéré Khoumba,toi, c’est sûr, tu as mis ton esprit en branle, à la recherche de solutions pour combattre le CORONAVIRUS. Tu n’es pas médecin mais tu écoutes les connaisseurs et tu appliques leurs conseils. Cette pandémie,selon des spécialistes, apparaît chaque siècle dans sa vingtième année. Ainsi en 1720, 1820, 1920 et cette année 2020, elle vient rendre visite aux hommes et leur rappeler que leur égoïsme les tue, que leur richesse les détruit et que seule la SOLIDARITE, une SOLIDARITE INTERNATIONALE peut les sortir de ce gouffre où ils se sont jetés !
-Ha ce monde ! Quelles solutions, les hommes ont-ils trouvées face à la MALADIE REINE de notre siècle qui nous est venue avec un nom aussi sale que ses faits : CORONAVIRUS.
De cette fameuse date du 14 décembre 2019, début du chamboulement de la planète terre, à ce mardi 24 mars 2020 (soit 3 mois et 10 jours), le monde a enregistré 311 988 cas confirmés, 13 407 décès signalés et 93 780 cas heureusement guéris. Un maigre espoir !
Au Sénégal, on parle de 67 cas confirmés, 05 guéris et 62 en traitement sans aucun décès lié à la pandémie. Touchons du bois !
A travers le monde, c’est le CONFINEMENT : rester chez soi ! Cela est-il possible chez nous, même pour UN SEUL JOUR, alors qu’on demande de ne pas sortir de chez soi durant quarante jours. Avec nos « familles nombreuses »et nos maigres revenus, nos maisons peuvent-elles contenir tout ce beau monde pendant ce laps de temps ? Où trouver de la nourriture dans cet espace de temps pour des Gorgorlous qui tirent le diable par la queue : <<ne travaille pas, ne mange pas>> ? Les écoles publiques comme privées sont fermées. Certaines entreprises marchent au ralenti. Comment les patrons vont-ils payer leurs employés ? Si les marchés, principaux  lieux de ravitaillement de la majorité des Sénégalais sont vides, qu’allons-nous devenir ? Et notre petit commerce, grosse mamelle qui soutient plusieurs familles au jour le jour ? Les « talibés », les nombreux mendiants et les pauvres hères qui ne vivent que grâce à l’aumone généreusement « offerte » par les croyants ? Que vont-ils devenir aussi ? Morts par effet indirect du CORONAVIRUS !
-Diambéré Khoumba, les trois jours du monde sont en train de nous révéler leur contenu :
Hier, c’était le passé ;il doit nous servir d’expériences.
Aujourd’hui, c’est le présent, le moment où l’on vit : nous pouvons être surpris par les événements que nous classerons ensuite dans le passé.
Le Futur, c’est notre avenir, notre « demain ». Les deux premiers jours doivent nous aider à trouver les futures  solutions de notre vie.
En jetant un coup d’œil dans le passé (1720, 1820 et 1920) malgré les différentes épidémies, des hommes ont vécu et ont procréé jusqu’à nos jours.
Aujourd’hui, la pandémie du CORONAVIRUS nous inquiète. Nous trouvant entre HIER et le FUTUR (demain), sur le siège d’AUJOURD’HUI, prions le BON DIEU qu’IL éloigne de nous cette maladie. Soyons SOLIDAIRES, partageons nos biens : morts par CORONAVIRUS, diabète, paludisme, cancer, lèpre, tuberculose ou par accident, nous serons tous accompagnés dans notre dernière demeure, sous la terre, dans « 7 mètres de percale » que nous soyons SDF, roi, pauvre hère, musicien ou patron…dans ce simple village, le cimetière, couchés pour l’éternité, côte à côte, avec des ruelles quelconques qui séparent les maisons des locataires.
-Mon mari, ce qui me plaît dans cette période que nous traversons à cause d’un SEUL et PETIT VIRUS, c’est que l’environnement va retrouver un peu de sa couleur, l’air sera plus respirable, les familles se retrouveront à tout moment , les mesures élémentaires d’hygiène tant criées vont être appliquées, à partir des « téléthons », un partage des biens de ce monde sera fait, nos hôpitaux vont montrer leurs limites sur le plan de la logistique même si des personnes ressources en grande quantité et en qualité certaine sont là, un autre regard plus humain sera désormais posé sur le voisin d’à côté, démuni.
Ce VIRUS est une leçon pour l’humanité ! A nous de bien suivre le cours en l’appliquant dans notre vie de tous les jours. Il y va de notre survie.>>

Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 203 invités et aucun membre en ligne