BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

agression2

Tous ces temps-ci, Diambéré Khoumba, l’épouse de Mocirédin, est préoccupée par les nombreuses agressions et les vols qu’on entend partout dans le pays, jusque dans les hameaux les plus reculés.

La pauvre dame a les larmes aux yeux, rien qu’à se rappeler son enfance qui lui semble maintenant assez lointaine. En ces temps-là (elle soupire !), les hommes et les femmes avaient d’autres idées en tête que d’agresser, d’autres choses à faire que voler, piller les ressources du pays, grossir la masse déjà énorme de chômeurs, futurs pensionnaires des Maisons d’Arrêt et de Correction (MAC), insuffisantes pour accueillir tous ces malfaiteurs qui jonchent nos rues encombrées par les marchands à la sauvette, les Talibés, les déficients mentaux et les animaux pourtant domestiques. Elle a des craintes pour les générations futures, étouffées par le PROGRES et ses conséquences néfastes dont la paresse, l’envie de gains faciles, le mépris des cultures ancestrales, la solitude face à son ordinateur ou son téléphone portable…

 

Mocirédin, au retour des champs, uniques espoirs des paysans, des champs en majorité sous les eaux, surtout du côté de Falo-Boula la rizière, découvre avec inquiétude la mine triste de son épouse Diambéré Khoumba. Il dépose à peine sa houe qu’il se rue sur elle, la suffoquant de questions, n’attendant même pas ses réponses.

<<-Que se passe-t-il Diambéré Khoumba ? Pourquoi cette mine des jours sombres ? Que t’arrive-t-il ?

-Mocirédin, j’ai peur pour mes enfants ! A travers eux, tous les enfants du monde. Sans être pessimiste, je vois un avenir sombre pour eux. Actuellement à Bakel, presqu’à chaque nuit, il y a des vols, des boutiques qu’on cambriole, des gens qu’on agresse, des débits de boissons alcoolisées de plus en plus nombreux, des dealers qui ont maintenant pignon sur rue, connus de tous et se promenant en toute sérénité, sans se reprocher quoi que ça soit. Leur présent me déçoit et leur avenir m’inquiète.

-Diambéré Khoumba, nous sommes responsables, nous les adultes, de ce présent qui te déçoit. Ces enfants sont le fruit de notre EDUCATION. C’est nous qui les avons façonnés, peut-être à notre image ! C’est à nous-mêmes que nous

devons poser ces questions et trouver aussi les réponses adéquates ! A bien réfléchir, ils sont ce que nous avons bien voulu qu’ils soient !

-D’une part, Mocirédin, tu as raison. La famille est la cellule de base. C’est là où est conçue la première formation, l’éducation de base. Cependant, il faut reconnaître que la situation actuelle du monde est rapidement tombée sur la tête des hommes sans aucune prévention. Parce que les moyens de communications sont développés, les hommes sont devenus passivement cultivés, tout leur tombant du ciel, sans aucun effort de recherche. L’impréparation des parents face à cette sorte de pandémie, a installé partout dans le monde, dans le cœur des hommes, la haine du prochain, la cupidité, l’animosité. Il faut, par chance, se réveiller du bon pied et rencontrer la perle rare, c’est-à-dire cet enfant hors du commun, ressemblant un tant soit peu à celui de nos rêves. Ce qui reste peut-être à faire, ce sont des « ASSISES MONDIALES », rencontres au cours desquelles se retrouveront les représentants de tous les pays du monde, par catégorie d’âge. Ils s’écouteront puis partagerons leurs idées sans minimiser celles des autres. Par consensus et non par vote, ce qui sera retenu va être imposé à tous les pays pour son application.

-Diambéré Khoumba, répond Mocirédin, c’est génial ce que tu as sorti comme idée mais son application est quasiment impossible. Tu le sais bien, qu’au cours de ces « ASSISES MONDIALES », les supposés « Grands » de la planète ne se mesureront jamais aux « Petits » pays, surtout Africains ! Beaucoup ne feront pas le déplacement quand l’idée de l’organisation et le lieu de la rencontre sont d’un « Petit » pays. Il faut vraiment être un génie pour vouloir forcer des peuples différents à voir dans la même direction, à adopter une même EDUCATION, même si quelque part, l’EDUCATION DOIT ETRE UNIVERSELLE ! Aie les pieds sur terre, ma chère épouse et pensons d’abord à la manière de chasser les agresseurs, les voleurs, les pilleurs de deniers publics de notre pays avant de rêver d’une EDUCATION POUR TOUS tant souhaitée par certains. Les Autorités, à tous les niveaux, doivent faire en sorte que les services de sécurité assurent la protection des personnes et de leurs biens, de jour comme de nuit.

-C’est vrai, mon mari, j’ai un gros ventre et de gros yeux ! Ce qu’il nous faut c’est la SECURITE dans le pays. Exigeons donc que partout sur le territoire, malgré les efforts fournis sur le plan sécuritaire, qu’il y ait un Commissariat de Police dans chaque capitale départementale. Un Commissariat avec assez d’agents ! Des agents pas « cantonnés » mais actifs de jour comme de nuit, intervenant pour prendre les malfaiteurs et non terroriser les populations.

-La PAIX est le socle du développement, intervient Mocirédin ! Il nous faut donc une SECURITE permanente pour installer un monde sûr, un monde où il fait bon vivre, un monde dans lequel les hommes et même les animaux se sentiraient libres car bien protégés. >>

Idrissa Diarra

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne