BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

          inquietude Mociredin 225x222
Peut-on et doit-on, franchement, en cette période bien particulière de pandémie du COVID-19, parler ou seulement penser à autre chose qu’à cette cruelle maladie qui occupe tous les esprits ?
Qu’on le veuille ou non, l’actualité est concentrée sur le CORONAVIRUS ! Sur tous les continents, dans tous les pays du monde, dans les hameaux les plus reculés, chacun (homme, femme, enfant) est concerné par cette nouvelle star, cette reine indésirée, venue de Wuhan, là-bas en Chine, en s’invitant partout, dans tous les foyers, depuis ce 14 décembre de 2019.

Comme on le dit si bien chez nous, ce n’est plus la case du voisin qui brûle ! Le monde est devenu un village, mieux, une grosse case, une gigantesque case sous laquelle, nous nous trouvons tous, nous abritant autant que possible contre les maux, toutes les maladies nouvelles ou anciennes.
Ce COVID-19 est une leçon de MORALE enseignée par un PROFESSEUR invisible qui a dégagé en touche, mis sur les bancs d’écoliers, hors des salles de classes, dans tous les pays, tous les professionnels de l’Education, les bons, les moins bons et les mauvais. Majestueusement, Il prend en charge LUI-MEME, craie en main, l’enseignement de tous les enfants, seul, face à tous les élèves du monde. Il s’exprime dans toutes les langues pour que tous les élèves comprennent et transmettent à leur tour le message (en sens inverse) aux parents et aux enseignants.
Désormais chez l’Africain, l’Européen, l’Asiatique, l’Américain et l’Océanien, des cœurs, de tous les cœurs, l’on doit extirper la HAINE, l’EGOISME, le RACISME pour ne garder avec nous que la SOLIDARITE, l’AMOUR.
La SOLIDARITE ? Elle pousse les hommes à une largesse d’esprit, à un partage équitable des biens de ce monde, à l’EQUITE SOCIALE.
Le CORONAVIRUS, différencie-t-il un riche d’un pauvre, un homme d’une femme, un Noir d’un Blanc, un malade mental d’un diabétique, un handicapé visuel d’un albinos ? N’a-t-il pas confiné des millions d’êtres dans des continents différents, arrêter, même si c’est pour un temps, des combats meurtriers entre des belligérants, créer un semblant de compréhension, une sorte de solidarité dans le monde ? N’est-il pas en train d’ouvrir les yeux à tous ceux qui étaient aveuglés par l’avoir facile et qui arnaquaient matin et soir leurs compatriotes ? Ne pousse-t-il pas, d’une manière ou d’une autre, ceux qui ont emmagasiné plus de biens à les partager avec les « pauvres » ? N’est-ce pas lui encore, ce généreux CORONAVIRUS qui a « démasqué » quelques voleurs de la République ? N’est-ce pas toujours lui qui s’adresse au « for intérieur », trouble les êtres et les oriente vers les bonnes actions ?
En l’espace de quatre mois, les hommes sont devenus des « philosophes », décortiquant en profondeur des idées géniales, pour les partager (malheureusement parfois) d’une manière malencontreuse à travers les réseaux sociaux. Tout passe ! Rien n’est laissé en rade : les marabouts, pourtant bien vénérés, les politiciens éternels indexés, les agents de santé bien applaudis en ces temps difficiles, les enseignants et leur année (blanche, invalide ou valide), les « fils de … » qui ne respectent pas le couvre-feu, les délinquants qui continuent d’opérer aux heures de crime malgré la présence des « hommes de loi » …
Des inquiétudes continuent de planer sur notre pays ! Les changements de comportements ne semblent pas effleurer l’esprit de nos compatriotes. Alors que nous sommes happés par les tentacules de ce COVID-19 sans savoir à quel moment nous serons libérés, le Sénégal vibre déjà, sous de nouvelles lamentations provenant de quotas de riz et du transport de cette denrée bien prisée par mes cousins « Ndiobène ». D’autres produits ne sont même pas encore sur place pour être acheminés vers les destinations programmées comme le sucre, l’huile, les pâtes…
Quand sortirons-nous de ces « scandales » qui ternissent l’image de marque du Sénégal et lui font avancer d’un pas et reculer de huit ?
Le moment est venu pour que les Hommes (pas les Sénégalais seulement), mais tous les Hommes de la planète-terre s’unissent, se solidarisent et se partagent tout, afin que, pour toujours et à jamais, le monde ne soit qu’un village. Autrefois, dans ce « gros » monde rural, ce village interplanétaire, les anciens vivaient harmonieusement, paisiblement. Imitons-les et devenons humains. Comme eux, soyons les « plus que frères » de notre hymne national. Pinçons tous nos koras et mettons-nous debout pour combattre ensemble les corrompus et les corrupteurs puis « laver » notre pays à grande eau avec du gel hydroalcoolique.


Idrissa Diarra, bakelinfo.com
.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 410 invités et aucun membre en ligne