BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Senegal Pays Libre

Bien que relativement loin de la date du 23 janvier 2021, le pays est en ébullition ! Les violences de tout genre conduisant jusqu’à la mort, interviennent dans des rencontres politiques.

Chaque mouvement, chaque parti politique, chaque coalition de partis tient à faire une démonstration de forces, un étalage de ses pouvoirs. Le Sénégal est plongé dans l’inquiétude à cause des nervis inconscients qui bandent leurs muscles et essaient d’instaurer leur « loi ».

Le pays fait un clin d’œil à l’âge de la pierre taillée en se comportant comme les hommes de cette époque-là.

 

Ce qui se passe à l’intérieur de notre pays n’honore aucun sénégalais ! Ces folles agressions, ces violences animales, non plus verbales mais physiques, démontrent et montrent une image regrettable de notre actuel état d’esprit.

 

Autour de nous, au-delà de nos frontières, les Militaires tentent ou parviennent à s’accaparer du pouvoir illégalement confisqué, il est vrai, par des civils « gourmands ». Ces hommes sont uniquement hantés par leur intérêt crypto personnel, qui les conduit vers des pratiques indignes d’hommes respectables. Pourtant, ils ont été triés à travers des millions de leurs « pauvres » concitoyens aveuglés et appâtés par leurs paroles mielleuses pour faire d’eux les premiers responsables du pays!

Au nom de l’ignorance de la majorité des populations, des tripatouillages se font régulièrement sur les constitutions. Les malheureux citoyens n’y voient que du feu ! Grâce à des spécialistes du Droit (des Agrégés et des Docteurs en Droit), les interprétations se multiplient, chacun tirant la natte de son côté, selon ses intérêts.

Il faut que cela cesse ! Le SENEGALAIS doit être cet homme libre, indépendant dans sa manière de penser et dans sa façon de faire, au lieu de copier les faits et

gestes de l’autre, cet autre inconscient qui ne se soucie pas du tout du chaos qu’il va créer. Pourvu que son projet, aussi machiavélique qu’il soit se réalise ! Que des milliers de personnes meurent, c’est le cadet de ses soucis !

Si le Sénégal est envié pour sa « stabilité politique», il n’en va pas de même pour sa situation géographique, dangereusement cerné par des voisins qui ont tous connu des coups d’état militaire : au Nord, la Mauritanie, à l’Est, l’immense Mali, au Sud, la Guinée Bissau et la République de Guinée et en son sein, l’enclave de la République de Gambie. Puis tout près de nous, le Libéria, la Sierra Léone, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Nigéria, le Tchad…Ne devons-nous pas prendre conscience que « les autres, les autres, toujours les autres, un jour nous nous rendrons aussi chez le coiffeur ! »

A part ces coups d’état, de plus en plus « pacifiques », sans tellement d’effusion de sang, les terroristes menacent, le banditisme s’intensifie, les politiciens s’affolent et les pauvres populations s’indignent. L’opposition se glorifie de la position inconfortable des autorités et la Société qui se dit Civile sort régulièrement dans la rue afin de piétiner les plates-bandes des partis de l’Opposition et se donner une certaine considération.

Le pays est donc en otage entre les mains des Autorités, de l’Opposition, de la Société Civile et des groupuscules nulle part alignés, les trouble-fêtes !

Qui se soucie de la formation « civique » de la grande masse ? Qui pense dévier ces pauvres jeunes « embrigadés » par des hommes politiques dans des luttes, en principe, en faveur de cet influent chercheur de « trône » à la Mairie ou à l’Assemblée Nationale ?

Au nom de promesses jamais tenues : un « job » de cinquante mille francs jamais obtenu, un voyage utopique en Europe jamais réalisé, l’homme ou la femme politique parvient à « droguer » cette masse informe, désinformée, déconstruite pour en faire des chevaux de batailles, de véritables bêtes, incapables de voir le bout de leur nez, prêts à mourir pour la cause du politicien.

Il faut qu’on cesse de faire miroiter des « impossibilités » à nos jeunes. Les adultes doivent être des modèles pour notre JEUNESSE et arrêter de les envoyer à la mort pour des raisons politiques qu’ils ne discernent pas.

Normalement, si les Elections locales ne sont pas renvoyées encore une fois, dans deux mois, notre pays sera en campagne électorale ! C’est devenu une habitude, malheureusement, beaucoup de jeunes perdront la vie, dans des

accidents de la route lors des déplacements risqués de leaders politiques ou dans des combats inhumains entre des partis politiques rivaux!

La Jeunesse doit être plus responsable et comprendre qu’elle ne doit plus sacrifier sa vie. Ce temps est révolu ! Elle mourra et sera oubliée sans que sa lutte n’ait eu aucun impact positif pour sa famille, pour sa commune ou pour son département ! Qu’elle croit en elle-même et sache que le larbin perd son temps dans notre société !

Idrissa Diarra bakelinfo.com

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Portraits