BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Diable Mociredin
Tous les vendredis, comme à son habitude, Mocirédin ne se couche plus après la prière de l’aube. Les mains derrière le dos, l’index et le majeur droits laissent tomber sans bruit les graines de son chapelet. A pas lents, sans se presser, Mocirédin passe devant la maison du vieux Ali le cheminot. En évitant les pierres de son quartier qui portent bien son nom << Montagne Centrale >> , il se dirige vers le cimetière de Grimpallé jetant un coup d’œil furtif à Cissokhoncounda à sa droite et à la maison de Mma Marie Sy à sa gauche.

Les ombres de la nuit n’ont pas totalement disparu. Elles résistent encore aux éclats des rayons du soleil qui se lève là-bas à l’Est, annonçant au village le début du jour. Chez les Sabaly et les Hane, il n’y a aucune animation. Dans tout Bakel, les hommes dorment encore en majorité pendant que les femmes, dans les cours des maisons s’activent : elles balaient, remplissent les canaris, préparent les enfants pour cette dernière journée de la semaine scolaire, pensent aussi au petit déjeuner de toute la famille.
Au cimetière, Mocirédin cherche les tombes de ses parents. Aucun bruit ne trouble le silence  matinal de cet auguste lieu  de repos éternel. Il fait encore sombre. Mocirédin récite quelques versets du Saint Coran. Il ne se sent pas en sécurité ici. Il tourne la tête à droite puis à gauche. Des formes bizarres  semblent sortir des ténèbres et se diriger vers lui. A haute voix, il déclame les versets relatifs aux  << djinns >> qu’il a appris chez son maître Kharamokho Barou Dia. Derrière lui, il << voit >> comme une sorte de linceul s’élever dans le ciel, grandir, diminuer jusqu’à disparaître. Ses cordes vocales ne peuvent plus émettre un seul son. Maintenant, de tous les côtés  des << ombres >> malveillantes se multiplient. A droite comme à gauche, devant lui comme par derrière, la sécurité n’existe plus. Que faire donc dans ces circonstances ? Mocirédin ne s’est proposé qu’une seule réponse : foncer vers l’Est. Ce qu’il fait en oubliant ses vieilles babouches sur place. A l’image d’un éclair, ne considérant plus les tombes qu’il saute, battant tous les records d’Usain  Bolt, il franchit avec une aisance insoupçonnée le mur du cimetière.
Une fois hors de la dernière demeure, la future maison de tous, de tous les  hommes, femme et enfants, Mocirédin ne regarde pas derrière lui. Il fonce droit devant  et se retrouve les pieds dans l’eau à Goundeyni. Il respire, il halète. Il transpire aussi à grosses gouttes. Son grand boubou et son pantalon bouffant lui collent au corps. Il se penche puis plonge la main droite dans l’eau fraîche du fleuve Sénégal. Il mouille son visage. Un cri guttural, sorti d’on ne sait où, réveille la famille Bathily. Vieux, le fils du Doyen Bathily, l’ancien directeur de l’école Régionale, maintenant appelée Ibrahima Malal Diaman Bathily (IMDB) se précipite vers la provenance du son. A Goundeyni, il trouve un homme bouleversé, vraiment troublé par ce qu’il vient de vivre. Vieux l’approche avec beaucoup de tact, craignant une réaction << absurde >> de sa part. Mocirédin le reconnait mais l’ignore. Le mari de Diambéré Khoumba chante le nom de DIEU : ALLAH ! ALLAH ! ALLAH ! Dans l’eau avec Mocirédin, Vieux, en grand psychologue, chante avec lui le nom de DIEU. Au bout de quelques minutes, il revient à lui-même et dit : ALHAMDOULILAH ! Vieux le prend par la main et avec lui sortent de l’eau.
Le soleil éclaire maintenant le village. L’animation gagne peu à peu les rues  de Saré Demba. A l’aide de son téléphone, le fils de Doyen Bathily appelle son épouse qui ne tarde pas à venir avec une paire de chaussures. Vieux accompagne Mocirédin. Ils évitent la route principale qui passe par IMDB, le pont de Grimpallé (en très mauvais état) et la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC). Vieux a préféré emprunter la Voie de Contournement (VDN) .
Quand Diambéré les voit venir, elle va à leur rencontre et comprend qu’il s’est passé quelque chose !
<< Mon mari, que se passe-t-il ?
-J’ai échappé belle, lui répond Mocirédin !
-Echappé à quoi ?
- J’étais allé, après la prière, au cimetière, comme je le fais souvent les vendredis. Aujourd’hui, des formes  << surnaturelles >> m’ont accueilli autrement, m’apparaissant sous des aspects impossibles à cerner ! J’ai failli perdre le nord ! Mais DIEU est grand. ALHAMDOULILAH ! Je remercie aussi Vieux et son épouse.
-C’est la moindre des choses, ajoute Vieux, dans un ton tellement poli qui a ému Diambéré Khoumba que des larmes ont coulé sur le beau visage de la dame. Tout est bien qui finit bien !
-Tout ce dont je suis sûr, c’est que je ne fréquenterai plus jamais les cimetières à certaines heures. Ces lieux  où reposent des Saints, des marabouts, des hommes, des femmes et des enfants  << de DIEU >> sont à respecter !>>
Vieux, le fils du Doyen Bathily salue le couple Mocirédin-Diambéré et s’apprête à le quitter quand un garçon dépose sans un mot, à côté du chef des lieux, ses vieilles babouches, son bonnet et son chapelet. Les deux hommes et la dame échangent de regards puis éclatent de rires.


Idrissa Diarra, bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 118 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.