BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La période du froid s’éloigne peu à peu faisant place à un temps plus lourd, sec, plus  torride. Les hommes commencent à transpirer et à sentir cette odeur de bête qui caractérise les travailleurs sous le soleil. Ils s’approchent instinctivement des points d’eau pour se rafraîchir, s’abreuver, se reposer.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Handicap

Mocirédin et son épouse Diambéré Khoumba se reposent à l’ombre du gros arbre de la maison, sous cette plante appelée <<Nîmes>> et qui, selon certains, a plusieurs vertus. Des oiseaux  laissent choir des fruits entamés sur le couple, apparemment  loin d’être gêné par l’agression aérienne  des bêtes.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Equipe SN

Mocirédin se déplace comme un somnambule. Il va et vient, arpente le petit espace réservé à la cour de sa maison. Il marche, les yeux bien ouverts mais l’esprit ailleurs. Pendant ce temps, son épouse Diambéré Khoumba rassemble les ustensiles de cuisine utilisés au cours du repas pour aller les laver au fleuve. Les enfants, eux se préparent pour les cours de l’après-midi à l’école française. Le climat est clément en ce mois de Janvier. Un vent de sable gène quand même les courageux qui s’aventurent  dehors. C’est pourquoi, en bons sahéliens, les hommes, en majorité, se couvrent toute la tête, laissant apparaître les yeux seulement, comme des phares, dans la nuit, dirigeant un égaré.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les coqs ont chanté et les hommes, dans leurs diversités ont commencé à vaquer à leurs différentes occupations. Le soleil s’est levé depuis longtemps, quand le cocorico sonore des gallinacés  a troublé le sommeil des dormeurs.
Mocirédin  traverse le quartier Guidinkhamma (montagne centrale) en toute hâte. A son allure, à la fébrilité  de son pas, on ressent une certaine inquiétude chez cet homme toujours anxieux dès qu’il entend une information dont il ne comprend ni les tenants ni les aboutissants. Alors, il s’empresse de s’approcher de son ami Kader ou d’appeler Ndirissa Sidi pour partager avec eux, recueillir beaucoup plus de nouvelles récentes sur ce qui le fait frémir ces jours-ci : la GUERRE !

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 209 invités et aucun membre en ligne