BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

JourneeFemmes 8Mars2017
Depuis quelques jours, Mocirédin n’en croit pas ses yeux : << sa >> Diambéré, la Khoumba de son cœur, cette dame qu’il a connue il y a plus d’une décennie n’est plus la même. Elle a changé. Bizarrement.  Subitement, sans crier gare.
Nonchalamment, Khoumba se déplace sans aucune envie. Elle ne s’active plus. Même ses plats n’ont plus la saveur d’autrefois !
<< - Que me prépare-t-elle encore, cette dame ? Que lui arrive-t-il ? Qu’ai-je fait sans le savoir ? ne cesse de s’interroger Mocirédin. Que cherchaient mesdames Badji Tabaski Sarr  CADL, Ndèye Anta Diouf Seck du Développement Communautaire et Marie Camara Présidente Départementale des Femmes de Bakel chez moi la semaine dernière ? >>

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

index
Ce soir, Diambéré Khoumba a très tôt fini ses travaux ménagers. La famille a déjà dîné. Les enfants, Mmatokhora et Taata sont sous la lumière d’une ampoule myope, leur cahier de leçons entre les mains, sans aucune surveillance tentant de réviser les apprentissages de la journée.
L a nuit est particulièrement belle : la lune, majestueuse dans le ciel épie  les étoiles qui éclairent la terre d’une lumière si vive qu’on se croirait en plein jour. Dans les rues du village, les cris des enfants confirment leurs joies sous cette nuit tellement magnifique !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

PrefectureBakel2017
Nous ne sommes qu’au tout début de la dernière décade du mois de Février et pourtant le thermomètre affiche déjà des degrés qui irritent les populations du Gadiaga et du Boundou. Le soleil et l’harmattan font subir aux êtres (les hommes, les animaux et les plantes) des nuisances énormes. Ils suffoquent mais stoïques ils digèrent la douleur.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

MociredinCancer
Mocirédin est tout ébaubi depuis son réveil, ce matin. Ses jambes le supportaient à peine. Il ne parvenait  pas à comprendre ce qui lui arrivait. Avec beaucoup de difficultés, il s’était traîné jusqu’à la mosquée de son quartier pour la prière matinale qu’il avait accomplie au prix d’énormes efforts.
Il retourna à la maison, les mains aux hanches, essoufflé. Dans un coin de la maison, il y avait placé un grabat, ce lit qui lui rappelait ses moments de misère. Il l’avait toujours appelé  << lit-leçon >> car une fois là-dessus, il pensait, il réfléchissait, il méditait.

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 289 invités et aucun membre en ligne