BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Sous le règne des deux Samba un bandit de grand chemin (killimaxassaxaana) sévissait entre le Gajaga et le Bambuxu[2], rançonnant les voyageurs à tour de bras. Il causa beaucoup d’ennuis aux jula (commerçants) qui fréquentaient cette grande route commerciale. Samba  Yaasi (S.Y) roi de Maxanna envoya un émissaire à son homonyme Samba Xumba Jaama (S.X.J) de Tuabou pour lui faire la proposition suivante :

« Homonyme, mettons un terme aux crimes de ce bandit en mettant sa tête à prix. L’opération consistera « à donner une part dans le Gajaaga » à celui qui nous en débarrassera (o na taxxe niagha da Gajaga : on lui fera un grand cadeau royal).

Le roi de Tuabou trouva l’idée fort intéressante et donna sans hésiter son accord de principe au messager qui retourna à Maxanna. Peu de temps après la publication de la mise à prix de la tête du bandit dans tout le Gajaaga, le neveu du roi de Maxanna, le dénommé Mody Junubu, vint le voir et lui dit :

Le Gadiaga baigné par le fleuve Sénégal et la Falémé s'étendait sur les terres limitrophes des républiques du Sénégal, du Mali et de la Mauritanie actuelles. Son étendue a connu au cours du temps des fortunes diverses. Son histoire est de toutes celles des provinces africaines de l'Ouest, la plus confuse et la plus mal connue, bien qu'elle ait joué un rôle des plus importants. Il n'est pas possible dans l'état actuel de la recherche historique d'en nommer les frontières exactes pour une époque quelconque. Ici comme ailleurs, la notion de frontière repose le plus souvent sur des données imprécises et arbitraires, constamment sujettes à contestation. En outre, il faut surtout ne pas oublier que l'histoire du Soudan repose sur des tribus intimement enchevêtrées et que les noms qui sur nos cartes, paraissent désigner des territoires distincts. Ils désignent en fait des régions qui se compénètrent plus ou moins comme les collectivités humaines qu'elles intéressent. A l'heure actuelle, nous ne disposons d'aucun document sérieux qui nous permette de situer dans le temps de façon précise la date de la fondation du Gadiaga. Au plus, peut on hasarder quelques hypothèses. Delafosse, dans son monumental " Haut-Sénégal-Niger" pense que l'existence du Gadiaga comme état souverain remonterait au haut moyen âge. Il aurait été fondé vers la fin du VIIIe siècle (790-800 ?) par des familles soninké émigrées du Wagadou. Les Sempèra qui porteront plus tard le nom de Bathily auraient fondé Galambou (ou Galambo) au confluent de la Falémé. D'autres grandes familles se seraient établies dans la même région à Yaressi ou Diaressi ou encore Diarissona sur la rive nord du Sénégal en face d'Ambidédi et Silla près de Bakel.

 Les quelques lignes que vous allez lire, ont été présentées, annotées et publiées par Abdoulaye Bathily. Elles sont en ma possession de part mon père Dioncounda Boubou Bathily. A partir de ce jour, je vais vous faire plusieurs articles qui sont issus de l'oeuvre posthume jusqu'ici inédite de Ibrahima Diaman Bathily. Ils ont été obligeamment communiqués à Tiyabou (Tuabou) (département de Bakel) en août 1966 lors d'une mission effectuée en compagnie de M. Claude Meillassoux (C.N.R.S) et par le fils de l'auteur, M. Diaman Bathily, directeur de l'école primaire régionale de Bakel, auquel nous nous devons d'exprimer ici toute notre reconnaissance.

Pour commencer cette longue série d'article, je vais faire une présentation de ce grand homme:

Ibrahima Diaman Bathily (1897-1947) après avoir fait ses études primaires dans ce qui était le Soudan français où son père Diaman Demba servait à l'école des fils de chef de Saint-Louis du Sénégal, puis à l'école normale de gorée d'où il sortit en 1917 avec le grade d'instituteur dont il devait, au terme de vingt-sept années passées au service de l'enseignement, gravir tous les échelons. Il enseigna dans plusieurs écoles (17) du Soudan jusqu'en 1942, date à laquelle il fut affecté à la direction de l'école primaire de Pout (Sénégal).

 Samba Wouri, le fondateur de Tuabou est venu du Kamméra. Il a quitté les luttes intestines entre faberemmu (conflits entre clans dont les rivaux ont le même patronyme).

Il longea l’autre rive (droite) et s’arrêta au niveau du Tuabou actuel ; c’est à cet endroit qu’il s’installa, et qu’on nomme de nos jours : Samba Wouri Yero (Les figuiers de Samba Wouri). Un ancien vint le trouver et lui dit : " Samba, tu t’es installé ici mais si tu y restes, tu n’auras pas de descendance. Passe de l’autre côté, sur la rive du Gajaaga (rive gauche) et installe-toi là bas. Samba Wouri traversa le fleuve et fonda Tuabou". Il eut trois fils : Siliman (aîné) qui s’installa à Jonga, Taghala qui créa la quartier de Tunka-Kani et Hamma Léguéré qui occupa l’emplacement actuel dit Jonga-Tugunné. Tout Bathily de Tuabou est issu de ses trois fils de Samba Wouri.

Voyage à Tuabou

Prologue

Ceci est le récit d’un voyage que j’ai fait en mars 1999 au Sénégal oriental. Voyage qui m’emporte là où la vie m’était aussi étrangère que si un parisien se rendait dans un village reculé du Massif Central. Dakar, où je travaille depuis trois ans est une ville cosmopolite où se côtoient de multiples communautés : les trois plus importantes sont les communautés sénégalaises, européennes surtout les français : histoire oblige- et libanaises, commerçante devant l’éternel. A Dakar subsiste de multiples classes sociales. De riches habitants résident dans d’immenses villas et circulent dans de non moins immenses quatre-quatre. De pauvres habitants, " exodés " ruraux ou immigrés de la sous région, vivent dans des quartiers périphériques peu salubres et survivent de travaux non qualifiés.

Ainsi habitué, à une ville moderne en voie de développement, au fait de la technologie, j’ai découvert ce village de Tuabou au carrefour du Sénégal, du Mali et de la Mauritanie. J’ai voulu vous le faire découvrir.

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

20 novembre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Lundi 13 Novembre 2017La formation (8e jour) en Santé se poursuit à la Médiathèque pour les <<Dispensateurs de Soins à...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

14 novembre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Lundi 06 Novembre 2017Le Projet NEMA USAID intra HALTH a commencé une formation de 10 jours à la Médiathèque de...

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL LANCE SON PLAN DE DÉVELOPPEMENT (PDD)

10 novembre 2017
LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL LANCE SON PLAN DE DÉVELOPPEMENT (PDD)

Initialement prévue à 09 heures, la rencontre n’a démarré qu’à midi.Le Préfet, monsieur Mamadou Mbaye, en sa qualité de chef...

USAID/ACCES: ATELIER D’ORIENTATION ET DE LANCEMENT DU PROCESSUS DE PLANIFICATION...

2 novembre 2017
USAID/ACCES: ATELIER D’ORIENTATION ET DE LANCEMENT DU PROCESSUS DE PLANIFICATION DES PLANS D’ACTION COMMUNAUX D’EAU A USAGE MULTIPLE (MUS)

  Monsieur Mamadou MBAYE, préfet du département de Bakel, a présidé dans la salle de délibération de la mairie, l’atelier...

CHAMBRE DES MÉTIERS DE BAKEL : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES MAÇONS

30 octobre 2017
CHAMBRE DES MÉTIERS DE BAKEL : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES MAÇONS

Le président de la chambre des métiers de Bakel, Monsieur Boubacar Coulibaly dit Soudé, a convoqué l’assemblée générale des maçons...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

30 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Du Lundi 23 au Dimanche 29 Octobre 2017Lundi 23 Octobre 2O17L’état du Sénégal à travers l’Agence Régionale de Développement (ARD)...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 454 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.