BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

 

AROUNDOU

Les proches du chef de village d'Aroundou, M. Mamadou Oumou BATHILY sont en colère. A travers une plainte déposée contre X au Tribunal départemental de Bakel, ils s'insurgent contre une lettre et l'article " LA CMU EST-ELLE EFFECTIVE A AROUNDOU " du sieur Aly SANE, paru sur plusieurs sites internet dont Bakelinfo.com. M. Aly Sané, étudiant en Master à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l'Université Cheikh Anta DIOP avait écrit : " Notre pays, le SENEGAL, souffre de trois problèmes : une absence d’infrastructures routières de qualité, un système éducatif embryonnaire, un système de santé mal en point. D’ailleurs, c’est précisément cette dernière souffrance qui hante le sommeil des populations d’Aroundou. Une localité située à 40 km du département de Bakel près des Falémé où passe nécessairement le Fleuve SENEGAL. Cette localité de près de 4.000 âmes dispose d’un poste sans personnel de santé. Ce qui semble être inconcevable au vue des programmes de santé qui ont été, jusque-là, mis en exécution". Cet article a fait l’effet d’une bombe à Aroundou.

 

 

Une partie de la population est étonnée d’une telle démarche car elle n’émane guère du chef de village et de son conseil. A en croire un proche du chef de village, Mamoula BATHILY, le conseil du village s’appuie sur des faits seulement. Il ne ss'interesse guère à toute cette agitation médiatique. Ce qui les intéresse aujourd’hui est une lettre que le ministère des collectivités locales leur a adressé ( voir en annexe). Quand Bakelinfo.com a reçu une copie de la lettre et la plainte déposée contre X, il manquait quelques pièces au puzzle. Ainsi, pour une meilleure compréhension de cette affaire, nous avons tenté de joindre le chef de village pour connaitre les tenants et les aboutissants de l'affaire du poste de santé d'Aroundou.

Nous avons tenté  de joindre tous les numéros de téléphone existants sur les deux courriers afin d'y voir plus clair. Après plusieurs tentatives, nous joignons M.Bakary DOUCOURE. En effet, nous croyons joindre le chef de village. Il nous renseigne : "Je suis Bakary DOUCOURE. Je ne suis pas le chef de village. Je ne sais pas comment vous avez eu ce numéro mais ce n’est pas celui du chef de village ». Nous lui déclinâmes l’objet de notre appel à savoir comprendre l’affaire de la plainte du chef de village. Surpris, il nous demanda d’avoir plus d’informations sur cette plainte. Après lui avoir expliqué en détail les documents en notre possession, il nous renseigne : « En effet, ce courrier de réponse du Ministère fait suite à une missive que j'avais adressée aux autorités. Il s'agit pour moi d'alerter le ministère de tutelle sur le manque de personnel de notre poste de santé. Je réclamais dans le courrier l'affectation d'agents de santé qualifiés à Aroundou comme un infirmier d'état et une sage-femme. Ceci permettra de faire du poste de santé d'Aroundou un centre de santé. La position frontalière de notre village impose un équipement en moyens techniques et humains pour une prise en charge efficace des maux des populations. Bakel qui polarise la zone est à plus d'une vingtaine de kilomètres d'Aroundou. Frontalière au Mali et à la Mauritanie, Aroundou n'est pas à l'abri de maladies importées. Donc, doter la localité d'Aroundou d'un centre de santé aux normes sur tous les plans est plus qu'une nécessité".

Nous lui opposâmes la réponse contenue dans le courrier de plainte qui fait état de la présence d'un chef de poste à Aroundou, M. DOUCOURE éclaire : " Ce poste de santé a été construit par les immigrés. C'est le fruit d'une dure labeur. Ces parents émigrés ont beaucoup fait. C'est à l'Etat de faire le reste à savoir doter en équipements et en personnel qualifié. Aujourd’hui, c’est un ASC ( Agent de Santé Communautaire ) qui prodigue les soins. Il est grassement payé par le village à raison de 150.000 FCFA. A Bakel, il était très loin de ce traitement salarial. Malheureusement, malgré toute la bonne volonté, un ASC ne peut s’occuper de certains soins surtout en cas d’urgence. Donc, la présence d’un infirmier d’Etat est plus que nécessaire. C’était l’objet de ma lettre ».

Monsieur DOUCOURE, que se passe-t-il entre vous et l’autorité villageoise pour qu'on en arrive là, demande t-on. " Je ne peux pas répondre à cette question car je n'ai aucun problème personnel à régler. Monsieur KOITA, ce que j'ai à vous dire, c'est clair. Je suis l'auteur de la missive. Mon objectif était de venir en aide à notre population en demandant l’affectation d’un personnel de santé qualifié. Il ne s'agit guère d'une entreprise personnelle. Demandez à ceux qui ont porté plainte contre cette lettre ! Ont-il lu au moins la lettre d'origine ? Qu'ils lisent le contenu pour en savoir plus. Je ne peux vous dire autre chose. Je m’arrête là", termine-t-il.

Comme notre mission était d’éclairer la lanterne des populations, nous avons joint d’autres personnes dont le propriétaire de l’autre numéro mentionné dans la plainte. Joint au téléphone, l'homme en question nous renseigne : « Je suis Dindé Bathily. Je suis un des conseils du chef de village Mamadou Oumou BATHILY. Très souvent, je fais office d’intermédiaire avec les autorités et le chef de village. Pour des affaires concernant le village, on donne souvent mon numéro de téléphone. Le chef de village Mamadou Oumou BATHILY a toute sa tête. Il ne souffre d’aucune pathologie psychique. Seulement, il a réduit ses déplacements pour des raisons de santé. Il ne sort plus. Donc, pour les affaires courantes concernant le village, je suis souvent saisi au même titre que d’autres frères proches du chef de village. Le problème qui se pose aujourd’hui  découle d’une lettre qu’un natif de notre village a écrit aux autorités étatiques. Pour commencer, je dois d’abord vous dire que je n’avais pas connaissance de sa démarche. Il avait juste mis mon numéro de téléphone dans le courrier eu égard de ce que ce que je vous expliquais tantôt. Le village a reçu une lettre de réponse dans laquelle  l’Etat faisait part de la prise en compte de la demande d'affectation d'agents de santé ( cf. pièce jointe). A réception de cette lettre, certains n’ont pas adhéré à la démarche car il n’émanait guère de l’autorité villageoise. Selon eux, l’auteur du courrier ne devait pas adresser une lettre à l’insu du chef de village. Comme mon numéro de téléphone figurait dans le courrier de réponse, ils m’ont interpellé également à ce sujet afin de savoir mon degré d'implication. Je leur ai dit que je n’étais pas au courant de la lettre adressée aux autorités. Néanmoins, je leur ai dit que la démarche n’était pas si mauvaise que ça car elle consiste à trouver des solutions pour le village. C’est une bonne chose. C’est pour l’intérêt du village. Toutefois, j’ai entendu parler d’une plainte au tribunal départemental de Bakel. Il semble que le village porte plainte contre l’auteur de la lettre et les propriétaires des numéros qui figurent sur le courrier. Voilà en gros, ce que je sais de cette histoire.».

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre centre de santé, y a-t-il le personnel qu’il faut  ?

« Notre centre de santé a été construit sur deux niveaux par les immigrés. Il y a plusieurs compartiments prévus pour divers services. Aujourd’hui, le personnel de santé est payé par le village ». A la question, Aroundou dispose-t-il d’un infirmier d’état  car dans la lettre-plainte on parle d’un chef de poste. Il nous répond : «  Non, aujourd’hui, nous n’en disposons pas. Nous n’avons pas également de sage-femme ». Etonné, je lui demandais alors comment font les femmes d’Aroundou pour l’accouchement ? «  Les accouchements se font avec l’aide des femmes expérimentées du village qui assistent le personnel de santé en place. Pour les cas compliqués, ils sont orientés vers l’hôpital vers Bakel, Tamba, Ourossogui, Dakar » dit-il.

Interrogé sur les raisons de ce malaise, il répond : « Je ne comprends pas moi-même la tournure actuelle des choses. Toutefois,  si on s’en tient qu’à la lettre, il s’agit d’ une lettre de doléances  pour l’intérêt commun. De plus, l’auteur de la lettre s’est excusé auprès du chef de village pour avoir court-circuiter l’autorité villageoise. Voilà ce que je sais. ».

Toujours dans le seul but d’élucider l’affaire «du poste de santé d’Aroundou », nous joignons M. Mamoula BATHILY pour lui demander les raisons de la plainte. En effet, il est en quelque soir l'adjoint du chef de village. Après les salutations d’usage et avoir relevé mon identité, il éclaire :

« C’est une affaire qui concerne tout le village. En effet, tout part d’une information livrée par le Président Macky SALL lors d’une tournée dans notre localité. Il a dit au chef de village qu’il avait vu la lettre qu’il lui avait adressée. Il a fini par dire qu’il avait instruit le ministère de tutelle pour traiter cette demande qui concernait l’affectation d’agents de santé à Aroundou. Cette information nous avait surpris car une telle demande ne venait pas du chef de village. Ce dernier n’avait mandaté personne pour effectuer une telle démarche à son compte. Quand nous avons reçu une lettre adressée au chef de village informant de la prise en compte de la demande d’affectation d’agents de santé à Arounodu, nous avons saisi la Sonatel pour identifier les propriétaires des numéros renseignés. Pour nous, il s’agissait de connaître l’origine de cette lettre. C’était important de creuser cette affaire car ce n’est pas anodin comme sujet. Il s’est avéré qu’il s’agissait des numéros de M. Bakary Doucouré et M. Dindé Bathily. Ce dernier est un frère qui me seconde auprès du chef de village. Nous l’avons appelé pour l’interpeller au sujet de cette missive reçue des autorités étatiques. Nous lui avons demandé s’il était l’auteur de ladite lettre. Il nous répondit par la négative. Il n’était pas au courant. Donc, personne n’était au courant d’une telle démarche. Ni le chef de village ; ni ceux qui l’assistent au quotidien. Nous avons réuni le conseil du village pour instruire le dossier. Vu ce que cette demande touche le village en entier, elle ne devait pas être prise à la légère. Aujourd’hui, le village compte plus de 3000 âmes donc toute question qui touche à sa santé est primordiale. Si une décision doit-être prise, tout le village doit-être informé à défaut d’être consulté. De plus, nous avons un personnel de santé à pied d’œuvre qui donne satisfaction de nos jours. L’actuel chef de poste abat un travail remarquable. Il est stable et travaille d’arrache-pied pour soulager les maux de la population. Avant lui, 3 chefs de poste se sont succédé en l’espace de quelques années. Ils sont tous partis au bout de quelques périodes. Avec lui, on a acquis une certaine stabilité. De plus, quand il a pris ses fonctions, le poste de santé n’était pas très bien géré. Il a trouvé qu’une somme d’environ 30.000 FCFA dans la caisse. Il a renfloué les caisses du poste de santé. Avant, on sollicitait beaucoup les émigrés d’Aroundou, demandez-leur si c’est le cas de nos jours ! Le poste de santé fonctionne. On doit soutenir ces gens en place.  On est en démocratie certes mais une décision qui touche toute une population doit être prise de concert. C’est la raison pour laquelle, on a réuni le conseil du village pour élucider cette affaire. Il a été décidé de porter plainte contre l’auteur de la lettre.

 

Tout village a des règles. On ne doit pas bafouer les règles le plus élémentaires comme informer le chef de village quand on effectue une démarche qui peut affecter le fonctionnement du village. Imaginez si demain chaque personne se lève et effectue des démarches dans l’ombre au nom d’Aroundou ? Comment peut-on séparer le bon grain de l’ivraie ? Demain, une personne peut demander une aide financière au nom du village Aroundou. Comment peut-on être sûr que l’argent ne sera pas utilisé à d'autres fins au détriment de l'intérêt du village ? On doit réguler le fonctionnement du village. Par exemple, sur cette affaire, on a entendu que des sites internet ont relayé les problèmes du centre de santé d’Aroundou sans que l’on sache le pourquoi du comment. Nous sommes sur place à Aroundou. Nous savons pas ce qui se passe à l’extérieur mais nous sommes au courant du quotidien de notre village. Nous avons un chef de village. Il a des conseillers donc toute décision qui touche à la vie des populations doit-être prise en collégialité. Au minimum, il faut informer le chef de village. Si c’est une affaire privée, chacun est libre d’aller voir le chef de village et traiter son problème sans tambours ni trompettes. Cela n’intéresse pas tout le village. Mais, si cela touche le village, cela obeït à des règles.

De plus ; Il y a des non-dits. Ces gens qui veulent coute que coute le départ du chef de poste étaient impliqués dans la gestion. Ils ont été virés tout simplement pour mauvaise gestion. Pendant les différentes transitions entre chefs de poste, on s’est retrouvés avec 30.000 FCFA alors que nous avions environ 3.500.000 FCFA en caisse. Comment cet argent a-t-il été dépensé ? On en sait rien. Les règlements de compte personnels ne doivent pas prendre le dessus sur l’intérêt général.

Le personnel en place a prouvé son efficacité dans le travail. Si on doit demander du personnel additionnel, il faudra quand même respecter ces gens déjà en place qui travaillent pour le bien-être de la population. On ne doit pas travailler dans l’ombre pour leur départ pour des raisons personnelles. Je suis pour la concertation. On ne peut pas tout cautionner. Il y a des règles dans la vie en communauté. Il faut les respecter. 

Je vous invite à vous déplacer personnellement pour venir voir le centre de santé d’Aroundou, sa gestion, et son fonctionnement. Le téléphone, c’est bien mais se déplacer c’est encore mieux. On se connait pas. Souvent, les conversations téléphoniques ne sont pas toujours fiables. J’aurais préféré que vous vous déplaciez. Je m’appelle Mamoula BATHILY, j’ai 63 ans. J’ai été à l’école aux débuts des années 60. J’ai fait 9 années en immigration en France avant de rentrer au bercail. A mon âge, le mensonge est proscrit. Donc, si cela vous tient à cœur d’en savoir plus. Venez à Aroundou ». termine-t-il.

AROUNDOU POSTE





AROUNDOU POSTE SANTE

 

Samba KOITA dit EYO, www.bakelinfo.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

20 novembre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Lundi 13 Novembre 2017La formation (8e jour) en Santé se poursuit à la Médiathèque pour les <<Dispensateurs de Soins à...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

14 novembre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Lundi 06 Novembre 2017Le Projet NEMA USAID intra HALTH a commencé une formation de 10 jours à la Médiathèque de...

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL LANCE SON PLAN DE DÉVELOPPEMENT (PDD)

10 novembre 2017
LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL LANCE SON PLAN DE DÉVELOPPEMENT (PDD)

Initialement prévue à 09 heures, la rencontre n’a démarré qu’à midi.Le Préfet, monsieur Mamadou Mbaye, en sa qualité de chef...

USAID/ACCES: ATELIER D’ORIENTATION ET DE LANCEMENT DU PROCESSUS DE PLANIFICATION...

2 novembre 2017
USAID/ACCES: ATELIER D’ORIENTATION ET DE LANCEMENT DU PROCESSUS DE PLANIFICATION DES PLANS D’ACTION COMMUNAUX D’EAU A USAGE MULTIPLE (MUS)

  Monsieur Mamadou MBAYE, préfet du département de Bakel, a présidé dans la salle de délibération de la mairie, l’atelier...

CHAMBRE DES MÉTIERS DE BAKEL : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES MAÇONS

30 octobre 2017
CHAMBRE DES MÉTIERS DE BAKEL : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES MAÇONS

Le président de la chambre des métiers de Bakel, Monsieur Boubacar Coulibaly dit Soudé, a convoqué l’assemblée générale des maçons...

FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

30 octobre 2017
FAITS SAILLANTS DE LA SEMAINE A BAKEL

Du Lundi 23 au Dimanche 29 Octobre 2017Lundi 23 Octobre 2O17L’état du Sénégal à travers l’Agence Régionale de Développement (ARD)...

bakelinfo.com : la voix du département de Bakel
Loading Player...
Watching: Uploads from bakelinfo (166 videos)
Loading...
A nos travailleurs
Attention !!
LINON DAADE
Talents Soninke

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 136 invités et aucun membre en ligne

Abonnez vous

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.

Actu Africaine

Afrique : Toute l'actualité sur Le Monde.fr.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.