BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les États-Unis n’excluent pas la possibilité de nouvelles frappes contre la Syrie en cas de répétition des attaques chimiques, a-t-on déclaré à la Maison-Blanche.

À la question de savoir si de nouvelles frappes américaines contre la Syrie étaient possibles, le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer a répondu par l'affirmative:

« Si des personnes sont à nouveau exposées à une attaque avec l'utilisation d'agents chimiques, nous nous réserverons la possibilité d'effectuer de nouvelles actions », a déclaré Sean Spicer.

Il a souligné que le Daech, qui est présent dans cette région, constituait la menace numéro un pour les États-Unis.

Ainsi, d'après le porte-parole du gouvernement américain, Washington et Moscou ont des intérêts communs dans la lutte antiterroriste. Il a fait savoir que les États-Unis voulaient travailler dans cette direction avec la Russie.

Selon M. Spicer, le Président Donald Trump « est arrivé au pouvoir avec deux principales priorités : maintenir la sécurité dans [le] pays et augmenter la croissance économique ».

« Je crois que si la Russie ou tout autre pays entend nous aider à atteindre nos deux objectifs et, ce qui est le plus important, nous aide à assurer la sécurité du pays grâce aux actions communes dans la lutte contre des groupes tels que Daech, surtout en Syrie, alors nous collaborerons avec eux ».

En outre, il a annoncé que les États-Unis étaient capables d'anéantir Daech même si le Président syrien Bachar el-Assad restait au pouvoir. Rappelons qu'auparavant Nikky Haley, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies avait déclaré que le règlement syrien n'était pas possible sous la présidence de Bachar el-Assad.
Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, les États-Unis ont tiré 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne de Shayrat en Syrie qui, selon Washington, serait «associée au programme» d'armes chimiques de Damas et «directement liée» à l'attaque à l'arme chimique survenue le 4 avril. Les missiles ont été tirés depuis des destroyers de l'US Navy qui croisent en mer Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base de Shayrat.

source : https://fr.sputniknews.com

Comments are now closed for this entry

EspacePublicité

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 836 invités et aucun membre en ligne

Faîtes un don

pour soutenir bakelinfo.