BAKELINFO.COM

La Voix du département de Bakel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Mvt Y En a Marre SN

Une cabale politico-judiciaire orchestrée par le régime de Macky Sall pour liquider un adversaire politique. C’est la perception que les  mouvements citoyens Frapp France- Dégage, Yen A Marre et le Parti Forces Démocratiques du Sénégal (Fds) de Dr Babacar Diop se font de l’affaire Ousmane Sonko. Appelant au respect de la procédure judiciaire, ils comptent investir la rue pour se dresser contre l’entreprise d’élimination d’adversaires politiques mise en branle par Macky Sall. «Macky est testé positif au virus de la dictature», clame d’emblée Thiat lors de la conférence de presse organisée hier par Y en A marre, les Forces démocratiques du Sénégal (FDS) et le Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine (Frapp) et axée autour de l’affaire de viols et de menaces de mort dont fait l’objet le leader du Pastef / Les Patriotes. Dénonçant une coloration politicienne de cette affaire, Guy Marius Sagna, Aliou Sané et Babacar Diop comptent se dresser devant Macky Sall et son régime qu’ils accusent de vouloir écarter Ousmane Sonko de la prochaine présidentielle comme il l’a fait avec Karim Wade et Khalifa Sall.

«Nous soupçonnons que le Président Macky Sall cherche aujourd’hui à s’appuyer sur ce dossier judiciaire pour empêcher de façon odieuse et lâche un leader de l’opposition d’être candidat à la présidentielle de 2024. S’il réussit son pari antidémocratique et anti-populaire, Macky Sall sera illégalement candidat en 2024. C’est aujourd’hui qu’il faut arrêter cette entreprise pernicieuse pour notre État de Droit», tonnent les conférenciers qui, en outre, exigent la manifestation de la vérité dans cette affaire de moeurs opposant Ousmane Sonko à la jeune masseuse Adji Sarr. Mais en attendant, ils accusent les autorités judiciaires d’avoir violé les droits du mis en cause. «La convocation qui a été servie au député Ousmane Sonko n’a respecté ni les termes de l’article 61 de la constitution du 22 janvier 2001 (modifiée et des articles 51 et 52), encore moins règlement intérieur de l’Assemblée nationale», relève Serigne Assane Kane, le représentant du parti FDS qui a tenu le discours en français. Accusant ouvertement le Président Macky Sall de vouloir mettre le feu dans le pays par ses manoeuvres irresponsables, Y en A Marre , Frapp et les Fds appellent tous les citoyens, tous les républicains, tous les patriotes, à se dresser contre toute volonté de réduire le Sénégal à une démocratie sans opposition aucune.

«Les FDS, Y en A Marre et le FRAPP appellent les partis politiques, les syndicats, les mouvements citoyens à une jonction, pour défendre ce principe », déclarent-ils. Ils ont également lancé un appel aux chefs religieux pour qu’ils invitent Macky Sall à se ressaisir. «Car, l’heure est grave. Et le pouvoir,
par ses agressions multiformes, incite le peuple à l’insurrection», tonnent les trois organisations qui, par ailleurs, ont exigé la libération
immédiate de tous les arrêtés et gardés à vue depuis trois jours. D’ailleurs, ils n’ont pas manqué de dénoncer des cas de torture, de violations des droits de ces manifestants mis aux arrêts après les échauffourées qui ont opposé ces derniers et les forces de l’ordre.


Abou SY, l'AS du Jeudi

Vous souhaîtez soutenir

Bakelinfo :

Chroniques du Mardi

Religion

Actu. locale

Nous avons 157 invités et aucun membre en ligne

Portraits